Ch’Lanchron
paraît
depuis 1980
Accueil
du site picard
lanchron.fr
Écouter ou
lire du picard

Sur scène
Une brève
présentation de
Ch’Lanchron
Les numéros de
Ch’Lanchron
éch jornal picard
Les auteurs
publiés dans
Ch’Lanchron
Langue picarde
Vitalité du picard
Les liens
Nouveautés
et mises à jour

Plan du site
 « Ch’Lanchron » c’est aussi le journal trimestriel écrit tout en picard Un « lanchron » c’est un pissenlit 35 ans de scène, 90 chansons en picard à notre répertoire Logo officiel de « Ch’Lanchron » Gadrouille est la mascotte de « Ch’Lanchron » Toute une collection de livres picards de référence À doù qu’o s’édvise in picard ? Ravisez ichi ! Quoé d’neu din « lanchron.fr » ?
Abonnez-vous !
Ch’Lanchron
1 an pour 22 €

Table des
textes parus dans
Ch’Lanchron

Écouter des chansons
Jouer et écrire
Activités de
l’association
Ch’Lanchron

Le roman picard
La fableLa BD.
Le théâtre picard
Commandez
les éditions de
Ch’Lanchron

Le moyen picard
La littérature
du picard moderne

Quoé d’neu din « lanchron.fr » ?

Ch’Lanchron liméro 132
rend hommage à la picardisante Élisabeth Manier



Ch’Lanchron 132
Parution : janvier 2014
Prix de vente : 3,50 €
+ frais de port éventuels
(France 1,00 € / Étranger : 2,00 €)


Directeur de publication :
Jacques Dulphy
Rédacteur en chef :
Jean-Luc Vigneux

Le contenu de Ch’Lanchron 132

• Édvant d’écmincher (éditorial)
• Dé dla ! (poésie libre, par Jean-Luc Vigneux)
• Sancmise, nouvieu riche (quatrième et dernier épisode) (bande dessinée d’André Pierre et Eugène Guilbert)
• No picardisante, Élisabeth Manier (hommage photographique)
• Chés rimes à Élisabeth (nécrologie d’Élisabeth Manier, présidente d’honneur des Picardisants, par Jean-Luc Vigneux)
• À mon bidet Léon (article)
• Pour Madame Manier (poème en hommage à Élisabeth Manier, par Edwige Fontaine)
• Élisabeth (évocation littéraire, par Jean Leclercq)
• Chés boutchets gris (souvenirs autour d’Élisabeth Manier, par Jacques Dulphy)
• Inne boéne énée (poème en forme d’étrennes, par Gisèle Souhait)
• Ch’Grand Gilles (article pour Gilles Toulet, par Jean-Luc Vigneux)
• Él péque à zz’indjilles éd Bastien (nouvelle de Gilles Toulet)
• Chés bréves éd Picardie (histoires, par Roland Dumont)
• Ieu et pi pures (souvenirs anecdotiques, par France Devismes)
• No clotcher et Chés douze cœups (deux histoires par Pierre Barbette)
• Pierre Barbette (hommage par Jean-Luc Vigneux)
• Éne nouvelle énèe (bande dessinée en couleurs, par Jean-Bernard Roussel)
• VIR : Véstiges du passè — Queulle abollition ! — Éch film i torne — Coér un artisse — Méme Argus (les réponses reçues au jeu littéraire)
• Liries (chronique littéraire)
• Débérlure (article, par Désiré Flour)
• Eune tchote anonche à chés anciens d’échl École éd tchulture du Paraclet (annonce par J-L. Cocquerel)
• Ch’Courrier… in picard (clin d’œil)


La nouvelle photographie
du jeu littéraire



 
est en ligne
sur le site de Ch’Lanchron
 
Élisabeth Manier, présidente d’honneur des « Picardisants du Ponthieu et du Vimeu »

