Ch’Lanchron
paraît
depuis 1980
Accueil
du site picard
lanchron.fr
Écouter ou
lire du picard

Sur scène
Une brève
présentation de
Ch’Lanchron
Les numéros de
Ch’Lanchron
éch jornal picard
Les auteurs
publiés dans
Ch’Lanchron
Langue picarde
Vitalité du picard
Les liens
Nouveautés
et mises à jour

Plan du site
 « Ch’Lanchron » c’est aussi le journal trimestriel écrit tout en picard Un « lanchron » c’est un pissenlit 35 ans de scène, 90 chansons en picard à notre répertoire Logo officiel de « Ch’Lanchron » Gadrouille est la mascotte de « Ch’Lanchron » Toute une collection de livres picards de référence À doù qu’o s’édvise in picard ? Ravisez ichi ! Quoé d’neu din « lanchron.fr » ?
Abonnez-vous !
Ch’Lanchron
1 an pour 22 €

Table des
textes parus dans
Ch’Lanchron

Écouter des chansons
Jouer et écrire
Activités de
l’association
Ch’Lanchron

Le roman picard
La fableLa BD.
Le théâtre picard
Commandez
les éditions de
Ch’Lanchron

Le moyen picard
La littérature
du picard moderne

Quoé d’neu din « lanchron.fr » ?



Satyre

d’un curé picard

sur les vérités du temps

(1754)



  • 1- Présentation du livre

  • 2- Épître [pages VII à XIII] et Avertissement [page XV]

  • 3- Lexique [pages XVII à XX]

  • 4- Sermon [pages 1 et 2] (avant propos)

  • 5- Histoire de David [pages 2 à 27] puis [pages 28 à 35]

  • 6- Second point [pages 36 à 59] puis [pages 60 à 87] puis [pages 88 à 98](satire)


  • Commencement de l’Histoire de David


    p. 28

    Surtout quos depeche vîte de les loyer eux deux ;
    Car je pouray canger edvant en heure ou deux ;
    Sitôt quch Roy eux yeu baillé sen consentment
    Os mnit Davis bien vîte den bieux apartment,
    Epis os alit queur chellos quidvoit avoir,
    Al vint vîte aveu el compangnie de sen frere ;
    (1) Sen frere aimoit edpuis longtant ech ptiot Davis,
    Et chetoit par boenheur tout sen pu boen ami,
    Etout sitôt qu’il vit il boysiit den boen cœur,
    Y ly fit compliment etout sur sen boenheur,
    Sen frere saploit, mais je nem souvient pud sen non,
    Mais sufit de vos dires qu’il etoit boen garchon ;
    Enfin y les loyis enssannes pour toute leus vis,
    Et chet ach lendroit los ecq leus mariage fini,
    (2) Mais Davis n’etoit poen pour chos oboud ces caches,
    Et pour y vnir il y fouloit quoir chens boenes braches,
    Car ech Roy ly fit quoir par sen maois esprit
    Pud mos quinnavoit yeu edpuis le temps ds vie,


    (1) Jonatas ami de David.
    (2) Nouvelles persécutions que Saül fait à David.


    p. 29

    Et si os avoites vieu chos dens ches lives comme mis
    Os diroites tretous nos Curé nos poen mentit ;
    Mais je vos vos dires chouq je fay sans mareter,
    Chos ouvrés vos oyreilles bien grandes pour macouter,
    Os savés qej vos ay aprins qu’il avoit dit
    Quis fouloit depecher ed vite marier Davis,
    Ebien quant il eux yeux baillé sen consentment
    Isse mit comme en avare queroit perdu snergent,
    Y fit rage de ces pieds, pis y courue chercher
    Comme en fou Davis, & chos, pour le depiecher ;
    Il aloit s mucher bien souvent dens des quins
    Pour le gueter comme en cacheur guete ches Lapins,
    Epis quant il voyoit y tiroit edsurly
    Comme si chavoit eté edsur en Catsoyrie,
    Y contoit bien chaque queu le claquer los enbos,
    Mais isse trompoit, car Diu ly tortignoit sen bros,
    Chet à dire ecq quant y pensoit tirer tout droit
    Diu racachoit ces fleches el senvoyoid guingoit,

    p. 30

    Tout chos le boutoit den, ene si grande mechansté
    Qu’il eroit comme en diable qui os té bien froté ;
    Il inventoit pour le prendre des malices si noires
    Qu nen trouveroit poen de telles dens ches grimoirs ;
    Mais il avoit bieux faire les chonq sens de naturs,
    Davis perdoit toujour bien ouarde à ces bordurs,
    (1) Quoyq chos, il os manqué ene fois d’être atrapée,
    Et chetée en miraque dh qui s’est equapée ;
    Je vos vos dire ecqmen, cheq ene nuit il etoit
    Dens moison & couqué aveus femme qui dormoit,
    Quequens, jen say poen qui, vlin dire ach Roy tout quau,
    Ly in mit poen chos den loyreille den Viaux,
    Y baillit ordre toud suite de bien vîte atrouper
    En tost de ces Bendis pour laler echerper,
    Os fit bien vîte sans rien dire tous chouq y vouloit,
    Et os amnit du monde trois fois pu quine fouloit,


    (1) David manque d’être pris par les Soldats de Saül ; sa Femme lui facilite sa fuite.


