Ch’Lanchron
paraît
depuis 1980
Accueil
du site picard
lanchron.fr
Écouter ou
lire du picard

Sur scène
Une brève
présentation de
Ch’Lanchron
Les numéros de
Ch’Lanchron
éch jornal picard
Les auteurs
publiés dans
Ch’Lanchron
Langue picarde
Vitalité du picard
Les liens
Nouveautés
et mises à jour

Plan du site
 « Ch’Lanchron » c’est aussi le journal trimestriel écrit tout en picard Un « lanchron » c’est un pissenlit 35 ans de scène, 90 chansons en picard à notre répertoire Logo officiel de « Ch’Lanchron » Gadrouille est la mascotte de « Ch’Lanchron » Toute une collection de livres picards de référence À doù qu’o s’édvise in picard ? Ravisez ichi ! Quoé d’neu din « lanchron.fr » ?
Abonnez-vous !
Ch’Lanchron
1 an pour 22 €

Table des
textes parus dans
Ch’Lanchron

Écouter des chansons
Jouer et écrire
Activités de
l’association
Ch’Lanchron

Le roman picard
La fableLa BD.
Le théâtre picard
Commandez
les éditions de
Ch’Lanchron

Le moyen picard
La littérature
du picard moderne

Quoé d’neu din « lanchron.fr » ?

Blanqué nuit, Claire
Nuit blanche, Claire
Texte et traduction en français de : Jean-Luc VIGNEUX (80, Abbeville. Ponthieu)
Premier prix (pour le texte en picard) à la biennale de Tournai - 1996
Publié dans Ch’Lanchron nº63 ©1996
Traduction littérale en français de l’auteur