La nouvelle de la disparition d’Élisabeth Manier le 8 octobre 2013 a profondément affecté la communauté picardisante. Membre du groupe abbevillois depuis les premières heures, Élisabeth Manier y a rythmé son passage au fil d’un bonne trentaine d’années par la lecture des ses poèmes écrits dans son picard d’Équérbotin (Friville-Escarbotin). D’une sensibilité sans égale dans l’écriture contemporaine du picard, toujours finement inspirée, et maniant la langue et son vocabulaire avec un véritable talent, les poèmes (chés rimes, comme elle aimait à répéter) d’Élisabeth ont toujours été attendus par les auditeurs comme par les autres auteurs présents.
Il en fut de même dans Ch’Lanchron. Dès le numéro 1 de la revue (en 1980) elle avait confié « Él mouos d’séptéme… » et les lecteurs de la revue avaient été séduits. La page 3 du trimestriel lui a souvent été réservée ; c’est alors un rime d’Élisabeth Manier qui donnait le ton d’éch jornal picard. Pour ne numéro 132, la page 3 est constituée d’un hommage photographique à la picardisante disparue. Viennent ensuite des évocations littéraires, amicales ou nostalgiques signées de ses amis, Jean Leclercq, Edwige Fontaine, Jacques Dulphy ou Jean-Luc Vigneux. Nous n’aurons désormais plus le loisir de revisiter ces textes picards de qualité, puisque telle est la volonté de la défunte. Nous relirons à voix haute les vers publiés pour entendre la voix d’Élisabeth nous parler du vent, des couleurs et des saveurs d’ici.

Avec Jean-Bernard Roussel, la BD. picarde vous souhaite la nouvelle année

La page 13 de Ch’Lanchron 132 est réservée à l’ami Jean-Bernard Roussel. « Éne nouvelle énèe » met en scène Fonsine et son mari, Ugéne. Pour une fois leur vache fétiche Mérgirite n’est pas de la partie. À l’heure des échanges de vœuex de bonne année et des étrennes, Mérgrite a préparé une surpriseconfectionnéne maison : un joli bonnet de laine qui devrait prendre la place de l’indévissable casquette du héros… Après l’année en « 13 » qui n’a apporté que soucis et malheurs, 2014 sqemble bien commencer. À moins que la couleur du bonnet ne soit pour déplaire au nouveau propriétaire ?

La rubrique « VIR » au féminin

Encore cinq participations publiées en réponse au jeu VIR. Parmi elles, un nouveau venu, Désiré Flour, alias Dziré, conteur du Pas-de-Calais, et grand connaisseur des mots de l’Artois. Il se joint à sa compatriote artésienne Chantal Dawson (Saint-Pol-sur-Ternoise, 62), et aux trois autres participants venant de la Somme que sont Patrice Demay (val de Selle, Amiénois), Alain Leriche (Voyennes, Santerre) et Roland Dumont (Hallencourt, Vimeu). Ce dernier, nous distille par ailleurs quelques unes de ses brèves humoristiques qui ne sont pas sans egayer les pages de Ch’Lanchron 132.

Ch’Grand Gilles et la pêche aux anguilles

Gilles Toulet, disparu il y a un an, a laissé une œuvre romanesque (tant en français qu’en picard) d’importance. Nombre d’inédits restent à découvrir. Pour honorer sa mémoire, Ch’Lanchron publie « Él péque à zz’indjilles éd Bastien », un récit mêlant le drame au fantatstique. La pêche miraculeuse de notre Bastien ne sera pas, pour lui, synonyme de porte-bonheur. Une drôle de bande de jeunes filles animée par une grand-mère cupide et à mitan sorcière jette son dévolu sur ces proies, tant les anguilles que le pêcheur lui-même. C’est en pièces détachées — autrement dit habit après habits — que le village reçoit des nouvelles de la disparition de Bastien. Le programme de cette nouvelle n’est pas triste, sauf peut-être pour Fernande, la femme de Bastien ? Mais n’est-ce pas une pure fiction, comme a su si bien nous en proposer Gilles Toulet, jusqu’en janvier 2013 !

