Ch’Lanchron
paraît
depuis 1980
Accueil
du site picard
lanchron.fr
Écouter ou
lire du picard

Sur scène
Une brève
présentation de
Ch’Lanchron
Les numéros de
Ch’Lanchron
éch jornal picard
Les auteurs
publiés dans
Ch’Lanchron
Langue picarde
Vitalité du picard
Les liens
Nouveautés
et mises à jour

Plan du site
 « Ch’Lanchron » c’est aussi le journal trimestriel écrit tout en picard Un « lanchron » c’est un pissenlit 35 ans de scène, 90 chansons en picard à notre répertoire Logo officiel de « Ch’Lanchron » Gadrouille est la mascotte de « Ch’Lanchron » Toute une collection de livres picards de référence À doù qu’o s’édvise in picard ? Ravisez ichi ! Quoé d’neu din « lanchron.fr » ?
Abonnez-vous !
Ch’Lanchron
1 an pour 22 €

Table des
textes parus dans
Ch’Lanchron

Écouter des chansons
Jouer et écrire
Activités de
l’association
Ch’Lanchron

Le roman picard
La fableLa BD.
Le théâtre picard
Commandez
les éditions de
Ch’Lanchron

Le moyen picard
La littérature
du picard moderne

Quoé d’neu din « lanchron.fr » ?



Satyre

d’un curé picard

sur les vérités du temps

(1754)



  • 1- Présentation du livre

  • 2- Épître [pages VII à XIII] et Avertissement [page XV]

  • 3- Lexique [pages XVII à XX]

  • 4- Sermon [pages 1 et 2] (avant propos)

  • 5- Histoire de David [pages 2 à 27] puis [pages 28 à 35]

  • 6- Second point [pages 36 à 59] puis [pages 60 à 87] puis [pages 88 à 98](satire)


  • Satyre d’un curé picard


    p. 36

    Vlos (1) Emsefans tous comme nos boen Diu nos atrape
    Quant on sommes oire mechans nous nos quen ptiote sape,
    Mais en foes quos avons misa bout s patienche,
    Y nos chingle & y nos trille en boene consienche,
    Mais chos ches nos faute, car quand os sentons s nepront,
    Si os forchoimes nos cueur à ly dmander pardon
    Innos frois jamais rien & y sroit même bien aise ;
    Car il est si boen qel moindre quose l’apoise,
    Chet margret ly quant y nos foes sentir sen bros,
    Et il est bien fachée quant y nos foes du mos,
    Y vouroit morbiu bien qu’on fuchouche poen mechans,
    Y nos aime, mais y nos aimrois dix foes otans,


    (1) Premiere Morale comique que le Curé fait
    à ses Paroissiens dessus la malheureuse fin de Saül.


    p. 37

    Dvroimes-nous loffensers, en sommes nous poens s Efans
    Nos ty poen baïllé pour nous s vie & sen sang,
    Ejoug y n’est poen à tous chouq os sommes nos Pere,
    Ennos os ty poen foes dès denl panche de nos mere,
    N’est jou poen ly quos foes ches Gros espis ches Ptiots,
    N’est jou poen ly quos mis ene pieux edsur nos os,
    N’est jou poen ly quos foes ches Bêtes epis ches Hommes,
    N’est jou poen ds bonté si os sommes tés quos sommes,
    Croyés-vous de bonne foy à vos virs los tretous,
    Qel bon Diu neroit poen bien peu s passéd nous,
    Et ma foy siet alés, es Magesté suprême
    Est chens foes pu quin faut pour sufir d elle-même,
    Mais il os bien voulu nos créer tous comme ly
    Pour quos puchonches gangner en quind sen Paradis,
    (1) Y nos os tant aimé, il os même tée si boen,


    (1) Bontés que Dieu a eues pour nous créer toutes choses pour notre usage.


