Ch’Lanchron
paraît
depuis 1980
Accueil
du site picard
lanchron.fr
Écouter ou
lire du picard

Sur scène
Une brève
présentation de
Ch’Lanchron
Les numéros de
Ch’Lanchron
éch jornal picard
Les auteurs
publiés dans
Ch’Lanchron
Langue picarde
Vitalité du picard
Les liens
Nouveautés
et mises à jour

Plan du site
 « Ch’Lanchron » c’est aussi le journal trimestriel écrit tout en picard Un « lanchron » c’est un pissenlit 35 ans de scène, 90 chansons en picard à notre répertoire Logo officiel de « Ch’Lanchron » Gadrouille est la mascotte de « Ch’Lanchron » Toute une collection de livres picards de référence À doù qu’o s’édvise in picard ? Ravisez ichi ! Quoé d’neu din « lanchron.fr » ?
Abonnez-vous !
Ch’Lanchron
1 an pour 22 €

Table des
textes parus dans
Ch’Lanchron

Écouter des chansons
Jouer et écrire
Activités de
l’association
Ch’Lanchron

Le roman picard
La fableLa BD.
Le théâtre picard
Commandez
les éditions de
Ch’Lanchron

Le moyen picard
La littérature
du picard moderne

Quoé d’neu din « lanchron.fr » ?



Satyre

d’un curé picard

sur les vérités du temps

(1754)



  • 1- Présentation du livre

  • 2- Épître [pages VII à XIII] et Avertissement [page XV]

  • 3- Lexique [pages XVII à XX]

  • 4- Sermon [pages 1 et 2] (avant propos)

  • 5- Histoire de David [pages 2 à 27] puis [pages 28 à 35]

  • 6- Second point [pages 36 à 59] puis [pages 60 à 87] puis [pages 88 à 98](satire)


  • Satyre d’un curé picard


    p. 88

    Y vos envoye ces graces & ces benedictions,
    Y vos tire del misere, y vos envoye des biens,
    Letnés-vous de deux jours os nexcutés riens,
    Onne penssés pus à ly & os vos entêtés
    Ecq chouq y vos envoye ecq cheq ol merités,
    On voulés pus croire qui vous os tiré de paines,
    Vos promesses edvientes des promesses de Capitaines ;
    Enfin pour lermercier erconnoître ces boentés,
    Os vivés comme ches Riches dens ches iniquités,
    Ej vos ay dejos dit, & jel repete enqoir,
    Ecq ches richesses sons causes qos alons den Linfere,
    Cheux qui les possedes bien acquis ou mal acquis,
    Ene pourons poens trouver l qmin dch Paradis ;
    Diu dit qui faut qen Riche passe denl treux den aguille
    Pour être sové, & chos, chos est dens Nevangille ;
    Ainssi Emsefans si qequens de vous viens riche,
    Donnés, foites prier pour vous, ene fuchés poens chiches,

    p. 89

    Car ma foy os irés tout droit & sans foychons,
    Bruler den en endroit où ecq ches pus gros sons ;
    (1) Os dirés pourqoy dont vo adrechés-vous à nous,
    Qen parlés-vous de tous chelos qui sons comme vous,
    Par example, qen parlés-vous de ches gras Chennoines,
    Qen tapés-vous den vos Sermon tous ches riches Moines,
    Ches Gens los nons-ty poens à menger empar eux
    Chouq y faut pour norir ene famille & même deux,
    Nons-ty poens sans rien foire toutes sortes dens leus moisons,
    Pendant qen travaillans onne mengons qed soygnons ;
    Enfin n’est jous poens eux qui possedes ches bieux biens,
    Pendant qed nobles Gens sons bien souvens sans riens ;
    Qen tapés-vous étous, pisqo sapés ches vices,
    Tous chelos qui possedes ches pus gros Benefices,


    (1) Le Curé fait parler ici les Paroissiens,
    pour avoir occasion de dire des vérités Ecclésiastiques.