Des « diminches » pas si ordinaires qu’ils en ont l’air

Les choniques habituelles de Ch’Lanchron ne manquent pas à l’appel. Dans les Liries n’oublions pas de retenir la récente édition du livre Chés diminches signé par Jean-Luc Vigneux. Cette publication est arrivée sous le sapin de Noël, comme il était promis aux abonnés. En effet, l’édition originale leur est prioritairement réservée. Une centaine d’exemplaires reste mise en vente pour le tout public à compter de ce mois de janvier.
Le texte principal du recueil évoque en huit chapitres le simple écoulement de ces dimanches ordinaires, passés en famille au cœur des années 1960. Les objets jalonnent le récit ; ici un ouvre-boîte, là une première cigarette. Les heures s’écoulent, entre le peitit-déjeuner amélioré ou la messe dominicale et le lavage de la Dauphine du tonton qu’il convient de conclure par une mémorable bataille d’eau. Des observations ponctuent chés diminches : celles de tableaux de Raoul Dufy ou de Van Gogh, une visite à l’église moderne de Foucarmont, ou encore une contemplation pleine d’interrogation d’une peinture contemporaine digne de figurer à la Maison de la Culture d’Amiens. Ces voyages intérieurs sont décrits en picard. La langue utilisée par Jean-Luc Vigneux est composée de touches de peinture sémantique, où chaque mot se reflète dans ses voisins pour porter un éclairage nouveau sur le propos. Démonstration, si besoin est, que la langue picarde se prête à tout.

L’humilité picarde

Un autre conteur picard vient également de disparaître. Il s’agit de Pierre Barbette, qui fut un temps maire de Frucourt (situé dans le Vimeu rural). Pierre Barbette, dont Ch’Lanchron a précédemment publié plusieurs textes, connaissait bien l’histoire de son village. Il utilisait le picard, pour conter quelques anecdotes ou souvenirs, avec l’évidente sincérité d’un langage naturellement retenu. La page 12 de Ch’Lanchron contient deux aventures cocasses qui se sont déroulées « il y a bien longtemps » autour du clocher de Frucourt. Sourires garantis !
Voilà France Devsimes, picardisante discrète née et résidant à Mons-Boubert (Somme). Elle arrive avec une longue et précise évocation des anciens puits communaux ou particuliers. Abandonnés, lorsque les adductions d’eau potable ont été généralisées, ces puits furent à nouveau recherchés lors des épisodes de sécheresse, ne serait-ce que pour alimentter le bétail. Encore fallait-il que le sourcier sache toujours utiliser sa baguette… et plus encore que l’ancien propriétaire d’une aprcelle n’ait pas déplacé les bornes du géomètre !


Tous les numéros de Ch’Lanchron
(depuis le n° 51)


Les numéros thématiques de Ch’Lanchron

Abonnez-vous
à Ch’Lanchron !




1 an - 5 parutions
(4 numéros + 1 livre)
22,00 €


 
Le recueil
Chés diminches
par Jean-Luc Vigneux
est paru !

Les autres publications
de Ch’Lanchron




Livres, bandes dessinées, romans, chroniques, dictionnaire…

Commandez
les éditions
de Ch’Lanchron




Le trimestriel, les autocollants, les livres, les posters, etc…

Dernière mise à jour :
9 -04-2014
Pour tout renseignement
écrivez à Gadrouille
Retour en haut
de cette page
Rapasse à no moaison !
(vers le plan du site)
© Ch’Lanchron 2012
CH’LANCHRON
  « Espace Saint-Gilles » (CM-17) Bâtiment 9 - 82 rue Saint-Gilles
80100 ABBEVILLE   Picardie   (FRANCE)
Téléphone / Fax
(33) 03.22.31.01.55.