    p. 38

    Qu’il os enquoir pourvu à chouq os ons ebsoens,
    Il os foes en Soleil chos pour nos eclerer,
    Il os foes ene tere pour quos puchonches nos bourer,
    Il os foes ed setoilles epis ech temps etous,
    Il os foes Laire pour nos foire respirer tretous,
    Il os quoir foes ene Lene, il os quoir foes ene Mere,
    Il os foes des Rivieres & chonq y fouloit foire,
    Nedvroimes nous poens l’aimer quoir chens mille foes miuq nous,
    Ene nos baille ty poen chouq y nous faut à tretous,
    Ene mets-ty poen sur el tere tant qui foes dennée
    Des pronnes, des gravinchons pour nos foire des pronnées,
    N’envoye-ty poen des blés toul sans pour foire du pain,
    N’est jou poen ly qui carque ches vaingnes pour foire du vin,
    Ene mest-ty point sur ches arbres de toutes sortes de fruits ;
    Enfin n’envoye-ty poen chouq y faut pour nos vis,
    Nos manque-ty à quequoses, n’envoye-ty poen etout
    Des canvres epis des laines pour nos mucher tretous,


    p. 39

    (1) Cheux qui sont pauvres dirons petete pour mareter
    Qui neroitens rien si y nen savoites grater,
    Ches vray, mais el bon Dieu os bien pourvu à chos
    En vos boutant des mains pendues à vos deux bros,
    Epis ejoug os n’êtes poen nés pour ebsougner
    Si le bon Dieu le vœut edvons nous nos rfringner,
    (2) Nos premier Pere n’avoit quane poen être si geullue,
    In fouloit poen qui menge de ches pemmes defendues,
    (3) Si il eux obeit à chouq Diu avoit dit
    Os eroimes tée tretous den en bieux Paradis ;
    Os eroimes los yeu sans rien foire chouq y nos faut,
    Et os eroimes té comme des Pissons den lieux ;
    Mais pisquej premier Pere nos poen voulu marcher
    Tout droit, faut quos nechonches carqués ed sen pecher,
    Y faut ermersier Diu dch qu’il los pardonnée,


    (1) Discours que les Pauvres tiennent expliqués et refutés.
    (2) Désobéissance de notre Pere Adam.
    (3) Promesses que Dieu lui avoit faites si il eût suivi ses Commandemens.


    p. 40

    Car personne ene sroit née, ou os sroimes tous dannée,
    Diu ene pouvoit y poen el bouter den Linfere
    Tout comme il os bouté ech diable de Lusifere ;
    Mais y nos poen voulu nen foire en malhereux,
    Et y s’est contenté del cacher comme en pteux,
    (1) Deutres dirons nennos des Riches, & chos pourquoy,
    Mis je diray pourquoy quos os mandé en Roy,
    Si caquens etoit riche vourois-ton ebsongner,
    (2) Trouveroit-ton quequens qui vouroit faire amgner,
    Alvroites-vous des Porcheux, alvroites-vous des Pouldaines,
    Penssroites-vous seulment à bouter couver vos Glaines,
    Alvroites-vous des Canards, alvroites-vous ed Soysons,
    Alvroites-vous des Berbis, alvroites-vous des Pigeons,
    Neroit-ty quequens qui meroit vos Vaques à Toir,


    (1) Autres Discours des Pauvres aussi refutés par le Curé.
    (2) Description comique d la nécessité de tous les états.


    p. 41

    Eroites-vous des Mecquinnes, ouy os eroites del foire,
    Queche qui vouroit mener tous vos troupieux poichers ;
    Eroites-vous des Berequers, eroites-vous des Porchers,
    Disemes en molet queche querois soens ed vos Guevos,
    Neroit-ty den tous ches Vilages des Marechos,
    Eroites-vous des Varlets pour mner vos carus ;
    Non si caquens etoit riche toul monde sroit perdus,
    Os voyeroit tous ches Hommes len & leutre segorger,
    Ches Leus qui sont dens ches bos veroites vos menger,
    Ches Ros & ches Soyris veroites menger vos gueveux,
    Epis tous ches Bêtes brutes s boutroites sur nos pieux,
    Os iroim dens ches rus sans avoir de partot,
    Os neroimes poen ene qmise à bouter den nos dos,
    Os sroimes sans affulurs, os iroimes sans seuillers,
    Os trotroimes sans culote & sans cauche den nos pieds,
    Os voyrois poen en ame qui sroit cauchée, vêtus,
    Et os sroimes obligés d’aler nos cus tous nus ;


