Ch’Lanchron
paraît
depuis 1980
Accueil
du site picard
lanchron.fr
Écouter ou
lire du picard

Sur scène
Une brève
présentation de
Ch’Lanchron
Les numéros de
Ch’Lanchron
éch jornal picard
Les auteurs
publiés dans
Ch’Lanchron
Langue picarde
Vitalité du picard
Les liens
Nouveautés
et mises à jour

Plan du site
 « Ch’Lanchron » c’est aussi le journal trimestriel écrit tout en picard Un « lanchron » c’est un pissenlit 35 ans de scène, 90 chansons en picard à notre répertoire Logo officiel de « Ch’Lanchron » Gadrouille est la mascotte de « Ch’Lanchron » Toute une collection de livres picards de référence À doù qu’o s’édvise in picard ? Ravisez ichi ! Quoé d’neu din « lanchron.fr » ?
Abonnez-vous !
Ch’Lanchron
1 an pour 22 €

Table des
textes parus dans
Ch’Lanchron

Écouter des chansons
Jouer et écrire
Activités de
l’association
Ch’Lanchron

Le roman picard
La fableLa BD.
Le théâtre picard
Commandez
les éditions de
Ch’Lanchron

Le moyen picard
La littérature
du picard moderne

Quoé d’neu din « lanchron.fr » ?

Ch’Lanchron présente les chansons picardes d’André Nattiez


André Nattiez dit « Tchot Nat » a enregitré vers 1932, pour les disques Pathé, trois chansons picardes. « Ch’Lanchron » vous permet de les écouter dans leur version originale avec un accompagnement au piano.

La retranscription des paroles a été réalisée en demeurant le plus fidèle possible à la prononciation donnée dans l’interprétation qui nous est parvenue.
Certaines prononciations, typiquement amiénoises (les nasalisations, notamment), sont respectées et seront appréciées des auditeurs attentifs.

Il n’est pas impossible qu’un mot ne soit pas toujours prononcé de la même manière au fil des couplets. La retranscription tient compte de ces variations.

Le texte chanté par André Nattiez diffère parfois quelque peu de la version initialement écrite par l’auteur de la chanson.


Écoutez les chansons interprétées par André Nattiez

Grand-mére à poussiére
In rvenant d’chez Barnum
Découvrez le répertoire de chansons picardes de « Ch’Lanchron »

L’origine du texte (d’après un récit de Tabarin de 1618), l’origine de la mélodie (« Mon père était pot », au XVIIIe s.), et d’innombrables digressions autour de la chanson sont étudiées dans les 44 pages de « Ch’Lanchron » n° 122.
Chl’araignée

Chanté par André Nattiez (sur l’air de Sur l’air de « Paillasse » de Béranger)
d’après les paroles d’Emmanuel Bourgeois (1875)
— 1 —
O dit qu’à Migny tous chés gins
N’ont point granmint d’maliche ;
On szés surnonme « Ész inochints »,
Mais ch’est einne injustice.
Car, en fait qu’éd malans,
Din tout ch’canton d’Sains,
Personne né szés dégotte :
Os sroète d’émn avis,
Si os vouloète, éms amis,
Acouter mn’anecdote (bis)

— 2 —
Tchot Jean t-aimoait du li-bouli ;
(Chatchun o s’tchote faiblesse)
És mère, qu’a n’o qu’ses yeux qu’pour li,
Un dimainche après l’messe,
En soufflant sin fu
A li dit : « Min fiu,
« Ch’est pour ti qu’éj travalle ;
« J’ai du boin lait cœud,
« D’el frainne éd grueu,
« Tu m’in diros mérvelle ! » (bis)

— 3 —
« Allons Joset, i faut sains rtard
« Értirer vo lévite ;
« Si os voulez avoir vo part
« I faut pinde él marmite ! »
Tchot Jeain qu’est gourmaind
Autaint qu’sin fiu Jeain,
Répond vite à Djidjite :
« Éj m’in vos dsu ch’lit
« Étinde émn habit,
« Éj sus t-à vous tout d’suite. » (bis)

— 4 —
Aussitot ch’lait-bouli bien tchuit,
O ll’o mis din l’soupiére ;
Puis chatchun s’est assis sains bruit
Autour d’éch gron dé l’mére
Contints comme des Diux,
Vlo ch’pére et pi ch’fiu
Qu’is miout’t à grandes bouchies,
En disant : « Qu’est boin !
« I feut avoir soin
« D’nin prinde inne boinne panchie ! » (bis)

— 5 —
Pindaint qu’un chatchun s’dépéchoait
D’infitcher din s’gargate,
Einne araignée qu’a s’balainchoait
S’est laissiée tchér din l’gate.
Al roule au mitan
D’él tchuillére éd Jean
Qu’i ll’avale flouc et flouc…
« Oh ! min pauvre éfant. »
Dit s’mère in bréyant,
« Vlo chl’araignée din t’bouque ! » (bis)