Écoutez le texte picard dit par l’auteur tout en le lisant !
J’n’ai point deurmi, l’nuit chi
J’n’ai point freumè un ziu, tu sais, j’étoais tout seu, au fond d’min lit
J’én t’ai point attindu non pu, piqu’éj savoais qu’tu n’varoais point. A n’m’o don point seurprins
J’m’ai anichè din chés lincheus, pi j’ai reuvè tout heut, à zius ouvérts, din ch’noér
J’ai pinsè, j’m’ai malottè
Éj noz ai vu, ti pi mi, touté deux au long d’chés rues, din chés cmins creux
O no tnoéme pér la main, pour innhui, pour édmain
O juéme, o nin rioéme, éj t’ainme
J’ai rbéyè chés énèes qu’i glinchront din nos doéts, pour user no santè
J’ai comptè tous chés moés qu’i port’t no scret
J’ai rpassè tous chés jours qu’i ward’té noz anmour
Dsous mes doéts j’ai sintu l’pieu d’ét panche tindue
Apreu, j’ai trachè des tchots noms, j’ai yeu d’quoè m’otchuper à détrier chés fius pi chés filles
Éj m’ai foait ène tchote liste, et pi j’ai oubliè toute
Oz ons maginè gramint d’jux
Deux éfants din la vie
Qu’i fzoait’t à ti, à mi
T’es t-un molé fou, qu’éj m’ai dit
Ch’étoait l’son d’ét voé qu’il a vnu dviser au creu d’émn eurélle
Éj t’ai intindue, t’étoais lo, din m’nuit blanque et pi claire
Blanqué nuit, din ch’noér
Durant ch’temps lo, ti tu dormoais pour du vrai
Éj t’ai vue dsous t’catelongne, inroulèe din ène plote éd caleur
Alors j’ai soufflè, du bout d’mes lipes, éd l’air cœude éq j’ai prinse din m’poétrinne pour qu’al viènche ét porter ène flate éd doucheur
J’ai yeu des niflèes d’tin corps. T’étoais lo, fort. Fort
Din ch’creu d’étn épeule à tin co tu m’os cowatè bièn au cœud
T’os bérchè min somé à bleuse vues
Chés heures i sont longues, éch temps il est court
J’ai démélè tes gveux, un pèr chi, l’eute pèr lo..
A n’est mie méchant des gveux blancs. Jé nn’ai djo, tu nn’éros biétot
J’ai rli tous tes léttes
Pi au bout, j’t’ai écrit chés deux troés mots, conme i vnoait’t in écho du fond d’ém téte
É-zzés vlo
J’ai intindu ène porte qu’al wignoait
Oz étoéme éd l’eute cotè pi tu t’avoais acrintchèe à min co
Éj té portoais din mes bros
J’én sais point doù qu’oz étoéme... À doù ? Pétète bièn tout simplémint à no moaison
Oz ons marchè din ch’noér, soin à n’point tchèrre
J’ai mordu din tes lipes à granne boutchie
Donne mé un pipe, j’ai gra faim d’ti
Coér, coér
Ch’étoait l’nuit passèe au mitan d’min somé
J’n’ai point deurmi
J’croés qu’éj té ll’ai dit, Claire
  Je n’ai pas dormi, la nuit dernière
Je n’ai pas fermé un oeil, tu sais, j’étais seul, au fond de mon lit
Je ne t’ai pas attendue non plus, puisque je savais que tu ne viendrais pas. Ça ne m’a donc pas surpris
Je me suis emmitouflé dans les draps, et j’ai rêvé à voix haute, les yeux ouverts, dans le noir
J’ai pensé, j’ai parlé
Je nous voyais, toi et moi, tous deux au long des rues, dans les chemins de campagne
Nous nous tenions par la main, pour aujourd’hui, pour demain
Nous jouions, nous rions, je t’aime
J’ai regardé les années qui glisseront dans nos doigts, pour user notre santé
J’ai compté tous les mois qui portent notre secret
J’ai revu tous les jours qui gardent notre amour
Sous mes doigts j’ai senti la peau de ton ventre tendue
Ensuite, j’ai cherché des prénoms, j’ai eu de quoi m’occuper à trier les garçons et les filles
Je me suis fait une petite liste, et puis j’ai oublié tout
Nous avons imaginé plusieurs jeux
Deux enfants dans la vie
Qui faisaient à toi, à moi
Tu es un peu fou, me suis-je dit
C’était le son de ta voix qui est venu parler au creux de mon oreille
Je t’ai entendue, tu étais là, dans ma nuit blanche et claire
Nuit blanche, dans le noir
Pendant ce temps, toi tu dormais pour du vrai
Je t’ai vue sous ta couverture, enroulée dans une boule de chaleur
Alors j’ai soufflé, du bout de mes lèvres, de l’air chaud que j’ai pris dans ma poitrine pour qu’il vienne t’apporter une caresse de douceur
J’ai eu des sentiments de ton corps. Tu étais là, fort. Fort
Dans le creux de ton épaule à ton cou tu m’as câliné, bien au chaud
Tu as bercé mon sommeil à mirages
Les heures sont longues, le temps est court
J’ai coiffé tes cheveux, l’un par ci, l’autre par là..
Ce n’est pas très grave des cheveux blancs. J’en ai déjà, tu en auras bientôt
J’ai relu toutes tes lettres
Et à la fin, je t’ai écrit les deux trois mots, comme ils venaient en écho du fond de ma tête
Les voilà
J’ai entendu une porte qui grinçait
Nous étions de l’autre côté et tu t’étais suspendue à mon cou
Je te portais dans les bras
Je ne sais pas où nous étions... Où ? Peut-être bien tout simplement chez nous
Nous avons marché dans le noir, attention à ne pas tomber
J’ai mordu dans tes lèvres à grande bouchée
Embrasse-moi, j’ai envie de toi
Encore, encore
C’était la nuit dernière, au cœur de mon sommeil
Je n’ai pas dormi
Je crois te l’avoir dit, Claire


Dernière mise à jour :
27-03-2013
Pour tout renseignement
écrivez à Gadrouille
Retour en haut
de cette page
Rapasse à no moaison !
(vers le plan du site)
© Ch’Lanchron 1996
CH’LANCHRON
  « Espace Saint-Gilles » (CM-17) Bâtiment 9 - 82 rue Saint-Gilles
80100 ABBEVILLE   Picardie   (FRANCE)
Téléphone / Fax
(33) 03.22.31.01.55.