Ch’Lanchron
paraît
depuis 1980
Accueil
du site picard
lanchron.fr
Écouter ou
lire du picard

Sur scène
Une brève
présentation de
Ch’Lanchron
Les numéros de
Ch’Lanchron
éch jornal picard
Les auteurs
publiés dans
Ch’Lanchron
Langue picarde
Vitalité du picard
Les liens
Nouveautés
et mises à jour

Plan du site
 « Ch’Lanchron » c’est aussi le journal trimestriel écrit tout en picard Un « lanchron » c’est un pissenlit 35 ans de scène, 90 chansons en picard à notre répertoire Logo officiel de « Ch’Lanchron » Gadrouille est la mascotte de « Ch’Lanchron » Toute une collection de livres picards de référence À doù qu’o s’édvise in picard ? Ravisez ichi ! Quoé d’neu din « lanchron.fr » ?
Abonnez-vous !
Ch’Lanchron
1 an pour 22 €

Table des
textes parus dans
Ch’Lanchron

Écouter des chansons
Jouer et écrire
Activités de
l’association
Ch’Lanchron

Le roman picard
La fableLa BD.
Le théâtre picard
Commandez
les éditions de
Ch’Lanchron

Le moyen picard
La littérature
du picard moderne

Quoé d’neu din « lanchron.fr » ?

Échl arméno picard

Almanach du temps qui passe : quelques dictons picards


Illustration de Jacques Dulphy (Ch’Lanchron Lº30)


Sécréche éd janvieu, richésse d’éch cinsieu
Un mois de janvier sec fait le bonheur du fermier

Févrieu l’pu court éd chés moés, ch’est tou l’pu pire chint foés
Février mois le plus court de l’année est aussi le plus froid.

Févrieu févriot si tu géles, én géle point mes piots
Mois de février, si tu gèles, ne gèle pas mes enfants

Févrieu i rimplit chés fonsès pi mars i zzés réchue
Février remplit les fossés et mars les assèche

— Picard ét moaison al brule…
— Fuche, j’ai l’clé din m’poche !

— Picard, ta maison brûle…
— Peu importe, j’ai la clef dans la poche !


À mitan tchuit, a n’sint point l’brulè.
À moitié cuit, ça ne sent pas le brûlé (rien n’est perdu tant que la partie n’est pas jouée)

Ch’est conme din l’baleinne, y én o plus à jter qu’à mier.
C’est comme dans la baleine, il y a davantage à jeter qu’à manger.

Aboutonner Bray aveuc Capin.
Boutonner Bray-sur-Somme (80) avec Cappy (80) (boutonner samedi avec dimanche)

Chti qu’i vo à l’ducasse i pérd és plache.
Celui qui va à la fête perd sa place (les absents ont toujours tort)

Il o tè à l’école din chés courts jours quante éch maristér i bsoait sin cite.
Il est allé à l’école en hiver quand l’instituteur faisait le cidre (il ne sait pas grand chose)

Ch’qu’o n’sait point, a n’foait point d’mau.
Ce qu’on ne sait pas ne nuit pas.

Un coéchon qu’i foait à s’mode, ch’est l’mitan d’és norriture.
Un cochon qui fait à sa convenance, c’est la moitié de sa nourriture (celui qui travaille à sa manière mais librement, en a toute satisfaction)

Éne carette qu’al wingne al wingne longtemps.
Un véhicule qui grince grince longtemps.

N’y o rien qu’i dure pu longtemps qu’én gate cassèe.
Rien ne dure plus longtemps qu’une assiette brisée.

Quante o buque deux coups l’meume plache a foait éne boche.
Quand on frappe deux fois au même endroit, ça fait une bosse (à force de provoquer on se fait des ennemis)

I veut miu intérténir qu’éd batir.
Mieux vaut entretenir que de construire.

Quante oz o du feure, o peut foaire du fien.
Quand on a de la paille, on peut faire du fumier (on ne fait rien sans rien)

Long mieu long ouvreu.
Lent à table, lent à l’ouvrage.

Quant oz est inchpè i feut savoér és déchper,
quante oz est inratchè i feut savoér és dératcher,
quante oz est malprins i feut savoér és démalprénne.

