Ch’Lanchron
paraît
depuis 1980
Accueil
du site picard
lanchron.fr
Écouter ou
lire du picard

Sur scène
Une brève
présentation de
Ch’Lanchron
Les numéros de
Ch’Lanchron
éch jornal picard
Les auteurs
publiés dans
Ch’Lanchron
Langue picarde
Vitalité du picard
Les liens
Nouveautés
et mises à jour

Plan du site
 « Ch’Lanchron » c’est aussi le journal trimestriel écrit tout en picard Un « lanchron » c’est un pissenlit 35 ans de scène, 90 chansons en picard à notre répertoire Logo officiel de « Ch’Lanchron » Gadrouille est la mascotte de « Ch’Lanchron » Toute une collection de livres picards de référence À doù qu’o s’édvise in picard ? Ravisez ichi ! Quoé d’neu din « lanchron.fr » ?
Abonnez-vous !
Ch’Lanchron
1 an pour 22 €

Table des
textes parus dans
Ch’Lanchron

Écouter des chansons
Jouer et écrire
Activités de
l’association
Ch’Lanchron

Le roman picard
La fableLa BD.
Le théâtre picard
Commandez
les éditions de
Ch’Lanchron

Le moyen picard
La littérature
du picard moderne

Quoé d’neu din « lanchron.fr » ?



Satyre

d’un curé picard

sur les vérités du temps

(1754)



  • 1- Présentation du livre

  • 2- Épître [pages VII à XIII] et Avertissement [page XV]

  • 3- Lexique [pages XVII à XX]

  • 4- Sermon [pages 1 et 2] (avant propos)

  • 5- Histoire de David [pages 2 à 27] puis [pages 28 à 35]

  • 6- Second point [pages 36 à 59] puis [pages 60 à 87] puis [pages 88 à 98](satire)


  • Satyre d’un curé picard


    p. 60

    (1) Tant quenfin y foes tant de sen cu & ds tête,
    Qui parvien à avoir en abit & en Moete,
    Quant il os ches deux los irluque sen fisionment,
    Y croit qu’il est quequose isse foes des complimens,
    Y reste comme chos queques temps cherné den poen être mort,
    Lenbition vien & ly dit Garchon pousse ten for,
    Tu peut vnir puq tu est , bay toujours odsud ty,
    Claque tes yus sur ten Moete & tache devnir comme ly,
    Chos net poen mal aisié il etoit bseud fagos,
    (2) Et il est vnu comme ty chy aveu des chabos,
    (2) L’ambition donne des conseils à son Laquais pour pousser sa fortune.
    Foes-ly & cour & tu voyros quit fros instruire,
    It fros te dije aprendre à lire & à ecrire,
    Achter & à conter tun sros pus en Beudet,
    Et tu pouros grinper peu à peu comme il est,
    Ech Lacquet suis de poen en poen chouq al y dit,
    Y rongue s Ouvriers, sen Moete voy chos & dit,
    Im sanne queche Lacquet los en manqrot poen d’espris,


    (1) L’ambition fait son Porcher Laquais.


    p. 61

    Le vlos dejos qui menge cheux qui travailles pour mis,
    Faut ly bailler en Moete ej nen sray en Commis,
    Quant y seros voler y fros bien men profit,
    Sen Moete foes chouq y dit, y ly lonstre sen teme,
    Y ly aprent dij comme y faut voler ly-même,
    Il lafectionne & y nen foes endmis Monsieu,
    (1) Pis quant y say quequose il campe den sen Burieux,
    Sitôt qech Laquet est los y ly vien du sens,
    Y foel bien de sen Moete, y noublie poen le siens,
    Après y sacoutume à voler tous caquens,
    Tanq enfin y vien riche par mille livres & par chens,
    Après quos il aquate moisons & saingneuris,
    (2) Isse boute dens ches Finances y vien Fermier aussis,
    Quant il est dens ches Fermes lenbition smet sur ly,
    A nel quite pus du tout, al talone jour & nuit,