    p. 42

    Enfin os sroimes enquoir tretous pire ecq des fous,
    Et os voyroit ches quoses aler sans savoir ous,
    Et morbiu lessiés foire le bon Diu ene boenne fois,
    Y say chouq y nos faut sur le bout de sen doit,
    Y say dij nos bailler à nos apars caquens,
    Chouq y nos faut pour vivre & chouq os avons bsoens,
    Nennos quons de l’esprit, deutres du resonmens,
    Cheux-chy n’ont poens chos, mais y faites gangnéd lergens,
    Nennos qui fons des toilles ches pour nos enqmisers,
    Nennos qui fons des dros ches pour nos abillers,
    Y nos des Couturiers pour foire nos harnachures,
    Y nos des Capeillers pour foire nos affulures,
    Nennos pour foire ches barbes, epis pour foire des gueveux,
    Y nos des Serusiens pour guerire ches galeus,
    Nos ed Soperateurs & des Medsins aussis,
    Pour alonger ou bien pour acourchir nos vis,
    Nos ed Sapotiquairs qui soites nos foirs quiers ;
    Et enfin nos des Gens de toutes sortes de Mêtiers,
    Ches Femmes mêmes, comme ches Hommes, ont etous leus affoires,
    Et nennos poen en qui passe s vie à rien foire,


    p. 43

    Nos des Hommes quon des sienches enfeté leus bones,
    (*) seul ver qui ne possède pas de rime
    Nennos etous qui sont beudes comme des Beudes,
    Mais chos en foes derien ils ont l’instins dgagner
    En bsongnans comme el sautres chouq y feut pour emgner,
    (1) Gnos en Pape epis des Capieux rouge aveu ly,
    Chelos sons pour nos metre tout droit dench Paradis,
    Gnod Sevecques ed Sabés qui sont crochés, mitrés,
    Nos des Prêtes & des Moines & partout des Curés,
    Ches derins sons boutés exprès pour vos mariers,
    Epis pour quant os foites des ptiots les batisiers,
    Y sons pour vos Prequers epis pour vos Messers,
    Y sont pour vos dirs Veupres & pour vos Confessers ;
    Dirés-vous quoir achteur qu’on vouroites poens rien foire,
    Et tous chouq Diu os foes n’est-ty poen nessessaire,


    (1) Discours sur la necessité d’avoir un Pape, des Prélats,
    des Curés & des Moines, si il n’y eu avoit pas tant.


    p. 44

    Je menvos enquoir vos parler ded seutres maingners
    Et vos en baillers tous du long de vos maquoirs ;
    (1) Pour evnir à ches Riches, par example, nos des Roys,
    Ebien faut qui nenneuche pour nos bailler des Loix,
    Sans chos os nos mengroimes tous le blanc de nos yus,
    Et os voyerois ches jonnes assommer tous ches vius ;
    (2) Nos des Prainces, des Saingneurs toujours près ds personne,
    Bien y nen faut etous pour maintnir s Couronne,
    Nos des Qmandeux Dermée qui galopes ches poyis,
    Y nen faut etous pour cacher nos Enmis,
    Nos des Ducs & des Peres, epis des Marechos,
    Nos des Marquis, epis des Ministres Detos,
    Y nos en Canchelier, y nos en Controleux,
    Nennos enquoir en quos apelle Ouarde ed Sieux,


    (1) Nécessité indispensable d’avoir un Roy pour nous gouvenrner.
    (2) Autre nécessité d’avoir des Princes, des Seigneurs
    & des Ministres quand se sont d’honnètes gens.


    p. 45

    Quant ches derins sont boens y fons tout nos boenheur,
    Mais quant y sont mechans y fons tous nos malheur,
    Quoyq chos y nen aut, car nos Roy en pouriot mis
    Jamais envir à bout ds affoirs emparly ;
    (1) Y nos des Magistros epis des Parlemens,
    Diu o mis ches derins comme les Peres de ches Gens,
    Chés celos qui sont pour cacher de maoises Mouques
    Qui nos raquens souvent du poison par leus bouques,
    Chet à dire qui sont pour foire connoître à nos Roy
    Qui nennos qui ny vons poen toujours al boenne foy ;
    Enfin ches eux qui fons rongners tous ches impos,
    Et qui nous fons bouters en peud lar dens nos pos ;
    Nos etous des Notaires pour nos foirs des Contros,
    (2) Nos aveu eux des Gens de chonq chens mille etos,