Quand on est embarrassé il faut savoir se débarrasser,
quand on est embourbé il faut savoir se désembourber,
quand on est mal pris il faut savoir se dé-mal-prendre.


Feute d’éne raison o meurt sans confession.
Faute d’une explication franche on est condamné à subir le mensonge.

I nn’est mie l’cœuse si chés guérnouilles i n’ont point d’tcheue !
Ce n’est pas sa faute si les grenouilles n’ont pas de queue (il n’a pas inventé l’eau chaude !)

Apreu chés boches, chés treus.
Après les bosses, les trous (les difficultés se suivent et ne se ressemblent pas)

Ch’est un tchot molé qu’i vo qu’i vient.
C’est une petit peu qui va et vient (on vit de bric et de broc)

Il ainme miu pour sin co qu’pour ses glainnes.
Il préfère pour son coq (ou son cou) que pour ses poules (se dit de quelqu’un boit beaucoup)

Su l’tchu n’o point d’aminde.
Sur le derrière ce n’est pas une punition.

Éne pénèe fraique a n’réchue point.
Une loque mouillée ne peut pas essuyer (la patience a des limites)

Ch’est point du premieu coup d’tchuignie qu’échl abe i tchèt.
Ce n’est pas du premier coup de hache que l’arbre tombe.

Il o foait sin moédeut.
Il a fait sa moisson (il a bien travaillé pendant sa saison)

Ch’est l’batieu Lala.
C’est le bateau de Lala (c’est une entreprise mal dirigée)

Infique, intasse, t’otchupe point d’échti qu’i passe.
Avale, entasse, ne te soucie pas du passant.

Veut miu user ses solés qu’ses lincheus.
Mieux vaut travailler que d’être au lit.

Y o point moéyin d’moéyenner.
Il n’y a pas de solution.

Ch’est rindi rindo, du brin d’vaque ch’est du bouso.
C’est donnant donnant.

I s’y connoait à l’dorure.
Il est connaisseur en jolies choses.

I s’y connoait à ch’pichon.
Il est féru en la matière.

Duchmint à ch’beurre !
N’allez pas trop vite en affaire !

Al est rouge conme éne pionne.
Elle est écarlate.

Un boin co il est souvint sé.
Un bon coq (comme un bon travailleur) est souvent maigre.

O n’tire point d’frainne blanque d’un sieu au quérbon.
On ne sort pas de farine blanche d’un seau à charbon.

O n’apèrie point un djai aveuc éne agache.
On n’acouple pas un geai avec une pie.

O diroait un cot qu’il o tchiè din des braises.
On dirait un chat qui se soulage dans les cendres (il est sérieux)

Chés conseilleus n’sont point chés poéyeus.
Celui qui prodigue les conseils ne règle pas l’addition.

Rintrez chés glainnes, éj défreume chés cos.
Rentrez les poules, je libère les coqs (je ne réponds pas de mes gars)

O n’peut point éte à l’messe et pi à l’procession.
On ne peut faire deux chose sà la fois.

Chés vieilles moaisons ch’est conme chés jonnes fémes, i feut toudi éte édsu.
Les vieilles maisons comme les jeunes femmes requièrent une attention constante.

Aller droét à ch’disieu.
Glaner directement dans une botte de dix gerbes (aller droit au but)

Quante éch solé il est coutchè, y o gramint d’bétes à l’ombe.
Quand le soleil est couché, il y a beaucoup de bêtes à l’étable (il brille d’autant plus qu’il n’est pas contredit)

Chti qu’il acoute és féme et pi ch’tchurè i n’vo point loin.
Trop de morale nuit aux affaires.

Él tcheue d’no tchien al o bien vnu.
La queue de notre chien a fini par venir (patience, la conclusion arrive toujours à un moment ou à un autre)

O dévale à mzure pu vite qu’oz a montè.
On descend parfois plus vite qu’on est monté (les honneurs sont fragiles)

Tchote pleuve abot grand vint.
Petite pluie abat grand vent.