    (1) L’ambition fait son Laquais Commis, & par conséquent voleur.
    (2) L’ambition conduit son Commis dans les Finances & dans les Fermes.


    p. 62

    A ly dit dens oyreilles tu est en riche voleux,
    Tu os bien queu dergens tu peut grinper pu eux,
    (1) Bay caquens ed côté, foite rendre ancblis,
    Ten Pere tos foes Porquer, bien foes ten Fiu Marquis,
    Tu peut marier & etous aocquer & Fille
    Aveu en Saingneur ou en Gouverneux ed Ville,
    Tos chouq y faut pour chos, car in faut qued lergens,
    Net soussi poen nsi ten Gende & bay comme du bren,
    Votent toujours ten qmin, pille, vole, apripe du bien,
    Boute echty de ten Roy d ches Gens aveul tien,
    Tous chos nenpechros poen quo net saque sen capieux,
    (2) Et qu’on tapelle gro & long comme ten bros Monsieu,
    Car voy-tu achteur nos ecq cheux quons de lergens
    A qui os foes boene maine & qui fons d’honnêtes gens,


    (1) L’ambition lui conseille de se faire noble, & de marier sa Fille à un Seigneur,
    & surtout de ne pas cesser de voler.
    (2) L’ambition lui expose les honneurs que l’on lui fera rapport à son bien.


    p. 63

    Os voye même ches pus sages planter los el vertus,
    A cause qal os souvens sen povre cu tous nus,
    Amasse dont & net lasse poen dentasser sans cesses,
    Car os msuros l’honneur quot fros à tes richesses,
    Pus tunneros & pus tu voyeros tous caquens
    S foire bien vnir de ty & foire des complimens,
    Foes vnir etous ichy tes Freres & tes Cousins,
    Aprens les tous comme ty à volers à deux mains,
    (1) Epis quant tu voyros qui srons aprochant comme ty,
    Teros soen det foire foire ene Gealogie,
    (2) Tut pouros foire passer si tu os de l’esprit,
    En lessiant los ten Pere, pour le Fiu den Marquis,
    Tun sros poen le premier, car nennos pud dix mille
    Comme los tans à Paris ecq den ches autres Villes,


    (1) L’ambition lui dit de se faire une Généalogie.
    (2) L’ambition lui inpire l’orgueil.


    p. 64

    Chos n’est poen mal aysié, tu trouvros des savans,
    Quit frons si tu vœut noble edpuis pud chonq chens ans,
    Y nenos même capable det foire droit comme en i
    Dechende pour & nergent dene des côtes de St. Louis,
    Sitôt ecq tu sros noble turfrignros ten musieux,
    Tun bayros poen en povre quit sacqros sen capieux,
    Tu marchros den ches rus comme si tetoit quequens,
    Tu bayros tous ches Gens comme si chetoit du bren,
    Teros toujours trois quate grands Lacques driere ty,
    (1) Tu quantros game ache Povre qui dedmandros s vie,
    Si chet en viu tu ly mandros den aire mechans
    A quoy il os passé s vie den sen jonne tans,
    Mais si chet en jonne qui tedmande tu ly diros,
    Qene travaille-tu putôt qed foire ech mêtier los,
    Si chet en estropié en bay poen s figure,


    (1) L’ambition lui défend la Charité.


    p. 65

    Et pensse den ty ecq chet el bren de chel nature,
    En suivant chouq je dit tu trouvros moyen
    Davoir raison den ty & den poen donnés rien,
    (1) Tiros den Leglise sans y porter & nesprit,
    Tu ouiyros chs Messes comme par maingner daquit,
    Si nos quequens pred ty tu contros des gognetes,
    Ou tu tournros & tête comme tu voy ches giroites,
    Tune bayeros poen Lhotelle ny ech Prête en moment,
    Teros tes yus fiqué al porte le pu souvent,
    Et quant il entreros queques personnes de ten rens,
    Tourne vîte ten dos à Diu foes leus des salumens,
    Si chet des Femmes tiros leus foires des complimens,
    Qu’ils ont del bieuté & qu’ils ont de lemboenpoent,
    Ecq tus leus harnachurs vons à leus fisionnmens ;