    (1) Petit discours en faveur des Parlemens.
    (2) Commencenment des Satyres sur les Censures publiques.


    p. 46

    Mais den tous chos nennos des boens & des mechans,
    El sens nos fons du bien, les autres chuchens nos sanc,
    Diu permet qui nenneut pour nous persecuters,
    Pourquoy ches jous chos ches pour nos foire meriters,
    Y nonnenvoye etous pour punir nos pechers,
    Qui prens-ty pour chos ches en troupieud Fermiers,
    Des Fermiers direz-vous, quoy jous dont ecq chet chos ?
    Nous n’avons mis aouy parler de ches bêtes los,
    Ine peutes mis nous rien foire, inne nos connoîtes poens,
    Ebien lechés les foirs y connoîtes vos argens ;
    Voulés-vous qj vos diche chouq ches bien ches de s Hommes
    Quepluquens ches ecus qui nos dens ches Royaumes,
    Et ches des Gens quons tant dor qui nen sons queudus,
    Et qui sons assés riches pour foire dorer ches rus,
    Os dirés, mais ouqchet dont qu’ils ons pecqués chos ?
    Vermens ils lons pecqués ameme de tous ches fos,
    Chos leus est bien aysié ches eux qui rchevens tous


    p. 47

    Lergens ecq nos Roy mande & qos poyons tretous,
    Vous alegrés petetre ou os penssrés boenment
    Ecq si ircheutes pour ly qui ly rentes snergens,
    Bien mis je vos diq non, car si ils ons chonq seux
    (1) Y nen prentes trois pour eux & y nen rendens deux,
    Pis quand nos povre Roy est den en tans de Guere
    Y ly prêtes s nergens à rente pour s affoirs,
    Chos est comme je vol dit, chos n’est poen autrement,
    Et pourquoy ches jous chos, cheq nos Roy est tros boen,
    Isse lesse morbiu ronguer comme os rongue ches Plaideux,
    Et nos de certins temps qu’il est pu povre qu’eux,
    Faut tous vos dire etout, ine say poen leus machainens,
    (2) Et il os tros daffoirs pour sen bouter en paine,
    Os penssés petetre vous quen Roy nos qu’à macquer,


    (1) Vol manifeste des Fermiers Généraux, ainsi que de toutes les Gens de Finances.
    (2) Pourquoi le Roy se laisse voler : Comparaison de son état à celui d’un Paysan.


    p. 48

    Qu’à rire & qas promner, qu’à selver es couquer,
    Mais chos n’est poen, car y faut qui soingne ces Sujes
    Comme os voyés ene Glaine soingner tous ces Poulets,
    De foichon em Sefans quen Roy os moins de tans
    Quen Poyisant qui vos labourer den ches cans,
    Ech Poyisant i couque quant s journée est foite,
    Mais ech Roy os toujours ed saffoirs plin s tête,
    Ches Fermiers saites chos, ches justements chouq y foes
    Qui lis prentes de lergent pour carquer des Mulets ;
    Mais si y savoit comme mis comme il saites plemer,
    Je crois qui leus rongnrois tous leus griffes de bien près,
    Y neroites morbieu poen des catieux dorés,
    Y neroites poen nenpus daffoirs pour leus carrés ;
    Y neroites poen d’Home de Cambre pour les sarnachers,
    On vidroit poen leus brens, on leus frois poens amgners,
    Ine sroites poen sur leus chaises comme des Papes Colos
    Asse foire servirs sans rmuers ny leus gambes ny leus bros,


