Ch’Lanchron
paraît
depuis 1980
Accueil
du site picard
lanchron.fr
Écouter ou
lire du picard

Sur scène
Une brève
présentation de
Ch’Lanchron
Les numéros de
Ch’Lanchron
éch jornal picard
Les auteurs
publiés dans
Ch’Lanchron
Langue picarde
Vitalité du picard
Les liens
Nouveautés
et mises à jour

Plan du site
 « Ch’Lanchron » c’est aussi le journal trimestriel écrit tout en picard Un « lanchron » c’est un pissenlit 35 ans de scène, 90 chansons en picard à notre répertoire Logo officiel de « Ch’Lanchron » Gadrouille est la mascotte de « Ch’Lanchron » Toute une collection de livres picards de référence À doù qu’o s’édvise in picard ? Ravisez ichi ! Quoé d’neu din « lanchron.fr » ?
Abonnez-vous !
Ch’Lanchron
1 an pour 22 €

Table des
textes parus dans
Ch’Lanchron

Écouter des chansons
Jouer et écrire
Activités de
l’association
Ch’Lanchron

Le roman picard
La fableLa BD.
Le théâtre picard
Commandez
les éditions de
Ch’Lanchron

Le moyen picard
La littérature
du picard moderne

Quoé d’neu din « lanchron.fr » ?

« 1, 2, 3 !… » Le picard part en excellente position avec Ch’Lanchron 123



Le lexique picard d’Henry Carnoy est sauvé !

Henry Carnoy fut un des pionniers de l’étude du folklore régional. Picard originaire de Warloy-Baillon (80), il a laissé de nombreuses publications, notamment des reprises des contes issus de la tradition orale. On a également retenu de lui tout son travail de « traditionniste » qui s’est étendu bien au-delà de nos frontières picardes : sa vaste bibliographie témoigne de son éclectisme et de la valeur de ses travaux. Les férus d’histoire locale savaient qu’Henry Carnoy s’était également penché sur le vocabulaire picard, mais aucune édition n’avait publié ses recherches linguistiques. On les pensait disparues, Carnoy étant décédé en 1930.
Le hasard en a voulu autrement. En décembre 2009, Jacques Dufaux qui avait fait la découverte d’un cahier rempli de mots picards dans le grenier de la maison familiale de Querrieu (80), se tournait vers Ch’Lanchron pour le lui remettre. Ce cahier se révélait être le précieux manuscrit d’Henry Carnoy. Alfred Gosselin, le grand-père de M. Dufaux, et Henry Carnoy étaient amis ; ils
sont décédés tous deux la même année. Le cahier a probablement été prêté de l’un à l’autre, puis, après leurs disparitions, il sera resté enfermé dans quelque tiroir, à l’abri des heurs de l’histoire pendant près de quatre-vingts ans ! Ch’Lanchron s’est alors fait un devoir de déchiffrer ces notes déjà bien organisées. La lecture des retranscriptions phonétiques n’a pas été sans poser de problème, le système utilisé n’étant codifié que par Carnoy lui seul ! Avec la complicité de Jean-Pierre Calais l’entreprise de saisie des pages du précieux cahier a été menée avec minutie pendant plus d’une année. Il était décidé ensuite de mettre le tout à disposition du public sur un site Internet dédié. Pour parfaire l’ouvrage, une « mise en son » des locutions retenues par Henry Carnoy a été réalisée afin que le lecteur entende directement les particularités consignées par Carnoy. En juin 2011 le projet était réalisé dans son ensemble. Le voici accessible à tous, gratuitement de surcroît. Ch’Lanchron numéro 123 vous invite à retrouver (comme nous le faisons aussi ici) ces pages de picard du Nord-Amiénois, écrit, et parlé, désormais sauvées. Vous y lirez aussi avec plaisir l’un des contes recueillis par Henry Carnoy En 1878 auprès d’Alphonse Maison : « Cmint qu’chés leus is pért’t leu bourse ».