    (1) L’ambition le mene dans l’Eglise sans qu’il sache qu’il y est,
    ou pour faire mille extravagances.


    p. 66

    Tu diros des sotises dch ty chy ed cheux los,
    Et enfin tu contros chens mille galimatios,
    Ricanne, babille comme los tans ecq durros el Messe,
    (1) Ene vos poen os Sermon, ene vos poen al Confesse,
    Ene pensse poen à Diu, & mest toujours dent nesprit
    Quin faut pour & sover qu’en seul boen pecquavie,
    Songe at bien divertir, passe joyeusment & vie,
    Dor el mitant du jour, cour comme ches Qos el nuit,
    Foes en Diu de ten corps, & ene pensse poen at name,
    Enrichy tes Maîtresses, foes endiabler & Femme,
    Votent à Loperos, votent al Commedie,
    Net soussi poen si os y jus le rôle det vie,
    En en mot, boes & mainge & neux poen deutre qoens
    Qued chercher des plaisirs pour assouffirs tes sens,
    Imite ches riches Geux quant os veros dedmander,


    (1) L’ambition lui défend de faire aucunes bonnes œuvres
    & elle lui commande toutes sortes de vices.


    p. 67

    Foes vnir chens foes edvant & lecher aborder,
    Ene parle à personnes quant srois des Gens det netos,
    Ecq tu neut prin edvant en aire de Magistros,
    Tu fros peur à ches Poves, y nodrons dire en mot,
    Tu les apleros bêtes en leus tournant ten dos,
    Si chet des Ouvriers y nodrons poen rien dirs,
    Si chet des Créanciers y nodorns poens revnirs,
    Si tu parle à quequens en peu moin riche ecq ty,
    Foes chinquante contorsions, dit en nan pour en ouy,
    Tu voeros quos nodros poen & foire repeter,
    Et chet del maingner los ecq tut fros respecter,
    (1) Tu diros, mais jouq ecq ches Saingneurs fons comme chos,
    Nans y nesse sertes poens de tous ches maingners los,
    Quant quequens vos dens leus Hôtelles pour leus parler,


    (1) Comparaison que l’ambition fait des Seigneurs à ces Gueux anoblis.


    p. 68

    Si chés Lacques leus dites y vos fons vîte aplers,
    Y nesse fons poens pou hos tirers leus deux oyreilles,
    Et y parles à ches Poves comme aveu leus pareilles,
    Y non poens de fiertés y rcheutes bien caquens,
    Pourquoy chos, cheq y faites chouq est du à leus rens ;
    Mais ty chet different, car voy-tu & Noblesse
    Est enquoir ossi neuve quen Livre quest sous chel presse,
    Y faut apsolument ecq tu foiche chouq ej dit,
    Si tu vœut quos eux en peu de respect pour ty,
    Alon compose & mainne rente bien orguilleux,
    Traîne par tous aveu ty ches pechers capiteux,
    Quant tul seros en croupe sur ten dos tu voyeros
    Qon penssros presq pus à ten premier etos ;
    Inpose nen à toul monde, etudie bein ten teme,
    Foes croire ecq test queqose, é croil etout ty même,
    Foete quoir bayer par ches Geux comme os bay ches Roys,


    p. 69

    Chet aysié, car tu peut disposer des Emploix,
    Ches Roys ons des Ermés & des Peuples odsous d’eux,
    Tu peut etout avoir sous ty chen mille Voleux,
    Os bay ches Roys dench monde comme des Dius sur el tere,
    Parchqui peutes enrichirs ou bouter denl misere,
    Bien san comparaison tu est casie comme eux,
    Car tu peut quant tu vœut foire des Riches ou des Geux ;
    Diu os quoir mis ches Roys pour maintnir lecquité,
    Et pour foire du bien à cheux qui lons merité,
    Bien ty ene suis poen chos, meprise tous ches grandes ames,
    Et nenrichis ecq cheus qeurons des belles Femmes,
    Le reste je tel ay dit, suis tous de poens en poens,
    Et surtout noublie poen dagriper de lergens ;
    (1) Bien vlos quos vnés daouirs chouq el bête los say dire,