    p. 90

    Ches gens los & ches Moines sons-ty foes dench monde chy
    Pour avoir tous leus aises & pour vivre sans soussis,
    Diu ene dit-y poen qoir qos sommes nés tretous freres,
    Et qui faut soulager cheux qui sons dens ches miseres,
    El fons-ty ches Gens los, eux qui prezchtes si biens
    Qui faut pour nos sovers qos donnonches tous nos biens,
    Qen Pove voiche s froter à leus mander lomonne,
    Y ly frons grace, disnt qel bon Diu ly en donne,
    Ches jous los ene raison, ches jous los ene boenne œuvre,
    Et chens Diu bniche emplite-ty el panche den Povre,
    Non morbiu, ech n’est poen comme los qos acomplis
    Elle Oix de nos Diu & qos gangne sen Paradis,
    Pisqui sons tans qui sons les Ministres de nos Temples,
    Il est nessaissaire qui nos bailles de boennes examples,
    Os dirés petetes quin faut poens nos amusers
    A cretiquer, & qui faut foire chouq os disés,


    p. 91

    Et nous os vos dirons sans aler cour bien loin ;
    Qos aperdons à nos Effans chouq y est boen,
    Os leus aperdons à prier soir & matin,
    Os leus montrons nous-mêmes à aller leus drois qmin,
    Ine faut poens leus dirs de foire l bien, o contraire,
    Y ly sons tous portés parch qui nos voites foire,
    Y nos voites ebsongners, y fons tous comme leus Peres,
    Nos Filles fons etous chouq y voites foire à meus Meres ;
    Enfin pour coper cour & norbouter sur vous,
    On croyons jamois qos vivés si bien ecq nous,
    Chet aysié à prouvés, car nous si o mengons
    Ol gangnons tous tans qos sommes al seueur de nos frons,
    Enqoir qoyqos perdons de lieu & du pain bis,
    Pendant ecq vous tans qos êtes os passés vos vis
    A vos deliqaters, à choyers vos ptiosos,
    Et à maquer comme six den en seul de vos rpos,
    Tous vos inquietude est chel de foire boenne chere,


    p. 92

    On savés poens de qué couleur est chel misere,
    Os navé jamois frois, os navés jamois fains,
    Os navés jamois bsoens, vos ventes sons toujours plains,
    Ches Moines ons comme ches Princes, Catieux & Saingneuris,
    Ils ont des belles Moisons, ils ons des Meteris ;
    Enfin ils ons tous, comme os avons dejos dis,
    De toutes sortes à foisons pour bien passer leus vis,
    Ils leus est aysié de nos precquer l misere
    Pendant qu’ils ons chouq y nos de boens sur l tere,
    Enqoir si ils etoites comme denl qmenchement dl Loix,
    Os croyroimes tretous chouq y nos dites de boenne foy,
    Mais ma foy tans qui srons riches tous comme des cresus,
    Et qui cherchrons à mestre ecus edsur ecus,
    Os leus dirons tous nets qos nel sacoutons poens,
    Et qos nos tnons à chouq Diu dit dens ces Qmandemens,
    Y nons qa bayer comme vivoites tous ches Apôtres,
    Morbiu ches saintes Gens los travailloites comme l sautres,


    p. 93

    Y naloites poens nelpar queter pour qos leus donnes,
    Et in vouloites poen vivre os depens de personnes,
    Bien o contraire qant ils avoites gangnés chonq seux
    Y couroites nen donner l mitans à ches Geux,
    Isse passoites de menger, même des journées entiere,
    Pour l bailler à cheux qui savoites denl misere,
    Y passoites etous leus journées à travaillers,
    Et leus nuis ils passoites à prier & veillers,
    Etous etoites-ty sec tous comme de seseqeletes,
    E y navoites poens pus de gresse qed salemetes,
    Qés diference, ches Moines sons gros comme des Montons,
    Et le pus maigre d’eux os o moin trois mentons ;
    Il est vray al bien prendre ecq ches Gens dch tans los
    Nebsoites poens tans d’honneur à Leglise ecq chelos,
    Mais ma foy tous conté, y vivoites de boenne foy,


    p. 94

    Y montroites eux-mêmes comme y faut vivre den nos Loix,
    Ils eroites miu aimé moirir qant y preqoites,
    Ecq den poen foire eux-mêmes tous chouq ils enseignoites ;
    Ches Moines nos dites sans cesse qui faut foire abtinence,
    Ecq chet l vray moyen devnir à penitence,
    Ils ons raison den sens, mais dites-leus de donners
    Ojord’huy leus soupers ou edmain leus dîners,
    Os voyerés dens tous chouq y fons, si nennos en
    Qui vouroit perdre sur s portion en qeu ed dent,
    Et nous qui passons nos journées à travaillers,
    Avons-nous pour jeûners ebsoens de conseillers,
    Diu dit ly-même ecq nos ouvrage nos sanctiffis,
    Qant os perdons patienche & qos lbsons pour ly,
    Y nos dites enqoir qui faut prier bien souvens
    Et eux inne diroites poens en Ave sans argens,
    Y nos prechtes Lomonne & toutes sortes de boennes Oeuvres,