Quante i pleut, i feut tchitter tchère.
Quand il pleut il faut laisser tomber (il y a des événements contre lesquels on ne peut rien)

Ch’est du temps du Bon Diu mais ch’est point d’sin pu boin.
C’est du temps du Bon Dieu, mais pas de son meilleur (il pleut)

I veut miu bolir qu’éd guérlotter.
I vaut mieux avoir trop chaud que trop froid.

Ch’est au pieud d’échl abe qu’o connoait ch’botchillon.
C’est au pied de l’arbre qu’on reconnaît le bûcheron (c’est à pied d’œuvre qu’on reconnaît la valeur de l’ouvrier)

Maque et pi tais tt’ !
Mange et tais-toi ! (cela ne te regarde pas)

L’hivér i n’est point batèrd, quante i n’vient point d’boéne heure i vient tèrd.
L’hiver n’est pas bâtard, s’il ne vient pas tôt il viendra plus tard (ce n’est que partie remise)

Ch’est conme chés vaques éd Long, i poaich’t in attindant.
C’est comme les vaches de Long (80) qui pâturent en attendant (ce n’est que partie remise)

Chtilo qu’i vo à l’cache i pérd és plache.
Celui qui va à la chasse perd sa place (les absents ont toujours tort)

Éch bac i s’a rtornè su ch’coéchon.
La mangeoire s’est retournée sur le cochon (tel est pris qui croyait prendre)

D’un tchéne i nin fro bien un manche à alène.
D’un chêne il en tirera bien un manche d’outil (il dépense beaucoup pour faire peu)

Veut miu éte à l’porte d’un plaindeu putot qu’à l’chelle d’un vanteu.
Il vaut mieux être au seuil d’un geignard qu’à celle d’un vantard.

I mingeroait chl’hostie aveuc él patène.
Il mangerait le mets et le couvert.

Quante o s’plaint, ch’est qu’o sint coér sin mau.
Tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir.

Tu rvaros rtchuire à min four.
Tu auras encore besoin de moi.

Chtilo qu’i m’éro, ché sro un fin.
Celui qui me roulera sera bien malin.

Chti qu’i vo à Gamaches i pérd és plache.
Celui qui va à Gamaches (80) perd sa place (les absents ont toujours tort)

Jonnesse qu’al veille, vieillesse qu’al dort, ch’est singne éd mort.
Jeunesse qui veille et vieillesse qui dort, sont signes de mort.

Missionnaire singne éd djerre
Missionnaire signe de guerre prochaine

À forche d’éte à rvèrs, o fini qu’oz est à l’invèrs
À force de contester on oublie la réalité

Adè ! Éne poégnie d’main à vo lapin pi éne flate à vo glainne
Au revoir ! Une poignée de main à votre lapin, et une caresse à votre poule (formule pour se dire au revoir)

Un bien dit veut miu qu’un mal déminti
Une chose bien exprimée du départ est préférable à un rectificatif

Ch’qu’o n’peut point foaire o l’tchitte, éne castrole ch’est point éne marmite
On laisse ce qu’on ne peut faire, une casserole n’est pas une marmite

Ch’est conme o qu’i feut qu’a fuche
Il n’y a pas d’autre solution

Fuche !
Soit ! (alea jacta est)

À un gvo baillè, o n’ravise point ch’lico
D’un cheval donné on ne regarde pas la sangle (on ne se plaint pas d’un cadeau reçu)

Bien sougloutant, bien vnant
(pour un jeune enfant) Qui a le hoquet a bonne santé

Un pet rténu ch’est un apcès quante oz est viu
Le non-dit devient rancœur

Ch’est au pieud d’éch mur qu’o connoait ch’manchon
C’est à pied d’œuvre qu’on reconnaît l’ouvrier (ici : le maçon)

Deux loques fraiques i n’peut’té mie s’réchuer
Deux chiffons humides ne s’essuient pas entre eux (deux infortunes ne se consolent pas l’une l’autre)

N’foais point pu d’fien qu’tu n’os d’étreumures !
Ne prétends pas produire plus de fumier que tu ne dispose de litière !