    (1) Troisiéme Morale que le Curé fait à ses Paroissiens,
    où il leur fait voir le ridicule de ce que l’ambition vient de dire à son Porcher.


    p. 70

    Disemes en peu neroites-vous poen envis del suire,
    Ene vos prens-ty poen los dens vos panches queques envis
    De troters sans rien dire den chel Vile de Paris,
    Ene penssés-vous poens ecq cacquens peut seheucher,
    O faite de ches richesses comme ech Monsieur Poquer,
    Ene dites-vous poens dens vous fait miu ête riche voleux
    Dench monde ichy ecq d’être en honorable Geux,
    En vos inmaginés-vous poens dens vos instins
    Qel maoise bête los est Moîtresse de nos destins,
    Nan morbiu chos nest poen, car pour en qal aidros
    A grimper en molet par edsus s netos
    Y nenos trente chens mille qal erpes de chimers,
    Et qal emvoye aveu leus idées den Linfere,
    Al os sen pouvoir si borné qan peut jamois
    Ecq nos foire foire tans quos vivons dhinutils souhois,
    Et comme al est el mere de toutes sortes de pechers,
    Ane cherche poen autre quose qa nos en foire carquers,


    p. 71

    Ainssi croyeme fuielle comme os fuis en Galeuse,
    Et ouardés-vous delle comme dene maoise bête wimeuse,
    Ouardés dij qan vos racque de sen maois poysons,
    Car molet à molet al mengroit vos raisons,
    Epis al froit de vous comme al foes de toul seutres,
    Chet à dire qal meroit etout vos ames à pieutres,
    Foitel dont denicher ariere de vos moisons,
    Si asse boute edsur vous rouel de queud bâtons,
    Nel aperdés poens, car à nodros serbecquer,
    A nest moîtresse qed cheux qui nel faites poens cacher,
    Ene foes qos srés evnus à bout dl foire enfuire,
    Si os tnés toujours boen à nodros poen revnir,
    Ene neuchés poen dennuit, car chet en diabe ed Leu
    Quin maingne poen pud ergens ecq nen maingne en Crapeux,
    Ene vos amusés poens nenpus à maleguers
    Quej vos ay dit qal os foes Fermiers des Porcquers,
    Car je vos ay dit chos selment pour à salfin
    Qos connoisseches comme mis ces quins & ces racquins,


    p. 72

    Du reste ech n’est poen elle quet moîtresse de ches biens,
    (1) Chet ene qos nomme Fortene qes sans yus qui les tiens,
    Lenbition, ach qos dis, n’est optès de chellos
    Ecq chouq en ptiot Vicaire est près den grand Prelot,
    Dumoin cheux de ches Viles croyen tretous boenment
    Qal pisse de l’or tout pure & qal qui de lergens,
    A cause de chos, il baytes comme ches Divinités,
    Y ly draichtes eds hôtelles sans nombre & tous côtés,
    Stapendant morbiu ane merite poen selment
    Qo ly clacque den sen becque le moindre etrons de bren,
    Pourquoy ches jous chos, cheq chet ene diable de tête folle
    Qui n’est poen pu contente ecq quan al cabriolle,
    Al est toujours grimpée tous comme ene grande jument
    Edsur ene reux qui tourne comme en meulin à vent,
    Aveu chos al os tans de caprices dens chervelle,


    (1) Description comique & burlesque de la Fortune, où il est parlé de tous ces caprices.


