Ch’Lanchron
paraît
depuis 1980
Accueil
du site picard
lanchron.fr
Écouter ou
lire du picard

Sur scène
Une brève
présentation de
Ch’Lanchron
Les numéros de
Ch’Lanchron
éch jornal picard
Les auteurs
publiés dans
Ch’Lanchron
Langue picarde
Vitalité du picard
Les liens
Nouveautés
et mises à jour

Plan du site
 « Ch’Lanchron » c’est aussi le journal trimestriel écrit tout en picard Un « lanchron » c’est un pissenlit 35 ans de scène, 90 chansons en picard à notre répertoire Logo officiel de « Ch’Lanchron » Gadrouille est la mascotte de « Ch’Lanchron » Toute une collection de livres picards de référence À doù qu’o s’édvise in picard ? Ravisez ichi ! Quoé d’neu din « lanchron.fr » ?
Abonnez-vous !
Ch’Lanchron
1 an pour 22 €

Table des
textes parus dans
Ch’Lanchron

Écouter des chansons
Jouer et écrire
Activités de
l’association
Ch’Lanchron

Le roman picard
La fableLa BD.
Le théâtre picard
Commandez
les éditions de
Ch’Lanchron

Le moyen picard
La littérature
du picard moderne

Quoé d’neu din « lanchron.fr » ?

"Ch’Lanchron", le picard, et le temps qui passe



Un document picard de 1837

Un promenade littéraire en picard et au fil du temps vous tente ? Laissez vous porter par ce premier numéro de Ch’Lanchron pour le troisième millénaire ! Nous allons remonter le fil des siècles, pour arriver en 1837. À L’époque, l’écriture faisait fi des machines mécaniques ou des claviers électroniques. Elle se contournait de pleins et de déliés, telle cette "pièce récréative" dans un grenier d’Huppy (Somme). Si la première lecture déroute quelque peu le novice, l’amateur éclairé y décèle une qualité de langue picarde certaine. Tel un jalon posé par Furcÿ Mellier, jeune apprenti alors en place à Abbeville, ce texte picard n’a pas vieilli ! Nous le découvrons aujourd’hui, deux siècles plus tard, dans un langage que nous comprenons sans peine. Les rédacteurs de Ch’Lanchron nous ont utilement débroussaillé le chemin en expliquant quelques traits de vocabulaire, et en nous proposant une lecture comparative de l’original accompagné d’une version contemporaine.
Une minutieuse enquête a permis aussi de retrouver des traces de ce récit du voyage d’un paysan en la grande ville d’Amiens, et l’exploration de son église cathédrale. Naïveté, humour et bon sens sont dans la narration qu’il en fait à son ami, de retour au village. Cette histoire viendrait du fond du XVII ème siècle. On en connaît des versions dialoguées plus tardives au XVIII ème , puis une nouvelle présentation, imprimée par le chercheur Alcius Ledieu au début du XX ème siècle. Voici maintenant ce manuscrit daté du 26 février 1837 qui apporte une étape supplémentaire, prouvant que le picard n’a pas gramint changé. On parle toujours de "sacs ed troubes", "d’étabe à vaques" de "pouldinne" et de "berquers" ! Le nouveau millénaire ouvrira-t-il une époque linguistique différente ? Ch’Lanchron tend à nous démontrer le contraire.

Pensez en picard !

Imaginé pour les 20 ans de la revue l’an dernier, le jeu "à l’tcheue leu leu" propose aux lecteurs de créer un texte à partir de quelques mots laissés en pâture. Et comble du succès, les écrivains en herbe se multiplient chaque trimestre. Du Santerre au Vimeu, d’Amiens au Hainaut, huit auteurs ont disserté en adaptant les termes à la prononciation locale, ce qui colore les peintures de cette une joute amicale. Il ne vous reste plus qu’à vous mesurer à votre tour avec la série "gramint - éne croésèe - un treu - éne haillure - warder - déquértcher " Mettez les à l’tcheue leu leu, pensez en picard et bonne chance !
Internet aussi pense picard. Chaque livraison de Ch’Lanchron dissèque un site picardisant. Cette fois, c’est à Lille que nous allons apprendre l’histoire, le statut linguistique, et la littérature picarde. Les autres chroniques sont toujours présentes : un clognon à "Tcho fakir" par ci, une critique littéraire "liries" par là. Mais le corps d’éch jornal picard reste composé de toute la vie du picard d’aujourd’hui. Les poésies du pays viennent de l’Artois avec Raymond Coudert, de Marc Sellier (Ponthieu), ou de chez Elisabeth Manier à Escarbotin. La nouvelle est belge avec Marc Fauvaux (de Wiers). Les souvenirs sont ruraux avec Léopold Devismes qui évoque "chés teupiers", ou en automobile pour Gilles Toulet (val de Somme). La bande dessinée est placée sous le trait de Jean-Bernard Roussel et sous le signe de la traçabilité de l’alimentation.
Les articles d’actualité ne manquent pas d’exprimer l’humeur d’Edwige Fontaine (Nibas) qui s’insurge de l’arrogance d’un Paris Dakar, ou encore celle de Jacques Dulphy (Bourseville) et de Jean-Luc Vigneux (Abbeville) qui relatent, en dialogue ou en fable, le conflit entre littérature, fiction et pédagogie, contre obscurantisme et tabous : une réflexion qui n’échappe pas à la liberté d’expression propre au caractère d’ici. Nous terminerons notre parcours dans un voyage nocturne dans les rues d’Amiens en bonne compagnie, celle de Charles Caron et de toutes les statues descendues de leur piédestal !


Ch’Lanchron nº 83 :


Dernière mise à jour :
27-03-2013
Pour tout renseignement
écrivez à Gadrouille
Retour en haut
de cette page
Rapasse à no moaison !
(vers le plan du site)
© Ch’Lanchron 2008
CH’LANCHRON
  « Espace Saint-Gilles » (CM-17) Bâtiment 9 - 82 rue Saint-Gilles
80100 ABBEVILLE   Picardie   (FRANCE)
Téléphone / Fax
(33) 03.22.31.01.55.