Ch’Lanchron
paraît
depuis 1980
Accueil
du site picard
lanchron.fr
Écouter ou
lire du picard

Sur scène
Une brève
présentation de
Ch’Lanchron
Les numéros de
Ch’Lanchron
éch jornal picard
Les auteurs
publiés dans
Ch’Lanchron
Langue picarde
Vitalité du picard
Les liens
Nouveautés
et mises à jour

Plan du site
 « Ch’Lanchron » c’est aussi le journal trimestriel écrit tout en picard Un « lanchron » c’est un pissenlit 35 ans de scène, 90 chansons en picard à notre répertoire Logo officiel de « Ch’Lanchron » Gadrouille est la mascotte de « Ch’Lanchron » Toute une collection de livres picards de référence À doù qu’o s’édvise in picard ? Ravisez ichi ! Quoé d’neu din « lanchron.fr » ?
Abonnez-vous !
Ch’Lanchron
1 an pour 22 €

Table des
textes parus dans
Ch’Lanchron

Écouter des chansons
Jouer et écrire
Activités de
l’association
Ch’Lanchron

Le roman picard
La fableLa BD.
Le théâtre picard
Commandez
les éditions de
Ch’Lanchron

Le moyen picard
La littérature
du picard moderne

Quoé d’neu din « lanchron.fr » ?

Ch’Lanchron présente les chansons picardes d’André Nattiez


André Nattiez dit « Tchot Nat » a enregitré vers 1932, pour les disques Pathé, trois chansons picardes. « Ch’Lanchron » vous permet de les écouter dans leur version originale avec un accompagnement au piano.

La retranscription des paroles a été réalisée en demeurant le plus fidèle possible à la prononciation donnée dans l’interprétation qui nous est parvenue.
Certaines prononciations, typiquement amiénoises (les nasalisations, notamment), sont respectées et seront appréciées des auditeurs attentifs.

Il n’est pas impossible qu’un mot ne soit pas toujours prononcé de la même manière au fil des couplets. La retranscription tient compte de ces variations.

Le texte chanté par André Nattiez diffère parfois quelque peu de la version initialement écrite par l’auteur de la chanson.


Écoutez les chansons interprétées par André Nattiez

Grand-mére à poussiére
Chl’araignée
Découvrez le répertoire de chansons picardes de « Ch’Lanchron »
——————
Écoutez les chansons enregistrées par « Ch’Lanchron » :
« Eute pèrt… » (1986)
« Ch’bal » (1994)

In rvenant d’chez Barnum

Chanté par André Nattiez (sur l’air de « En revenant de la Revue »)
d’après les paroles de Louis Seurvat (1902)

1
À forche éd lire din chel gazette
Éq Barnum alloait vnir Amiens,
Ém fame s’étoait jutché din s’tète
(Quand al vut quéqu’cose al vut bien)
Qu’os iroéme vir él grande affoaire,
Chés acrobates, chés singes, chés qvaux,
Chés girafes pi chés gromadaires,
Chés nénéphants pi chés chameaux.
J’li dis : « Voéyons, Laïde,
Quoi qu’ch’est qu’ch’est qu’tu m’lapides ?
Né szés vois-tu point d’no moaison
Photographiés dsu chés pignons ?
Tout cho ch’est des réclames
Pour amorcher chés fames,
Et pour foaire meudimint
À chés honmes dépénsier d’l’argint.

— Non ! qu’al dit, mn’honme,
J’vux aller vir Barnum,
Pindaint qu’il est din l’Sonme
Ch’est plus pratique.
Bien seur, Mimir,
N’y éro pu d’train d’plaisir
Quaind qu’os n’pourrons pu l’vir
Qu’in Amérique ! »

2
Dimainche à ch’tchot jour, vite et vite,
Laïde infique sin bieu cotron,
J’mets m’rouillére neuve, no tchot Polyte
Ses effets d’premiére communion.
Os courons conme des fous à l’gare,
Conme einne locomotive j’hainsoais…
Un cœup d’chifflet pi ch’train démarre,
Qué d’monne din chés troisiémes, jamoais !
In fache, j’avoais l’grosse panche
Éd Tutur éd Grattepanche,
À droite, Titisse éch maquignon,
Qu’i m’rabotoait toujours mn’oignon.
Il o fallu qu’j’ém fache
Pour ém foaire einne tchote plache,
Caser m’fame pi mn’infant
Din un coin d’éch compartiment.

Os sonme tértous
Din l’rue d’chés Troés Cailloux,
Mais vlo Polyte, no tchot,
Qu’i s’met à braire :
« J’brule éd caleur,
J’ai du mau à min tchœur !
— Ch’est un cœup d’malsaveur
D’él feute à t’mére ! »

3
Os arrivons à la Heutoie.
Vraimint ch’étoait pire qu’à l’Saint-Jean !
Vlo Laïde qu’al crie conme einne oie,
À foaire értourner tous chés gins :
« Diu ! nin vlo ti des métes éd toéle !
Y o pu d’chonq chint mille poaires éd drops ! »
Qu’al dit in rbéyant à ls’étoéles,
In jtant in l’air ses deux grands bros.
« Mais tu t’tairos, pétète !
Qu’éj li dis, hé grande bète !
Tu n’vois don point éq ch’est l’momint
D’prinde nos billets pour rintrer din
L’moaison d’chés phunomènes,
Mais che n’sro point sains peine,
Car pour avoér sin tour
I feut pesier pu d’un dmi jour. »

Polyte bréyoait,
Ém fame s’impatientoait,
Et pi mi j’étouffoais
À foaire él tchaane.
Quand qu’ch’est à nous,
J’saque mes quate lives dix sous,
Pi os rintrons tértous
Sains rprinde haleinne.