    p. 73

    Qal foes endiabler tous cheux qui saocques à elle,
    Suivant comme sen ros tourne à vos rus den ches Beux,
    Sans dire gare los chelos qal o grimpés bien eux,
    Ou si y vien à poen ol foes ennuis Monsieus
    Chelos qetoites hier les Roys de tous ches Geux,
    Os dit etout qal foes enrager tous ches Grands,
    Qu’à les foes galoper par foes des quarante ans
    De Poyis en Poyis al tête ed ches Sermés,
    Pis à les recompensses quand y sons assommés,
    Ou à les foes grimpers pour miu vos foirs aouire,
    Toute enheux ds grande reux à leus derins soupirs,
    Nennos enquoir qui dites ecq quan al donne ces biens,
    Qa les rus à des Bêtes ou à des Gens de rien,
    In mest poen possible de vos dire si chos est vray,
    Mais je menvos du moins vos aprendre chouq je fay,
    Jem souvient ecq jay vue bien des Gens à saros,
    Avoir des bieux abis galonnés sur leus dos,


    p. 74

    J’ay vue etous de cheux qui courres entre deux reux
    Agriper des caroches en trois pos & deux seux ;
    Enfin j’ay vue en tos de Clabeux de provinces
    Foire bien pu belle figure à Paris ecq ches Princes,
    Mais chos passe em portée, & jen say poen boennemens
    Si chet chel minon goute qui leus quis de lergens,
    Je n’ay poen même envie dalanbiquer mes sens
    Pour aprendre os juste si à leus foes ches presens,
    Jem contente de savoir qel bon Diu os foes tous,
    Et qu’il est emparly le moîte de nous tretous,
    Et je diray toujours tans qem langue sermuros,
    Qui nos ecq ly seul qui peut canger nos etos,
    Quoyq chos je nempêche poen à ches Gens de ches Villes
    Dedmander al Fortene des chens epis des milles,
    Ny jen leus defens poens de cour comme des Barbets,
    Tant qui vourons tretous après ces bieux bien does,
    Ches leus affoirs y peutes aler gober des Mouques,


    p. 75

    Et atende si y veutes qa leus foire dens leus bouques,
    Y sons tretous leus moîte, mis jen men soussi poen,
    Mais vous em Sefans ches en autre diferent,
    Jen veut poen qos aleches troter sans savoir ous,
    Apès ene bête qui nest ecq denl tête de ches fous ;
    (1) Et tant qej sray envie je diray os savés
    Ecq Diu nos os baillés ed sames pour les sovers,
    On les sauves morbiu poen en passant toute s vie
    A chercher des richesses dene maoise acabie,
    Ech n’est quen alans droit comme le bon Diu nos dit,
    Et en suivans tous chouq Lecriture nos prescris,
    Bien des Gens em dirons, mais ejouq Lecriture,
    Si os nons rien du tous nos baros nos pâture,
    Nan an nos baille rien, mais à nos avertis
    Qos avons caquens dix doigts pour gagner nos vis,


    (1) Quatriéme Morale que le Curé fait à ses Paroissiens,
    où il fait voir l’inutilité des richesses en rendant tous les Hommes égaux.


    p. 76

    Al dit quoir ecq quan en Qertien os ces ptiots bsoens,
    Ecq tout l’ord du monde doit ly être indiferens,
    Al os raison, car si os avoimes de l’espris,
    Os penssroimes qon sonmes poen nés pour ech monde chy,
    Os penssroimes dije sans cesse à toute heure & sans fin,
    Quo nonnalons alors qos y penssons le moin,
    Os penssroimes quoir qos vnons dench monde ichy tous nus,
    Et qos nenportons oire qen drapieux à nos cus,
    Ches des verités chos, nos poen à aleguers,
    Ches Roys naîtes & senvons toudmême comme ches Berquers,
    Et qan os nos trouvons tous den troupieux laheux,
    Inne nos mande poen si os ons eté riche ou geux,
    Y qmenche sans marqander & san rien dire du tous,
    A prendre ces deux balanches pour nos poisiers tretous,
    Après chos vlos qui met den coté nos boentés,