    p. 31

    Ossitôt qui le svits isse boutit à leus dires
    Je nen veut à davis, faut quos lebsoiche moirires,
    Os n’avez qu’à marchers douchmens sans foire de train,
    Epis sitôt quos srés tretous oboud vos qmins,
    Os entourrés s moison edvant & driere
    Et ol perdrés tout comme en Rot den ene ratiere,
    Comme echlos os pourés morbiu melletriller,
    Edvant qu’il euche selment te tans de s’éveiller,
    Quant ech Roy leus eux dit chouq je vien de conter,
    Y galopirens vîte pour le dequapiter ;
    Mais ins letnens poen quoir & os alés bien virs
    Et cheux qel bon Diu aide personnes ene peut leus nuirs ;
    Car comme y qmenchoitens à enfondrer s nhuit
    Diu envoyit en Ange asse Femme qui lavertit,
    Al fit bien vîte saquer Davis or de sen lit,
    Pis al mit asse plache ene Marmotte oillu de ly,
    Après al fit enfuire, & par où, jen say poen,
    Car ma foy dench tans los jetoit enquoir tros loen,
    Sufit toujours qu’ils ont yeu leus nez bien mouqué,
    Quante isse sont aperchus qu’il etoit deniché,

    p. 32

    Nenneus pour chos quequens quisse nboutirs à cerchez
    Dens ches quins del moison croyanl trouver muché,
    Mais après qu’il eut yeu mis tout sans sudsous
    Y senfurs nen beuglans tous comme des Leus-aroux ;
    Otans comme ils etiens evnus bien joyeusement,
    Otans y senfurent douchment & tristement,
    Cheux quetens les premiers s boutoites par drieres,
    Pis isse poussoites comme des Berbis par leus driers,
    Ches pus hardis marchoites en bsans des pos tortus
    Comme ed Secolliers qui vons avoir sus leus cus,
    Chos y navoites poen tor, car ech Roy n’etoit poen
    Ny de ches pus aysié, ny même de ches pus boen,
    Il etoit morbiu homme à les foire equorchers,
    Chetoit chos qui bsoit qui nosoites poen avanchers,
    Ine savoites poens eqmens si prende pour leus defendre,
    Ils avens peur quin les foiche tuer sans les entendre,
    Chetoit embarachant comme os voyés pour eux,

    p. 33

    Mais el peur os eté toute le mos qu’ils ont yeu,
    Car comme isse disoitens vos y ej niray poen,
    Ech Roy el saperchue foire tous leus mainnes de loen,
    Y vit à leus pos quin lavens poen atrapée,
    Et y penssit den ly qu’il etoit equapée,
    Chos fit qu’il envoyi end ces Gens pour leus dires
    Qui navoites qu’à bayers leus qmins pour leus enfuirs,
    Os êtes surprin dch qui les lechis ennallers,
    Mais il avoit deutres Quiens dens tête à etrillers,
    Car comme y galopoites len à geuche leutre à droite,
    Il avoit des Crignons qui ly rongoite s tête,
    Y voyoit bien ecq Diu veilloit al vid Davis,
    Y voyoit etout qui nes soussioit pu de ly,
    Chos ly bailloil tintoin dene si diable de foichon,
    Quin savoit pu à ques seusse bouter sen pisson,
    Y gnavoit des momens qu’il arachoit ces gueveux,
    Y nennavoit ed seutres qu’il heurloit comme ches Leus,
    (1) El pir qui navoit quoir pour ly cheq il avoit
    Toujours en diable carqué sen dos qu’il possedoit,


    (1) Saül possedé du Diable.


    p. 34

    Y vos lebsoit aler à i ou bien à dios,
    Quant il eorit foulue qu’il alit à u ots,
    De foichon qui ly bsoit foire tous chouq y vouloit,
    Ou bien y ly bailloit des queux qui lassommoit ;
    Mais y pouvoit bien s bailler mea culpos,
    Et dire den ly ches bien dm faute si jay du mots ;
    Car sitôt ecq Diu vit quissse vouloit deringer,
    (1) Y ly envoyi sen Profhête pour lerdrecher,
    Ech Profhête ly disit Roy si tun cange de vie,
    Je tavertit ecq Diu vos es deffoire de ty,
    Tes pechers ons montrée den troupieux jusqu’à ly,
    Et il est lasse det vir vivre comme en inpis,
    Bray tes pechers pendant ecq tes quoir sur el tere,
    Je priray le bon Diu qu’il apoise s colere,
    Depeche bien vîte pendant ecq tes enquoir vivant,
    Car ojourdhuy passé edmain in sros pu tans,
    Chetoit gnen dire assé, & y pouvoit bien vir
    Quin ly disoit poen chos comme si cheu tée pour rire ;


    (1) Dieu envoye son Prophête à Saül pour le faire changer ;
    discours que le même Prophête lui tient ; endurcissement de Saül.


    p. 35

    Mais il avoit sen cœur quetoit si endurchy,
    Quin tin pon dutout de conte de chouq y dit,
    O contraire y fit quoir pud mos quinnavoit foes,
    Ou bien pour mius vos dirs, y fit pire ecq jamois,
    Etout quand Diu vit chos y dit à sen Profhête
    Den jamois braire pour ly sur les deux yus ds tête,
    Après illessit foirequoir queque tans sans riendire,
    Jusqu’à qu’il eut eté forché dl foire moirire ;
    Je menvos pousser chouq j’ay à vos dirs pu loen ;
    Mais chet justment los ecq finit men premier poen.

    Fin du premier point.







    Suite du texte : la satire :
    Second point




    Dernière mise à jour :
    27-03-2013
    Pour tout renseignement
    écrivez à Gadrouille
    Retour en haut
    de cette page
    Rapasse à no moaison !
    (vers le plan du site)
    © Ch’Lanchron 2004
    CH’LANCHRON
      « Espace Saint-Gilles » (CM-17) Bâtiment 9 - 82 rue Saint-Gilles
    80100 ABBEVILLE   Picardie   (FRANCE)
    Téléphone / Fax
    (33) 03.22.31.01.55.