— 6 —
« Ch’est du poéson ! Vite min Jeannot,
« Vite, értire ét’ casaque !
« Pi lainche tes doéts din tin gaviot,
« Pour afin qu’tu l’démaques !
« Tache d’él foaire sortir
« Ou a t’fro moérir…
« Qué position affreuse !
« D’és vir impoésonné,
« Pindaint no diner,
« Par einne béte qu’est vrimeuse ! » (bis)
— 7 —
Voéyant qu’tchot Jean n’peut point vomir,
On vo tcheur cousin Gleude
Qu’i dit : « Ms’éfants, pour el guérir
« Faut li bailler d’ieu cœude ! »
O nin verse in pot
Din l’gave éd Jeannot ;
Mais ch’est peinne inutile.
Gleude, fin abattu,
Dit : « Tout est perdu !
« Vlo tchot Jean qu’i défile ! » (bis)

— 8 —
Mais Joset dsu ses pieds bondit
Dit : « N’bréyez pu Djidjite !
« Échl araignée, ch’est positif,
« Vo décamper d’sin gite.
« Él meudite béte lo,
« Mi j’ai rmarqué cho,
« Aime à matcher des mouques !
« I m’semble à vir
« Qu’in li in bsant sentir,
« I faudro qu’a s’déjouque ! » (bis)

— 9 —
« Ch’est, morziu, vrai, cousan Joset,
« Vo idée est fin boeinne !
« Chés mouques is front, sur éd l’effet !
« Attrapons nin quéques einnes ! »
Aussitot bravemint
Is s’in vont douchmint
Din ch’forni foaire él cache.
Gleude dit, in rintrant :
« Chl’araignée, ms’infants,
« Os ll’étnons din no lache ! » (bis)

— 10 —
O débille tchot Jeain bien vivmint,
Pi din sin lit o l’couque ;
Autour dé s’bouque bien adroétemint,
Oz étampit chés mouques.
Gleude dit à Joset
Au bout d’un molé :
« Notre afoaire és démanche
« Os né ll’érons pu
« Car al est morziu,
« Fourrée din l’fond d’és panche ! » (bis)

— 11 —
Joset répond : « Sié os ll’érons !
« Mais d’einne eutré manière :
« Tournons chl’éfant, pi li mettons
« Chés mouques à sin driére ! »
Qué belle invention,
Vlo dsu sin croupion
Chés mouques in sintinelle !
Gleude dit : « Mz’infaints,
« Oui j’él-l’intinds
« Qu’al érmue din ll’évnelle ! » (bis)

— 12 —
Poussé par él tchuriosité
Chacun lorgnoait ch’driére :
Gleude avec sin long nez posté
À deux pouces d’él catiére.
Tout d’un min cœup, Vlan !
Tchot Jeain s’értournant
Lache un pet formidabe !
Vlo Gleude aveuglé
Chés mouques involées,
Pi chl’araignée au diabe ! (bis)
— 13 —
Éms anmis, pour éch dénoumint
Jeain, Joset pi Djidjite,
Is s’sont pourlétchés d’contintmint
Pu d’trinte-chonq foins tout d’suite !
Après ch’cœup d’temps lo,
Tchot Jeain dit, tout bos :
« Si réste un peu d’ieu cœude
« Maman, os froéte bien
« D’aller comme dé rien,
« Laver ch’nez d’cousin Gleude ! » (bis)

Écoutez ce titre interprété
par André Nattiez




Disque Pathé n° X. 94097
(n° 203199-200)
Comprendre « Chl’araignée »

L’explication du vocabulaire est donnée selon le sens du mot dans la chanson. Cette liste ne consitue pas un glossaire, mais demeure une simple aide à la compréhension du texte.

• Migny : Rumigny (le nom du village est élidé dans cette interprétation)
• inochint : innocent, naïf
• li-bouli, lait-bouli : bouillie
• frainne : farine
• lévite : veste
• gron : giron, tablier
• is miout’t : ils mangent
• panchie : ventrée
• au mitan : au milieu
• infiquer : enfoncer
• gargate : gorge
• quer : tomber
• flouc et flouc : bruit de déglutition (onomatopée)
• bréyant : pleurant
• qu’tu démaques : que tu vomisses
• vrimeuse : venimeuse
• queur : chercher
• gave : gorge
• i défile : il meurt
• maquer : manger
• i m’semble à vir : il me semble
• qu’a s’déjouque : qu’elle sorte de sa cachette
• morziu : morbleu ! (juron)
• lache : collet, nœud-coulant
• oz étampit : on dispose, on place
• un molé : un peu
• évnelle : passage étroit, venelle
• catière : chatière
• foin : fois

Lire une proposition de tractuction littérale de la chanson interprétée par André Nattiez (format pdf).
Des partitions de
« Chl’araignée »




Constamment éditées depuis la fin du XIXème siècle, les paroles de cette chanson sont connues (avec des variantes) partout en Picardie.



Dernière mise à jour :
04-04-2013
Pour tout renseignement
écrivez à Gadrouille
Retour en haut
de cette page
Rapasse à no moaison !
(vers le plan du site)
© Ch’Lanchron 2012
CH’LANCHRON
  « Espace Saint-Gilles » (CM-17) Bâtiment 9 - 82 rue Saint-Gilles
80100 ABBEVILLE   Picardie   (FRANCE)
Téléphone / Fax
(33) 03.22.31.01.55.