    p. 77

    Y met etout edmême de leutre nos merchanstés,
    Après y poise si ech coté geuche vos enheux,
    Y dit lés-vous en aveu ches Bienheureux,
    Mais toute o contraire si y voye qui traîne à terre,
    Y dit alés-vous ens maudites rasse den Linfere,
    Cheux qui sons hereux ches Anges les vientes visiters,
    Cheux qui sons dannés ches Diables les vientes emporters,
    Et ils ons bieux braire & bieu foirs des beuglemens,
    Diu naouy goute & y sen rien à ces jugemens,
    chet à dire qui sons los pour ene eternité
    Punis à proportion dch qu’ils ons merités,
    Et quant ils eroites tous l’or qui nos dench Perous,
    Y neroites poens pour chos en seul moment pu doux,
    Pourquoy ches jous dont foire qos aspire de lergent,
    Chet dont pour trouver asse danner pus aysement,
    Ou bien si os voulés ches pour pouvoir marcher
    De pere à compangnon aveu ches vius pechers,
    (1) Car nos poen asse tromper ches boens riches sons bien rare,


    (1) Il parle de l’avarice des Riches, il satyrise leur paresse & leur molesse,
    ainsi que tous leurs autres vices.


    p. 78

    Les ens sons tros prodigue, les eutres sons tros avare,
    Y sons prodigues souvens pour des plaisirs honteux,
    Et y sons avars pour ches povres malheureux,
    Ine sons poen en moment ches moîte de leus actions,
    Tanq leus vis dure y sons esclaves de ches passions,
    Ou pour miu dire, y sons si seux de tous delices,
    Ecq pour les contenters fouroit des nouvieux vices,
    Par example, sans tous ches pechers qos connoissons,
    Innons toujours en tos fouré dens leus moisons,
    Ils ons comme nous pecher mortelle & capiteux,
    Sans chelos innons quoir qui sons exprès pour eux,
    El paresse leus en foure à caquens dens leus pieux
    Otant qui nen pouroit etnir den en batieux,
    Ils ons enquoir d’autres bêtes qui sons de leus amis,
    Qui leus fons foir chens qoses pour acourchir leus vis,
    Lenbition les talonne dene si diable de foichons,


    p. 79

    Qan leus leche morbiu poen ene my onche de raison,
    El molesse les reduis den en si povre etos
    Qa vingt ans ine peutes pus casis ermuer leus bros,
    Y faut les harnachers, faut kes deharnachers,
    Faut les triners par tous & leus foires à macquers,
    Y nons poens le coyrage de marcher sur leus pieds,
    Ine peutes poens soutnir leus qmises qant y veutes pisiers ;
    Enfin si os voyoites leus alurs & leus maines,
    Os diroites ches Hommes los sons comme des vray machaines,
    Qoyq chos y sons tretous si gonflés dch lorgeuille,
    Qui baites casis tous cacquens de maoise œuille
    Tous cacquens, chet o dire, cheux qui croites odsous d’eux,
    Car à ches saingneurs y sons des bassesses de geux,
    Stapendant lorgeuille est si abominable
    Ecq chet elle qos tée cause ecq Diu os foes des Diables,
    Aveu chos y sons quoir si plain de vanitée,
    Qui croites foire grace al tere de sen lecher portée,
    Et à cause qui sons à labris de chel misere,


    p. 80

    Isse croites dene autre pate Qadam nos premier pere,
    Ils ons etous leus Femmes si remplies d’amour propre,
    Quine sons poens en pos sans deux maquoirs lene sur leutre,
    Mais dens ches Villes os dit ecq chet leus ordinairs,
    Et qel bon Diu os foes ches Oysieux los pour plairs,
    Mis jen say poens chos, mais chouq je trouve de honteux,
    (1) ches ed vir tous chs Hommes prendre patron sur eux ;
    Os voy des viu berneux foire chinquante mille figurs,
    Et passer des trois heurs après leus harnachurs,
    Os dirés mais ecqment dont tout chos s peut-ty,
    Os sommes à nos carus en sortans de nos lit,
    Innos faut quen qardheure sitôt qos sommes embos
    Pour prier Diu epis pour harnachers nos Guevos,
    Chouq os dites los est vray, mais vous tous tans qos êtes,