« Ch’Lanchron in Amérique »

Un autre volet abordé dans Ch’Lanchron 123 est celui de l’étude universitaire du picard contemporain. Le nombre de scientifiques et d’étudiants qui consacrent tout ou partie de leurs études à la langue picarde est devenu remarquable. Le picard figure fréquemment en bonne place parmi les communications présentées par les linguistes dans les colloques proposés à leurs confrères. Il n’y a plus qu’en Picardie qu’on s’en étonne encore ! Le reportage « Ch’Lanchron in Amérique » nous détaille le voyage aux « States » effectué en octobre 2010 par les représentants de notre revue.
C’est que l’an dernier, Ch’Lanchron a été invité à témoigner de la réalité de la langue picarde à Bloomington (Indiana, U.S.A.). Au fil des quatre journées d’entretiens internationaux où se sont côtoyées des études sur les langues minoritaires du vieux continent (dont le basque, le normand, le catalan, l’occitan…) le picard tenait un rang de choix, avec pas moins de cinq interventions scientifiques dues à des chercheurs américains, canadien, ou toulousain. Une présentation de la bande dessinée en picard, proposée hors programme, a été appréciée par le large public francophone de l’ « I.U. » (Indiana university). La cérémonie d’ouverture ayant été réservée au picard, un exposé (en américain) à propos de la transmission intergénérationnelle du picard a introduit ces journées d’étude. Invité d’honneur, Ch’Lanchron a encore donné, par les voix de Jean-Luc et Delphine Vigneux, un concert d’une heure de chansons en picard lors de la cérémonie d’ouverture du colloque. Chaque invité au colloque, s’est vu remettre un exemplaire du trimestriel Ch’Lanchron . Chacun est donc reparti avec quelques notions bien confirmées quant à la vitalité de la langue picarde en ce début de XIXème siècle.
Signalons que Ch’Lanchron annonce un nouveau colloque universitaire qui se tiendra en octobre prochain à Amiens. Il réunira durant trois jours les linguistes spécialistes des langues de France. Inutile de cacher que certains d’entre eux viendront des États-Unis d’Amérique.

Honneur à la littérature en picard

Ch’Lanchron c’est, chaque trimestre depuis 1980, un véritable festival d’écriture(s) en picard. Plusieurs centaines d’auteurs picardisants ont été publiés dans la revue. Inconnus ou déjà reconnus, ils ont été appréciés par la rédaction pour leur inspiration, leur originalité, et bien entendu pour la qualité de leur langage picard. Quelques compétitions amicales sont organisées à travers le domaine linguistique picard. Parmi ces concours, le prix de littérature picarde décerné annuellement par l’Agence pour le picard fait figure de modèle en la matière. En ce printemps, le jury présidé par Micheline Waquet (dont Ch’Lanchron a publié dans son numéro 121 la nouvelle
« L’temps d’chu tango » distinguée en 2010,) a annoncé le palmarès 2011 à la Maison Jules Verne d’Amiens le 9 avril. Le premier prix à été attribué à « Classe chinquante-sept », un récit dû à Jean-Luc Vigneux (Abbeville, 80) qui nous reporte à la période douloureuse de la guerre d’Algérie. Ch’Lanchron 123 en publie le texte définitif dans son cahier central. Ici, le picard quitte ostensiblement les sentiers d’une littérature régionalisante pour aborder des pistes plus larges où l’histoire humaine dépasse celle de l’individualisme.

Dégustation à lire et à dire

Ch’Lanchron 123 offre un panorama d’expression du picard « au quotidien ». La page 6, par exemple est un florilège d’enseignes ou de plaques écrites en picard rencontrées chez nous, à commencer par ces panneaux d’entrées de communes que le Conseil général de la Somme met en place depuis un an et demi. Les noms picards des villages sont calqués sur la liste éditée l’an dernier dans le numéro 118 de Ch’Lanchron qui fait donc référence en la matière. Découvrez dans les pages de ce numéro 123 le picard de l’Oise avec Quio Da de Grandvilliers (60), celui du Vimeu avec Jean Leclercq (Bienfay, 80), ou du val de Somme avec Gilles Toulet (Bettencourt-Rivière, 80). Un régal pour les yeux et les oreilles… car le picard se déguste aussi à voix haute.


Ch’Lanchron nº 123 :


Dernière mise à jour :
27-03-2013
Pour tout renseignement
écrivez à Gadrouille
Retour en haut
de cette page
Rapasse à no moaison !
(vers le plan du site)
© Ch’Lanchron 2011
CH’LANCHRON
  « Espace Saint-Gilles » (CM-17) Bâtiment 9 - 82 rue Saint-Gilles
80100 ABBEVILLE   Picardie   (FRANCE)
Téléphone / Fax
(33) 03.22.31.01.55.