L’mort d’un tchien ch’est l’vie d’un leu La mort d’un chien c’est la vie d’un loup
(à quelque chose malheur est bon)

N’y o mie d’sots vindeus, n’y o qu’éd sots acateus
Il n’y a pas de vendeur sot, il n’y a que des clients naïfs

I vo tout droét à ch’disieu conme él béte d’éch dimeu
Il va droit au but

Il o pu belle panche éq belle manche
Il préfère la table à la toillette

Il o pu grands zius qu’grand panche
Il en veut plus qu’il ne lui est possible

Minge, tu n’sais point tchèche qu’i t’mingero !
Ne fais pas le difficile à table !

Bailler s’vaque pour avoér és tcheue
Donner sa vache pour n’en récupérer que la queue (le procédurier ne s’enrichit guère)

Pain tér, bos vért, soupe à l’ongnon ruinne moaison
Le pain tendre, le bois vert et la soupe à l’oignon sont la ruine du ménage

Quante o dort pu d’sept heures in étè, o dort in béte
L’été trop de sommeil nuit aux tâches des champs

Quante chés agaches i foait’té leu nid au bout d’chés branques, l’étè i sra cœud
Quand les pies construisnet leur nid au bout des branches, c’est signe d’été chaud

Tout grain porte és paille
Les meilleures choses ont toutes un mauvais coté

Ch’qu’al ainme chol métchaingne o nin minge sept coups l’ésmainne
Ce qui plait à la servante revient constamment au menu

Ch’est point des andjilles frinchèes
Ce ne sont pas des anguilles chiffonnées (ce n’est pas quelque chose de bien rare)

Éne féme qu’al minge és crinme a n’bot point d’burre
On ne peut avoir le beurre et l’argent du beurre

Est écrit su l’tcheue d’éch lapin : chti qu’i guègne au cminchmint i pérd à la fin
C’est écrit sur la queue du lapin : celui qui gagne au début perd à la fin

I n’est mie l’cœuse qu’chés guérnouilles i n’ont point d’tcheue
C’est un naïf

Chol maliche al est honnéte, a rtorne à sin moaite
La méchanceté retombe sur son auteur

Veut miu un beudet vivant qu’un bidet mort
I vaut mieux posséder un âne vivant qu’un cheval mort

Il est pu béte à li tout seu qu’tous chés beudets qu’i n-o à Montiére (80)
À lui seul il plus bête que tous les ânes de Montières

I veut miu apprénne à un beudet à pérleu
I vaut mieux enseigner le langage à un âne (la cause est desespérée)

I trache apreu sin beudet pi il est monté dsu
Il cherche son âne alors qu’il est dessus

Chl’avinne al est pu forte qu’éch beudet
L’avoine est plus forte que l’âne (le remède est plus redoutable que le mal)

I rsanne à ch’beudet Jean Guernon, i n’dit ni oui ni non
Il ressemble à l’âne de Jean Grenon, il ne dit ni oui ni non (il ne sait pas se décider)

Chés idèes i sont lo qu’o zzés met, ché sro ti qu’din l’treu du tchu d’un beudet
Les idées sont là où l’on veut bien les mettre.

I nn’est ch’qu’i nn’est, eune vaque ch’est point un beudet
Les choses sont ce qu’elles sont.

Adè ch’beudet pi chés poéres !
Tout est perdu

I n-a pu d’gins bétes qu’éd beudets chrétiens
Il y a plus d’imbéciles sur la terre que d’ânes baptisés

Ch’est ch’darin navet qu’il écatit ch’beudet
C’est le dernier navet qui vient à bout de l’âne

Ch’est un beudet d’nature, i prind ses bos pour des cœuches
ou
Ch’est un beudet d’nature, i prind sin brin pour des confitures
ou
Ch’est un beudet d’nature, i n’sait point lire ésn écriture
C’est un âne congénital et incurable

Quante oz a un beudet, i feut planter un bos
Quand on possède un âne, il faut planter un bois (car on fait une grande consommation de bâtons)

Ch’est toudi l’téte d’éch pu laid beudet qu’al dépasse d’échl haillure
C’est toujours le plus laid, le plus braillard et le plus inintéressant qui se montre et fait parler de lui