    p. 49

    Fouroit qui travaillens pour norire leus menages,
    Fouroit etouq leus Femmes foichens leus tripotages,
    Y seriens contrains de foire chou ecq Diu nos dis,
    Chet à dire, debzongners & de brouters leus vis ;
    Mais tous chos j’ay bieu dire nos yeu des cœurfaillis
    Dès le qmenchement du monde nenneros après mis,
    (1) Al fille los nos quoir des Gens de pleme ene libelle,
    Qui sont tretous si boens qu’etoit le frere d’Abelle ;
    Je peut bien quoir dire d’eux, sans foire tor à leus clique,
    Ecq ches tous maoises Mouques qui ronguens ech publique,
    (2) Après chos nos en tos de morsieux de Justice,
    Ou pour miu dire, en tos de grigner à malice,
    Jel sappelles comme chos, car quans os ons queques Procès
    Epis quos les carquons pour prendre nos interes,


    (1) Pour toutes sortes de Gens de plume.
    (2) Pour la Justice ; leurs façons de terminer les Procès.


    p. 50

    Y nos dites toujours ouy os frons chos comme y faut,
    Mais nos talons tournés y nos pleimes pour eux,
    Nennos qui fons durer ches Procès chinquante ans,
    Deutres les menens par los el vid leus ptiots Effans,
    Nennos qui saites etous toute suite nos egorgers,
    Epis quant os non pus rien y nos fons jugers,
    De foichon em Sefans ecq ches povres Plaideux
    Baillens al Justisse leus Vaques pour avoirs ches queus,
    Chelos sond Savoquos qos apelle des Docteux,
    Mis ej diq ches des Ros, car y ronguens comme eux ;
    (1) Nos etous des Greffiers pour ecrire ches Snetenches,
    Chelos vientes quoir tretous dench monde-chy sans consienches,
    Je dit chos, cheq souvent y font pour de lergens
    Des quoses quin vons poens moins qu’à ruiner ches gens,
    Chet à dire ecq quant en Juge foes gangner quequens,


    (1) La bonne foy des Greffiers.


    p. 51

    Y cangens ches Sentenches si chon leus conviens poens ;
    (1) Après tous chos nos quoir en troupieux de voleux
    Sans foy ny sans Loy, quos apelle des Procureux,
    Chelos sons enquoir pore ecq tous ches Leus-aroux,
    Et y nons poens pud ames quen Pou à eeux tretous,
    Leus mêtiers à eux ches de voler à deux mains
    Ches Povres, ches Riches, epis ches Veuves & ches Orfelins,
    Isse ruens sur ches Gens comme des Quiens enragés,
    Et in les quitens poens quine les euchtes egorgés,
    En en mot, ches des Bêtes qon say pa où les prendre,
    et os frois en boenne œuvre de les foirs tretous pendre ;
    (2) Y nos des Commissairs epis etout des Sergans,
    Ches boens sons quoir commens dens eux comme ches Leus blans ;
    Y sons etous tretous des lambieux de Justisse,
    Ches Commissairs sons quoir Quiens de quache del Polisse,


    (1) Portrait des Procureurs.
    (2) La vie & l’intrigue des Commissaires.


    p. 52

    Leus distrique vos si loen qui peutes dens leus etos
    Casis leus foirs beyers comme des ptiots Magistrots ;
    Y fons pour empêcher cheux qui fons des tapages,
    Y peutes etous cachers tous ches maois menages,
    Y sons pour bouter ordre à ches libertinages,
    Et pour foire emfremer ches Fills quin sons poens sages ;
    Mais y nons ouarde, car ches Moiselles à juste prix
    Leus fons caquens par ans mille ecus de profit,
    Y nens fons prendre quequenes par fois dens leus cartiers,
    Mais chos ches seulment pour leus aprendre leus mêtiers ;
    Ils ons quoir des profis ed ches pois ed ches msures,
    Innons etous dche bren & ed ches ramonurs,
    Ils ons tans qui sons leus moisons entretnus
    Par ches Gens de boutiques quos voyés dens ches rus ;
    Par example, quant y veutes bien baillers à maiquers
    Et qui voytens qui nons poens grand quose arleiquers,


