Ch’Lanchron
paraît
depuis 1980
Accueil
du site picard
lanchron.fr
Écouter ou
lire du picard

Sur scène
Une brève
présentation de
Ch’Lanchron
Les numéros de
Ch’Lanchron
éch jornal picard
Les auteurs
publiés dans
Ch’Lanchron
Langue picarde
Vitalité du picard
Les liens
Nouveautés
et mises à jour

Plan du site
 « Ch’Lanchron » c’est aussi le journal trimestriel écrit tout en picard Un « lanchron » c’est un pissenlit 35 ans de scène, 90 chansons en picard à notre répertoire Logo officiel de « Ch’Lanchron » Gadrouille est la mascotte de « Ch’Lanchron » Toute une collection de livres picards de référence À doù qu’o s’édvise in picard ? Ravisez ichi ! Quoé d’neu din « lanchron.fr » ?
Abonnez-vous !
Ch’Lanchron
1 an pour 22 €

Table des
textes parus dans
Ch’Lanchron

Écouter des chansons
Jouer et écrire
Activités de
l’association
Ch’Lanchron

Le roman picard
La fableLa BD.
Le théâtre picard
Commandez
les éditions de
Ch’Lanchron

Le moyen picard
La littérature
du picard moderne

Quoé d’neu din « lanchron.fr » ?

Chl’étracheux à Gadrouille il o tè adjinsè pèr freefind
Ch’Lanchron 142 : aux racines du picard



Ch’Lanchron 142
Parution : janvier 2016
Prix de vente : 3,50 €
+ frais de port éventuels
(France 1,00 € / Étranger : 2,00 €)


Directeur de publication :
Jacques Dulphy
Rédacteur en chef :
Jean-Luc Vigneux

Le contenu de Ch’Lanchron 142

• Édvant d’écmincher (éditorial)
• Pierrot et pi Héloène (chanson arrageoise de 1815)
• À m’sœur jumelle (Jacques Defolie)
• I y o des boétes (Gisèle Souhait)
• J’éroais (Jean-Luc Vigneux)
• Él Paix (Francis Darras)
• Pinsèes doreuses (Jacques Dulphy)
• Quoé qu’i vo nn’éte éd no Picardie ? (Micheline Waquet)
•Chonq candeilles pour éch Courrier in picard (article)
• Ch’live 4 dé ch’Dur pi ch’Mo il est lo ! (reportage)
• Din chés rues à Molimont… (dessin de Jean-Bernard Roussel)
• J’avouos biglè (Roland Dumont)
• Ch’darin vér édvant l’hivér (Jean-Luc Vigneux)
• Quoé qu’ch’est qu’éd o ? (Tchot Alain)
• Ch’est l’étè ! (Jean-Luc Zègre)
• Chés lédjinmes lo… (Patrice Damay)
• Qu’al est ti belle (Alain Leriche)
• Afoaire éspéciale ! (Mathieu Maggi)
• À vous d’VIR, achteure (article)
• Un nouvieu ju d’golf (Francis Darras)
• Éne gueugue éd Noé (Jean-Luc Vigneux)
• Quiques Rolandries (Roland Dumont)
• Miu veut Nithard éq janmoé (Jacques Dulphy)
• Amon chés archives (Anne Mancaux-Manier)
• Pu fort qué ch’Diabe (A. Caullier)
• Y o d’quoi éte in ruchon (Désiré Flour)
• Adè Dzirè (article)
• Deux méchantes nouvellles… (article)
• Liries (articles)
• Pour l’énèe tchivient (Jean-Bernard Roussel)
• Quate pérlages pour éch mériage éd Carcy (Jacques Dulphy)


La nouvelle photographie
du jeu littéraire



 
est en ligne
sur le site de Ch’Lanchron
 
Un « édito » au second degré
Lire la Une de Ch’Lanchron 142, c’est saisir toute l’absurdité de la situation du picard. Dans un premier temps, Gadrouille (la mascotte du journal) semble placer la langue française en situation de porte-à-faux. Voilà le français méprisé, incapable de parler du monde présent, relégué dans la cour des langages dédiés à l’humour et la gauloiserie… Dans le paragraphe suivant Gadrouille se dédit. Il a simplement utilisé la métaphore, l’exemple sert de démonstration pour le picard, qui est tout autant à l’aise dans la modernité que toute autre langue vivante. Il s’épanouit, à son rythme, il s’exprime avec son vocabulaire, il est présent parmi les autres. Le monolinguisme qui voudrait prévaloir est mis à mal par le raisonnement emprunt de bon sens et d’ouverture d’esprit. Qu’on se le dise dans les cénacles malveillants…

Arras, ville de langue bien picarde
Deux siècles ont effacé nombre de mots et d’expression typiquement picards qui avaient cours dans les rues de la capitale de l’Artois. La locution « minger s’quaine » (ronger son frein), l’adverbe « mérmint » (misérablement), le « promion » (la culbute) et autre « bouquier » (l’entrée de cave) y furent chantés en 1815 lors de la ducasse annuelle. Ils semblent aujourd’hui oubliés. Mais ils ne sont pas perdus ! Ch’Lanchron les met à l’honneur en publiant, trimestre après trimestre, les rarissimes dialogues arrageois de 1815. Que les Artésiens du XXIème siècle les fassent désormais leurs. Les racines picardes sont là pour germer à nouveau !