Ch’beudet il a bieu s’mucher driére échl haillure, ses eurelles i dépass’t
L’âne a beau se cacher derrière la haie, ses oreilles dépassent toujours (la bêtise ne peut se dissimuler toujours)

Pu qu’un beudet il est quértchè, pu qu’i vo vite
Plus un âne est chargé, plus il va vite

Tu foais conme chés beudets, tu ris d’tes pets
Tu fais comme les ânes, tu ris de tes propres bêtises (qui ne sont pas fameuses)

Al est drole conme un beudet in gayole
Elle est amusante comme un âne en prison (ton conte ne fait rire que toi)

Un boin beudet nin foait picher sept
Un bon âne sait en faire pisser sept (la bêtise est ce qui se partage le mieux)

Canger sin bidet borgne pour un beudet avule
Échanger son cheval borgne pour un âne aveugle (faire une très mauvaise affaire)

Combien qu’i feut d’hérins pour écraser un beudet ?
Combien faut-il de harengs pour écraser un âne ? (La question est aussi idiote que la victime)

O gadrouille sin savlon à voloér laver l’téte d’un beudet
On gâche son savon à vouloir laver la tête d’un âne (c’est peine perdue et argent gaspillé que de vouloir faire rendre raison à un imbécile)

Si un beudet i n’sait boére éq quante il o soé, ch’est qu’i n’sait boére éq dol ieu
Si un âne ne sait boire que quand il a soif, c’est qu’il ne sait boire que de l’eau (c’est donc un animal sans vices, et c’est doûteux)

Si tin beudet i n’veut point boére, infique z-i un capieu d’cadoreu
Si ton âne ne veut pas boire, mets-lui un chapeau de gendarme

Ch’est du temps d’chés beudets : i pleut pi i foait du solé
C’est du bon temps pour les ânes : il pleut et il fait du soleil (un jour avec et un jour sans, et le ménage va son train)

O n’est crétitchè qu’pér deux sortes éd gins : chés maouais qu’i vo connoait’t et pi chés beudets qu’i n’vo connoait’té point
On n’est jamais autrement critiqué que par deux espèces de gens : les méchants qui vous connaissent et les imbéciles qui ne vous connaissent pas

Un beudet qu’i s’étrille li meume i n’est jamoais bien étrillé
Un âne qui s’étrille lui-même n’est jamais bien étrillé (on ne sait jamais bien se flatter soi-même, faire la promotioon de soi-même)

Chés neiges qu’i n’fond’té point i nn’attind’t édz eutes.
La neige qui ne fond pas en annonce une autre

S’i foait bieu, prinds tin mantieu, s’i pleut, prinds llé si tu veux !
S’il fait beau prends ton manteau, s’il pleut prends le si tu veux.

Du temps blanc, do’p pluie sans raison.
Du ciel blanc c’est de la pluie sans justification.

Do’p pluie aveuc du solé, i pluvra coér édmain.
De la pluie avec du soleil, c’est qu’il pleuvra encore demain.

Éch solé i tchèt in morcieux.
Le soleil tombe en morceaux (il pleut énormément)

Quante éch temps il est démis, i s’érmet ch’premier lundi d’leune.
Quand le temps est défait, le premier lundi de nouvelle lune il se remet.

Il éra coér plu d’ichi l’nouvélle énèe !
Il pleuvra encore d’ici le nouvel an (rien n’est défintif sur ce cas)

Janvieu frilleux,
févrieu guérzilleux,
mars poudreux,
avri pluvieux,
moai clair et pi vinteux...
Énèe fort heureux.

Janvier frileux,
février en grésil,
mars neigeux,
avril pluvieux,
mai dégagé et venteux…
L’année sera heureuse.


S’i pleut pour chés roès, chés blès aussi heut qu’chés toéts.
S’il pleut à l’Épiphanie, les blés seront aussi hauts que les toits.

Quante i tonne in janvieu, i tonne tous les mouos d’l’énèe.
Quand le tonnerre gronde en janvier, il gronde tous les mois de l’année.

Quante i n’pleut point in janvieu, i feut écoreu ch’guérnieu.
Quand il ne pleut pas en janvier, il faut étayer le grenier.