4
Mais vlo Polyte qu’i rcminche à braire
Il o peur éd chés nénéphants !
« Qu’ch’est ti imbétant, qu’al dit s’mère,
Éd voéyager avu ds’enfants ! »
I dmande pourquoi qu’à chés girafes
Él Boin Diu leuz o monté l’cou...
« Si tu dvises coér, t’éros des baffes,
Mouque tin nez, tais-tté, leuwarou ! »
Mais vlo chés phunomènes,
Chés géants, chés tchotes naines,
L’honme ésquélette, ch’carculateur,
Él fame à barbe et pi ch’farceur
Pour einne lampe à pétrole
Din s’gargate, cho ch’est drole !
Mais ch’qu’i y o coér éd pu bieu,
Ch’est chti qu’o pinturluré s’pieu !

Tout cho ch’n’est rien,
N-y o coér échl honme-étchien,
Ch’est triste pour un chrétien,
Ch’n’est mie croéyabe.
Ch’qu’i foait frémir,
Ch’est d’vir einne fame s’noérir,
Afin d’en’ point mourir,
Avuc un sabe !

5
Tout cho n’étoait qu’éch triambule,
Conme qu’i diroait chl’apéritif,
Din ch’grand Barnum on nous bouscule,
Et vlo éch momint décisif…
Pour lorse, pindaint einne heure intiére,
Os nn’avons vu d’tous les façons,
À zius freumés d’peur éd vir tchaire
Chés agrobates éd leus plafonds.
À droéte, à gueuche, din ch’bout,
Din ch’mitan pi partout,
Sains s’érposier einne seule minute,
Chés clousses is faisoai’t él tchulbute.
Ds’honmes, des fames, éds infants,
Des négues noérs, des négues blancs,
Pi toute einne sorte éd bètes,
Qu’is manœuvroai’t à ch’cœup d’sonnette !

Un mitan d’fou,
Monté dsu sin vélou,
Déchind tout d’mit-in-dbout
D’einne grande étchelle.
Man Diu Sangneur !
Ch’est ti point un malheur,
Peut-on rbéyer d’boin tchœur
Einne cose pareille !

6
Vlo qu’ch’est toute, ch’est l’fin d’él parade.
Oz est rcrand à forche d’ète assis,
Os o nos tchus in marmlade,
Laïde, Polyte, pi mi aussi.
Mais tout à coup, éch meudit joeinne,
Qu’étoait encore tout écrampi,
S’laisse tchaire avec él pan d’ém basqueinne
À travers chés planques d’éch planchi !
J’él rattrape conme éj pux,
I brait à qui miu miu.
Pour nous défiquer d’és galére
Os suivons l’fil d’él filiére,
Laïde accroche min bros,
Polyte suit pos à pos,
Tout d’un coup j’sins einne éscousse :
O vnoait d’ém’ picpicoter m’bourse !

L’soér in rintrant,
Tout in chemin foaisant,
J’disoais in mamonnant,
Él mort dans l’ame,
Pénaud, moneux,
« Ch’est des attrape-nigueuds !
Ch’n’est point dmain, nom dés eus !
Qu’j’acoutrai m’fame. »

Écoutez ce titre interprété
par André Nattiez




Disque Pathé n° X. 94096
(n° 203197-8)
Comprendre « Barnum »

L’explication du vocabulaire est donnée selon le sens du mot dans la chanson. Cette liste ne consitue pas un glossaire, mais demeure une simple aide à la compréhension du texte.

• Jutché din s’tète : mis en tête
• À l’déjouque : au lever
• Infique : enfile
• Rouillére : blouse
• Hainsoait : hâletait
• Oignon : œil de perdrix
• Cœup d’malsaveur : une malchance
• Rbéyant à ls’étoiles : regardant en l’air
• Bréyoait : pleurait
• À foaire él tchaane : être dans la file d’attente
• Leuwarou : enfant turbulent
• Triambule : introduction
• Gargate : gorge
• Tchaire : tomber
• Clousses : clowns
• D’mit-in-dbout : de haut en bas
• Rcrand : fatigué
• Joènne : jeune
• Écrampi : engourdi
• Basqueinne : partie basse d’une veste, basque
• Défiquer : extraire
• Picpicoter : dérober
• Moneux : confus, honteux

Lire une proposition de tractuction littérale de la chanson interprétée par André Nattiez (format pdf).
D’autres enregistrements
édités de « Barnum »




Sous le pseudonyme de Lepac, l’Amiénois Robert Capel a enregistré de nombreuses chansons picardes pour Parlophone dans les années 1930, parmi lesquelles le « Barnum » de Louis Seurvat prend place.



Georges Courcol a donné ses propres versions de plusieurs chansons picardes à la fin des années 1970 (sur disques « Déesse », en 45 tours/17 cm ou en 33 tours/30 cm)
Dernière mise à jour :
27-03-2013
Pour tout renseignement
écrivez à Gadrouille
Retour en haut
de cette page
Rapasse à no moaison !
(vers le plan du site)
© Ch’Lanchron 2012
CH’LANCHRON
  « Espace Saint-Gilles » (CM-17) Bâtiment 9 - 82 rue Saint-Gilles
80100 ABBEVILLE   Picardie   (FRANCE)
Téléphone / Fax
(33) 03.22.31.01.55.