    p. 95

    Diable sot si en d’eux baille en liar à ches Povres,
    Y dites qui faut jeûner Qatre-Tans & carême,
    Ebien qui qmenchtes à nos montrer le qmin eux-mêmes,
    Qui qmenchtes, dije, à donner ojourd’huy ou bien dmain,
    El mitant de leus biens, os les croyons tous Saints,
    Os suirons leus idées, os frons chouq y nos dites,
    Enfin os croyons qui possedes tous ches merites ;
    Mais si y nel fons poens, os leus dirons tous net,
    Ecq ches tretous des Gens qui nons ecq du caquet,
    Ou bien os dirons d’eux comme os dit de bien d’autres,
    Ecq loen de nen donner, y vouroites qoir l nôtre ;
    (1) Nos Curé nos diros, chos, chos, arêtés los,
    Ouy jel diray, car jen sus poen de ches Gens los,


    (1) Le Curé reprend ici la Morale pour finir son Sermon ;
    il se plaint à ses Paroissiens de ce qu’ils ne l’ont point excepté dans leurs Discours.


    p. 96

    Y sen faut morbiu bien, & os savés comme mis,
    Ecq chet à paine sij gangne aveu vous pour em vie,
    Bien du monde saites qem Cure raporte trois boens mille livres,
    Stapendant jen nay ecq chent ecus pour vivre,
    Et os savés comme mis ecq ches Moines de Corbis
    Nen tirtes ches rvenus & nons tous ches profits,
    Il est vray qui sons riches, & qu’ils ons bien caquens
    A depensser par an edqoy nen foire vivre chens ;
    Mais ma foy emsefans, isse croites qoir malhereux,
    A cause qui nos deux trois mille Couvens pus riches qeux,
    Qoyq chos, ine faut poen ecq leus richesses autorise
    A parler mal d’eux, ny à nn dire des sotises,
    Car voyez-vous dire du mos de ches Gens Dhotelles,
    Ches commettre à plaisir des gros pechers mortelles,
    Et si os leus disoites chos den vos Confessions,
    Os neroites morbiu poen den an d’aplsolutions,

    p. 97

    Os pouvés dires tous tans qos êtes vos sentimens,
    Mais Emsefans y faut les dirs tous douchetmens,
    Il est vray qej vos nay baillé des boennes potés,
    Mais chouq je vos ay dit sons des purs verités,
    Os os vus bien des Gens sans biens vivre comme des Saints,
    Enne nons-ty yeux, issons mis dens ches maois qmins,
    Os perdrons pour exemple ech Roy de men Sermon,
    Qant y mnoit ces Beudets il etoit boen garchon,
    Il aimoit l bon Diu, y suivoit bien s Loi,
    Mais il est vnus inpis après qui s’est vus Roy,
    Il os los planté Diu ainssi ecq sen Prhofête,
    Il os foes de sen pire, il os vecus asse tête,
    Tous cheux qui vivoites bien etoites de ces enmis,
    Cheux qui etoites comme ly etoites de ces amis,
    Enfin y nos cessé demner ene maoise vie,
    Ecq qant Diu os yeu mis asse plache ech ptiot Davis,
    Vlos comme l bon Diu foes, y nos lesses sur l tere

    p. 98

    Foire du bien ou du mos & vivre à nos maingners,
    Si os fons de boennes œuvres y nos rens bienhereux,
    Si os nen bsond maoises y nos atrapes laheux,
    Et y dit comme j’ay dit aveu ene grande colere,
    Alés-vous ens aveu tous ches Diables den Linfere,
    Souvnés-vous emsefans qej vous ay bien foes virs
    Chouq y faut eviter & tous chouq y faut suire,
    Perdés tous tans qos êtes l boen de chouq j’ay dit,
    Et nos Diu vos meros droit den sen Paradis.

    FIN







    Dernière mise à jour :
    27-03-2013
    Pour tout renseignement
    écrivez à Gadrouille
    Retour en haut
    de cette page
    Rapasse à no moaison !
    (vers le plan du site)
    © Ch’Lanchron 2004
    CH’LANCHRON
      « Espace Saint-Gilles » (CM-17) Bâtiment 9 - 82 rue Saint-Gilles
    80100 ABBEVILLE   Picardie   (FRANCE)
    Téléphone / Fax
    (33) 03.22.31.01.55.