Publications des courts-jours
Les nouveaux livres en picard sont arrivés au pied du sapin de Noël… Les abonnés à Ch’Lanchron ont été gâtés avec « Chés tchots miraques » de Gisèle Souhait, dont un extrait est proposé ici en page 3. Les souscripteurs ont retiré leur exemplaire du tome 4 des chroniques dominicales de « Ch’Dur et pi ch’Mo », signées par Jacques Dulphy. Les lecteurs du Courrier picard ont découvert le 26 novembre 2015, et pour la cinquième année consécutive, l’édition annuelle du quotidien régionale qui leur a été concoctée en picard. D’autres livres ou cédés sont présentés plus loin dans la rubrique « Liries ». Voilà autant d’articles, de commentaires et de reportages qui vous invitent à des lectures en famille, à voix haute, pourquoi pas ?, mais en picard assurément : l’automne 2015 semble avoir préparé nos longues soirées des courts-jours à venir !

Mieux vaut Nithard !
Les premiers mots de ce langage qu’on appellerait un jour « français » auraient été écrits par un Carolingien ; Nithard, petit-fils de Charlemagne, qui est enterré au seuil de l’abbatiale de Saint-Riquier, a tenu la plume en écrivant « Les Serments de Starsbourg ». Les manuels scolaires décrivent la scène historique sans s’attacher outre mesure à la rupture linguistique qui s’est opérée en ce début de neuvième siècle. En novembre 2015, une série de cérémonies présidées par Bernard Cerquiglini, le vice-président du Conseil supérieur de la langue française, a eu lieu au cœur de la cité du Ponthieu. Mais où se cachait le picard, dans cette aventure ? Le reportage de Jacques Dulphy nous apprend qu’une convention a alors été signée entre l’Agence pour le picard et le Centre culturel de rencontre de l’abbaye royale de Saint-Riquier . De nombreux projets collaboratifs sont appelés à naître de cette charte fondatrice. Le picard, langue cousine du français, n’est-il pas lui aussi né aux alentours de ce même neuvième siècle ? On lui reconnaît ses premiers mots dans « La séquence de Sainte Eulalie », composée vers l’an 880.
Écoutez Jacques Dulphy qui improvise la lecture des premières lignes des « Serments de Strasbourg » en picard moderne (enregistrement : France Culture, diffusion radiophonique du 24 février 2016).

Un verbe picard à sauver !
D’une promenade amiénoise est rapporté un dépliant commercial. Dedans, une recette de noix de Saint-Jacques des plus appétissantes. Hélas, celles-ci, transposées dans une langue picarde mal maîtrisée, deviennent « gueugues éd Saint-Jacques ». Le fruit de mer se fait fruit de terre. Le poil se hérisse. Toute la procédure culinaire en pseudo-picard n’est plus qu’approximations et inventions. Et pourtant, le vocabulaire picard abonde, précis, technique, et sans ambigüité. Le picard n’est pas une langue de l’à-peu-près. « Ch’mérmiton » sait « fréyer » quand le cuisinier fait réduire une sauce. Encore faut-il avoir la curiosité, Ch’Lanchron n’ose dire la compétence, d’ouvrir un des deux ou trois cents lexiques qui décrivent notre langue régionale. La chose est dite. L’anecdote nous vaut en page 12 un article étayé de Jean-Luc Vigneux, talentueusement illustré d’un dessin de presse signé Jean-Bernard Roussel !



Tous les numéros de Ch’Lanchron
(depuis le n° 51)


Les numéros thématiques de Ch’Lanchron

Abonnez-vous
à Ch’Lanchron !




1 an - 5 parutions
(4 numéros + 1 livre)
22,00 €


 
Le recueil
Chés tchots miraques
par Gisèle Souhait
est paru en décembre 2015


 
Le quatrième tome des dialogues de
Ch’Dur et pi ch’Mo
par Jacques Dulphy
est paru !

Les autres publications
de Ch’Lanchron




Livres, bandes dessinées, romans, chroniques, dictionnaire…

Commandez
les éditions
de Ch’Lanchron




Le trimestriel, les autocollants, les livres, les posters, etc…

Dernière mise à jour :
20-01-2017
Pour tout renseignement
écrivez à Gadrouille
Retour en haut
de cette page
Rapasse à no moaison !
(vers le plan du site)
© Ch’Lanchron 2012
CH’LANCHRON
  « Espace Saint-Gilles » (CM-17) Bâtiment 9 - 82 rue Saint-Gilles
80100 ABBEVILLE   Picardie   (FRANCE)
Téléphone / Fax
(33) 03.22.31.01.55.