    (1) Satyre des plus mordante contre les vieux Coquets.


    p. 81

    Os foites vos affoirs comme Diu vos os baillé l’êtes,
    Si os êtes eborgnés os vos tnés eborgnés,
    Si os êtes tortignés os restés tortignés,
    Si vos dos sons bochus os les lechés bochus,
    Si vos gambes sons tortus os galopés tortus ;
    Mais Emsefans ches Riches ches ed seutres diferens,
    Faut bouter à ches Vius edvans sortir des dens,
    Ensuite qant ches foes, faut ratincher leus macquoirs,
    Si y sons eborgnés ils ons ed syus ed voirs,
    Si y sons de côté, si leus dos sons bochus,
    Os leus boutes ed affoirs qui les rentes moins tortus,
    Si ils ons leus gambes secques comme cheux de ches Mulets,
    Ebien pour leus argent os leus foes des molets,
    Os voyés bien ecq pour leus affuters tous chos
    Qui faut otant de tans ecq pour ferer vingt Gvos,
    (1) Mais ech net poen los tous, ches jonnes sons enquoir pires,
    Et os alés rire de chouque je vos vos dires,
    Y sons ordinairmens enfiqués dens leus lits


    (1) Satyre contre Marionnettes du temps.


    p. 82

    Edpuis deux heurs del nuit jusqu’à qui vien midis,
    Qant il est ech leur los y maignites leus maquoirs,
    Après chos il avaintes de leus poches des miloirs,
    Epis y baytes leus mainnes omoin ene demy-heure,
    Si y croites qui sons bieux y prentes ene belle humeur,
    Et quant ils ons aprins par cœur chens sotes figurs,
    Y fons grimper leus Gens pour metes leus harnachurs,
    Os savé ecq j’ay dit qui faut les abillers
    Comme des Effans, jusuq’à leus bouters leus feuillers,
    Ebien qant ches foes os les maines à leus toilletes,
    Os les tourne, os les maingne tous comme des Marionnetes,
    Os leus foes à leus gueveux chonq chens mille tortignurs,
    Os etens ed songans partous sur leus figurs,
    Ches organs los sons foes aveu de si belles qoses,
    Qui rentes chelos couleur de bren bieu comme des roses,
    Os leus atacques qoir à l’environ de leus boucques
    Ed seutres ptiotges affoirs qos apellens des mouques,


    p. 83

    De foichon ecq si os les voyoites affutés,
    Os les perdroites tretous pour des curieusités
    Qant os les os blanquis, rougis & ecquipés,
    Qos les os barbouillés comme os foes ches poupés,
    Òs leus montres à qanter, à dansers, à marchers,
    Os les foes rengorgers, os les foes erdrechers,
    Os leus foes foirs chens tours, galoper & troters
    Comme des Guevos de manege qos aprens à porters ;
    Enfin os leus aprens toute sorte de manigances,
    Pour bailler en air grand à leus estravagances,
    Qant os leus os montré tous ches pus rares folies,
    Et qos les os rendus patrons d Commedies,
    Os les foes denichers or de leus apartmens,
    Epis chens fos comme eux vientes leus foire complimens,
    (1) Cheux qui vientes pour macquer sons chens seremonis,


    (1) Les Parasites.


    p. 84

    Y leus fons croire, quoyq fous, qui sons bouffis d’espris,
    Chelos den ren odsus ons tretous si peu dames,
    Qui leus dites chouq ps dot de pus sos à ches Femmes,
    En en mot, on cesse poen de les complimenters,
    Ecq qant os s’est bouré & qos les vos quitters,
    Qant y vons sur leus pates y nos rien de pus drolle,
    In fons poens en seul pos sans foire ene cabriolle,
    Y vons comme ches Cos peur de marcher den ches beux,
    Si y sertournens y sons dene pieche comme ches Leus,
    Chos cheq ils ons peur de chiffonners leus parures,
    Ou bien de deringer qeqoses à leus frisurs ;
    Car voyés-vous y vons tretous tous tans qui sons,
    Y sons abitués à ches betises qos leus dis,
    Chet los le pu bieux & le pu noble de leus vis,
    Et le pu senssé d’eux eroit pus de chagrin
    De perde en compliment qed perde ene de ces mains,