Quante él mouo d’janvier il est sé, i n’éro point à s’plainne, éch cinsier.
Si le mois de janvier est sec, le fermier n’aura pas à se plaindre au moment de la récolte.

Saint-Vinchint clair et pi bieu, pu d’vint qu’éd ieu.
Saint-Vincent (19 juillet) clair et beau, plus de vent que d’eau.

À Saint-Vinchint finit l’pleuve, pi viènt ch’vint.
À la Saint-Vincent (19 juillet) finie la pluie, le vent arrive.

Févrieu i rimplit chés fonsès, pi mars i zzés réchue.
Février emplit les fossés, mars les assèche.

S’i foait d’l’harnu in mars, o povons dire « hélas ! »
S’il fait de l’orage en mars, nous pouvons dire « hélas ! »

Brouillèrd in mars, jlèes in moai
Brouillard en mars, gelées en mai.

Chés huriaux d’mars i sont point batèrds, s’i n’viénn’té point tot, i viénn’té tèrd.
Les giboulées de mars ne sont pas traîtres, si elles ne viennent pas tôt, elles viennent tard.

Mars vinteux, corti pommeux ; tonnérre d’avri, rimplit chés bèris.
Mars venteux, vergers avec des pommes tonnerre d’avril remplit les barrils.

Sé mars, cras avri, caud moai.
Mars doit être sec, avri humide et mai chaud.

Quante éch vint il est d’France à Paques à bos, ch’est dz’orages din l’énèe.
Quand le vent est de sud-est le jour des Rameaux, il y aura des orages dans l’année.

L’ieu qu’al tchèt in avri a veut du fièn d’bérquerie.
La pluie qui tombe en avril ça vaut bien du fumier de bergerie.

I n’est d’si ginti moé d’avri qu’i n’euche sin capieu d’guérgi.
Avril ne s’écoule pas sans qu’il soit tombé du grésil.

Pleuve d’avri, rousèe d’moai, i rimplit’t chés caves pi chés moaies.
Pluie en avril, rosée en mai, remplissent les caves et les pétrins.

Quante i pleut l’nuit d’moa, i n’y o point d’chriges.
S’il pleut la nuit du 30 avril au premier mai, il n’y aura pas de cerises.

Raques in moai, poure au moé d’eut.
Boue en mai, poussière en août.

Saint-Mèrd ch’est un long pissèrd.
Saint-Médard est un grand pisseur.

Ch’qué Saint-Mèrd i défoait, Saint-Bérnabé i ll’érmet.
Ce que Saint-Médard défait, Saint-Barnabé le remet.

S’i pleut à Saint-Gervais oz a un moé d’eut frais.
S’il pleut à la Saint-Gervais (19 juin), août sera humide.

S’i pleut à Sainte-Mèrgrite chés gueugues pi chés neusettes i leu watront vite.
S’il pleut à la Sainte-Marguerite (20 juillet), les noix et les noisettes seront vite gâtées.

Quante i pleut à l’Madleine, o nn’o pour six smainnes.
Quand il pleut à la Sainte-Marie-Madeleine (22 juillet) il pleut pendant six semaines.

S’i pleut dvant chés quate temps, laboureux donne tté l’temps ; s’i foait bieu, profite é-nné.
S’il pleut avant les quatre temps (en septembre), laboureur prends ton temps ; s’il fait beau, profites-en.

S’i pleut, i feut foaire conme Pèris : tchitteu foaire !
S’il pleut, il faut faire comme à Paris : laisser tomber !

Ch’est du temps du Bon Diu, mais point d’sin pu boin.
C’est du temps du Bon dieu (en l’occurrence du mauvais temps), mais ce n’est pas son meilleur.

Pleuve du matin a n’impèque mie ch’pélerin.
La pluie du matin ne rebute pas le pèlerin.

Éch temps blanc i cache éch bértcheu d’chés camps.
Le ciel blanc repousse le berger des champs.

Temps blanc, feumes fardèes, i sont d’corte durèe.
Ciel blanc, femmes fardées, sont de courte durée.