    p. 53

    Y boutens leus partos y vons foire leus mêtiers,
    Chet à dire qui fons ene tournée dens leus cartiers,
    Y trotaines den en rue, pi den deux, pi den trois,
    Après chos y senrvientes comme si derien n’etoit,
    Et y nons poen sitot leus pates den leus moisons
    Quech Rotisseux envoye drieres eux queques capons,
    Ech Boucher leus aporte en cartier de Moutont,
    Ech Chercutier vien vîte aveu en boen ganbon,
    Ech Boulinger aporte ene mis hotée de pain,
    Ech Cabartier aporte sen cos carqué de vin ;
    Enfin ches Gens los ons tans & tans de presens,
    Qu’ils ons sans sacquers rien tous chouq ils ons ebsoens ;
    Vous dirés pourquoi dons quos leus donne tous comme chos,
    Jen say poen, mais faut qui neuche des raisons pour chos ;
    Y vons etous à ches Morts foire ches inventers,
    Ches enquoir los où y fons bien leus ptiotes affoirs,
    Ils ons soens de quoisir den ches pus bieux bagages


    p. 54

    Den aire grave chouq y faut pour niper leus menages ;
    Y sons etous pour foire ches contes de ches Tuteux,
    Epis quoir pour achver de ruiner ches Mineux,
    Je dis chos, cheq ej nen peut parler savament,
    Car je sus queu pour mes pechers den les pates den
    Qui mos morbiu rongué pus nest qos rongue en ots,
    Et qui mos agripé jusq al qmise de men dos ;
    Mais etous qel bon Diu lebniche comme jel espere,
    Y voyeros si os volle ches Mineux den Linferes,
    (1) Jay enquoir ches Sergans à vos defigureres,
    Jaimroy otans avoir dix Diables à equorcher,
    Car chet quoir ene vermaine qui sons dens leus etos
    Toutes aussi honnêtes Gens qu’etoit Monsieus Judos ;
    Leus mêtiers à eux ches de vidier ches moisons,
    Pis dagriper ches Gens pour les metes en prisons,


    (1) La probité des Huissiers.


    p. 55

    Enquoir si il aloites drois neroit rien à dire,
    Car ech Bourieux vit bien de cheux qui foes moirire,
    Mais y prenons ches Gens sans les foirs assiners,
    Y pecquens des Sentenches pis y les fons souflers,
    Ches portans defendus, mais ine sen sousiens poens,
    Car y vendroites quoir ene foes Diu pour de lergens,
    (1) Y nos quoir ene riche Bende qui sons moites ed chel Mere
    Et qui nos fons mengers par foes du pin bien quere,
    Mais jen dit rien d’eux, car chos n’est poen nessessaire,
    Et quand y sroites quoir pire ech nes poen em saffoirs,
    Jen sus poen ichy pour defigurer caquens,
    Sufit ecq jay triqué ches mechans de ches boens.
    (2) Je vos ay los aprins à tretous de belles quoses,
    Et jay bien epluqué ches grate-cu de ches roses ;


    (1) Deux Vers qui s’entendent.

    (2) Seconde Morale comique que le Curé fait à ses Paroissiens,
    où il prouve burlesquement qu’il est très-difficile aux Riches de se sauver.


    p. 56

    Je vos ay dij foes virs ecq cheux qui ons des biens
    Sons casis dench monde-chy ches pus maois Quertiens,
    Etnés-vous dons contens den vos etos tretous,
    Et boutés dens vos têtes qui nennod pire ecq vous,
    Comme echlos Emsefans os erés des boenheur,
    Et nos Diu ebniros à tretous vos labeur,
    Si bien ech nes poen ches biens qui nos fons sover,
    O contraire ine servens souvens qu’à nos danner,
    Os avons mille examples de chouq je vos dit los,
    Essecriturs sons plaines de ches verités los,
    Nos chonq chens mille Riches qui brultes comme des Porcheux
    Pour avoir avalé tous leus biens empareux,
    Et y sons exposés par leus maoises maigner
    A cour sans y pensser os galos den Linfere,
    Pourquoy chos, cheq y sons alvé dens ches plaisirs
    Et qui nons poens deutres soens qued leus divertirs,
    Ine penste poen dutous à Diu ny à ces sains,
    Y sons toujours ficqués dens ches pus maois qmins,
    Ine vons dije jamois droit, tous leus pos sons tortus,