    p. 85

    Ches chos qui foes qui metes tous leus soens asse garers
    De ches moindres qoses qui peutes les deffigureres,
    Y pestens qoir assés contre chouq Diu os foes,
    Tés tans qu’il envoiche bieu ou lait chos leus deplais,
    Si y foes du soleille y muchtes leus musieux,
    Peur quin foiche couler leus ongans or de leus pieux,
    Si Diu envoye des vens bien y leus fons injurs,
    Et tous leus nuis dench monde, même jusqa leus figurs,
    En en mot, fouroit pour contentet leus esprits
    Qel bon Diu conduiche ech monde à leus fantaisis,
    Qoy ches jous qui foes chos, cheq y nons poens de Foy,
    Et ecq ches vices & ches passions sons tous leus Loix,
    Ol saleuves tous tomme j’ay dejos dis de foichon
    Qa soisante ans y nons poens en gros de raison,
    Chos foes ecq qant y voites qecq personnes qui vit bien,
    Qui suis s Nerligion & sen dvoir de Qertien,


    p. 86

    Y fons tous chouq y peutes pour les tourner comme eux,
    (1) Y leus dites faut lesser prier Diu à ches Geux,
    Y sons tous tans qui sons foes pour avoir du mos,
    Et etous pour passer leus vis den lenbaros,
    Nos Diu les os foes nestre pour vivres den chel misere,
    In faites poen chouq chet de plaisir, ny de boene chere,
    Mais nous qui ons des biens os sommes otans comme ly,
    Et os pouvons foire enb Paradis dch monde chy,
    Y leus dites chens raisons ossi belles ecq ches los,
    Et si in cangtes poens, y vos les plantes los,
    Y foes enmis tous cheux qui fons des boennes œuvres,
    Et comme j’ay dit, Diu n’est prié ecq par ches Povres,
    (2) Enqoir ech n’est ecq qant os êtes den chel misere,


    (1) Discours que les jeunes Riches tiennent touchant Dieu & les Pauvres.
    (2) Priere que les Pauvres font à dDieu quand ils sont dans la peine, où le Curé continue de saper les richesses & même les Paroissiens si ils en avoient.


    p. 87

    Dench tans los os ly dites, acoutés Diu nos pere,
    Ches vous qui avez foes ech ciel el tere ech londe;
    Os tnés aveus en doit les qatres quins dch monde,
    Os voyés chouq isse passe jusqo fons de nos cours,
    Y nos ecq vous bon Diu qui peut foire nos boenheurs,
    Ches vous qui foites ches Riches, ches vous qui foites ches Geux,
    Ches vous qui nos rendés hereux ou malhereux,
    Ches vous qui distribués & qui donnés ches biens,
    Os possedés toutes qoses, nos lessés poens sans riens,
    Baillés-nous des richesses os vivrons dench monde chy
    Pour vos aimer & pour gangner vos Paradis,
    Os barons à menger à cheux quinnerons poens,
    Os vetirons etous cheux quinnerons debsoens,
    Os cauchrons & coffrons chelos qui erons frois,
    En en mot, os voyerés qos suirons des qmins drois,
    A forche de dire à Diu qos frés de boennes actions,







    Suite de la satire : Second point [pages
    88 à 98]




    Dernière mise à jour :
    27-03-2013
    Pour tout renseignement
    écrivez à Gadrouille
    Retour en haut
    de cette page
    Rapasse à no moaison !
    (vers le plan du site)
    © Ch’Lanchron 2004
    CH’LANCHRON
      « Espace Saint-Gilles » (CM-17) Bâtiment 9 - 82 rue Saint-Gilles
    80100 ABBEVILLE   Picardie   (FRANCE)
    Téléphone / Fax
    (33) 03.22.31.01.55.