Ch’est ch’diabe qu’i s’bot aveuc és feume.
C’est de l’orage (le diable se bat avec sa femme)

Quante i pleut du vint d’mér, o n’voét ni temps ni terre.
Quand il pleut par vent d’ouest, on ne voit ni le ciel ni la terre.

Du brouillèrd au croéssant ch’est du bieu temps.
Du brouillard en lune montante annonce du beau temps.

Du brouillèrd à l’leune courte ch’est do’p pluie sous troés jours.
Du brouillard en lune descendante annonce de la pluie sous trois jours.

Du brouillèrd in Neurmindie, ch’est do’p pluie in Picardie.
Du brouillard en Normandie, c’est signe de pluie en Picardie.

Quante mar i rinte in lion, i sorte in mouton
Si mars débute très froid, il finira avec un temps doux

Mars venteux corti pommeux
Tonnerre d’avri rimplit chés bèris

Le mois de mars venteux, les pâtures ont leur pommiers chargés de fruits
Le tonnerre (l’orage) en avril remplira les barils


Au moé d’avri o voét ses bros din sin lit
Le rallongement de la durée du jour est sensible en avril

Quante i pleut l’nuit d’moai
I n’y a point d’chriges

S’il pleut la nuit du 30 avril au 1er mai, il n’y a pas de cerises

Avéne éd moai, avéne éd beudet
L’avoine semée en mai donne beaucoup de paille (et peu de grain) : elle ne servira qu’à nourrir les ânes

Quante chés agaches i foait’t leu nid au bout d’chés branques, l’étè i sro cœud
Quand les pies font leur nid au bout des branches, l’été sera chaud

Jouin à grains
En juin les céréales forment leurs épis

Juilet, l’foéchille au poégnet
Juillet marque le début des moissons

Quante i pleut à l’Madleine o nn’ons pour six smainnes
Quand il pleut à la Sainte-Madeleine (22 juillet) nous en avons pour six semaines

Au bout du moédeut o foait sin parsoé
À la fin d’août (qui est aussi la fin des moissons) on fait une fête des moissonneurs (et on mesure ce qu’on a « engrangé »)

Vlo saint Roch et pi sin tchien
Voici saint Roch et son chien (saint Roch : le 16 août)
se dit couramment de 2 amis inséparables, avec un jeu de mot en picard : saint/sin


Saint-Gille, Saint-Leu, l’lampe à ch’cleu
Début septembre les jours diminuent sensiblement

À l’Saint-Miché hérins pleines
ou encore :
À l’Saint-Miché hérins au pénier
La Saint-Michel (29 septembre) marque le début de la période de pêche au hareng (ou « harengaison »)

Saint-Rmi i n’o jamoais foait d’miraque
Saint-Rémi (1er octobre) n’a jamais fait de miracle (il ne faut pas remettre au lendemain ce que l’on peut faire le jour même)

À Saint-Dnis, ch’vint i foait sin nid
Le jour de Saint-Denis (9 octobre), le vent détermine la rigueur de l’hiver à venir

À l’Toussaint : hérins pleins ; à l’Sainte-Catlainne : hérins vides
début novembre les harengs sont pleins de laitance (bons à consommer), après le 25 il sera trop tard (ils seront vides)

Des breumes pi des pleuves éd novème
I foait’t toudi un bieu moé d’décéme

Des brumes et pluies en novembre font toujours un beau mois de décembre

Il est quértchè conme él beudet Saint-Coulos
Il est très lourdement chargé (comme l’âne de Saint-Nicolas qui vient distribuer des présents aux enfants)

Ch’qu’i vient dvant Noé a n’compte point
Le mauvais temps qui précède Noël ne permet pas d’espérer un hiver clément


Dernière mise à jour :
27-03-2013
Pour tout renseignement
écrivez à Gadrouille
Retour en haut
de cette page
Rapasse à no moaison !
(vers le plan du site)
© Ch’Lanchron 2000
CH’LANCHRON
  « Espace Saint-Gilles » (CM-17) Bâtiment 9 - 82 rue Saint-Gilles
80100 ABBEVILLE   Picardie   (FRANCE)
Téléphone / Fax
(33) 03.22.31.01.55.