    p. 57

    Et ine peutes casie poens agriper ches vertus,
    Nos pour nos sover des quoses qui sons nessessairs,
    Bien y les ons cangées & boutées à l’envers,
    Ches Bourgois n& ches Geux suite etous leus methode,
    Et nos pus drligion ecq chele ques à leus mode ;
    (1) Al plache del Foy ils ons pour conduirs leus actions
    Ene bête quos chens mille geulles quos apelle Embitions,
    Y faut ql bête los menge par s tête, par ces pieds,
    Car el edvore caquens sans être rasasiés,
    Autrefoes an aloit jamois qaveus ches Grands,
    Mais achteur à senfique al moison de ches Marchands,
    A sataque etous à tous ches pus saintes têtes,
    Car asse rue sur ches grands epis sur ches ptiots Prêtes,
    Al os tand mechansté & al est si malaines,
    Quas niche etous edsous le partor de ches Moennes,
    S nintrique vos si loen qual lanche etous ches trais
    Edsur ches Ouvriers epis sur ches Laques,
    Al galope tous partous, al porte etout s rage


    (1) Description de l’ambition, où il est parlé de tous les états.


    p. 58

    Dens ches ptiotes Villes, den ches Boucqs & dens ches Villages,
    Enfin pour miu vous dirs, al pique & mor ches Gens
    Suivant leus etos & suivant chouq ils ond sens,
    Al foes par foes par s nintrigue ecq ches pu geux
    Vientes à Paris pu riches ecq ches pus gros Monsieus,
    (1) Vlos comme el bête los est, ches los sen vray portrait,
    Os êtes petetre en paine de savoir comme al foes,
    Bien je menvos vol dire, al vos vir en Porquer,
    (2) Pis à ly dit comme chos, Garchon quite ten mequer,
    Ensuite ed ten Hamieux, voten brouter ed vie,
    Si tune say poen ouqches bien votent à Paris,
    Ouy chet den chel Ville los ou os posse ches Beudets,
    Et ou tous ches pus riches y ons neté Lacques,
    (3) Quant à ly eux dit chos, al prend par sen sarot,
    A ly loye s misere tous dene bote sur sen dos,


    (1) Origine des Fermiers Généraux & de plusieurs autres Gens de fortune.
    (2) Satyre sur leur premier état.
    (3) L’ambition amene un Porcher à Paris.


    p. 59

    Pis al foes galoper ly epis ces chabos,
    Comme en Quien qui os fain galope après des os,
    A forche de gambonner il arrive à Paris,
    Il y reste deux trois jours tous comme en ebais’,
    Après lenbition ly tire sen peu de raison,
    Après chos à ly soufle al plache de sen poison,
    (1) Et à ly baille l’instin de sennaler planter
    (1) L’ambition fait son Porcher Décroteur.
    Al porte den Riche aveu ene fele pour decroter,
    Al lesse los queques temps pis à ly dit Garchonet
    Ensiq denl moison & tache devnir Lacquet,
    Ech Porquer rumaine & y bay leus abillmens,
    Irluque tous leus parures, y bay leus fisionmens,
    Epis y dit den ly morbiu sij vien comme eux,
    Je fray pu bieu Monsieu ecq cheux de nches Hamieux,
    Vlos quet bien, il enfique chos o fon des chervelle,
    (2) Y senvos denl cuisaine y lavende el voichelle,
    (2) L’ambition fait son Porcher Marmiton.
    Isse foes bien vnir de tous, il os ed satentions,
    Y fere chelos qui fertes, y foes leus commissions,








    Suite de la satire : Second point [pages
    60 à 87]




    Dernière mise à jour :
    27-03-2013
    Pour tout renseignement
    écrivez à Gadrouille
    Retour en haut
    de cette page
    Rapasse à no moaison !
    (vers le plan du site)
    © Ch’Lanchron 2004
    CH’LANCHRON
      « Espace Saint-Gilles » (CM-17) Bâtiment 9 - 82 rue Saint-Gilles
    80100 ABBEVILLE   Picardie   (FRANCE)
    Téléphone / Fax
    (33) 03.22.31.01.55.