Ch’Lanchron
paraît
depuis 1980
Accueil
du site picard
lanchron.fr
Écouter ou
lire du picard

Sur scène
Une brève
présentation de
Ch’Lanchron
Les numéros de
Ch’Lanchron
éch jornal picard
Les auteurs
publiés dans
Ch’Lanchron
Langue picarde
Vitalité du picard
Les liens
Nouveautés
et mises à jour

Plan du site
 « Ch’Lanchron » c’est aussi le journal trimestriel écrit tout en picard Un « lanchron » c’est un pissenlit 35 ans de scène, 90 chansons en picard à notre répertoire Logo officiel de « Ch’Lanchron » Gadrouille est la mascotte de « Ch’Lanchron » Toute une collection de livres picards de référence À doù qu’o s’édvise in picard ? Ravisez ichi ! Quoé d’neu din « lanchron.fr » ?
Abonnez-vous !
Ch’Lanchron
1 an pour 22 €

Table des
textes parus dans
Ch’Lanchron

Écouter des chansons
Jouer et écrire
Activités de
l’association
Ch’Lanchron

Le roman picard
La fableLa BD.
Le théâtre picard
Commandez
les éditions de
Ch’Lanchron

Le moyen picard
La littérature
du picard moderne

Quoé d’neu din « lanchron.fr » ?

Ch’Lanchron Lº 120 publie entièrement en picard le texte de la pièce de théâtre pour marionettes de Pierre Cavenel " El soudure ".
Comme annoncé dans Ch’Lanchron, nous le reprenons ici dans son intégralié, tel que le manuscrit nous a été communiqué par sa fille (c’est à dire en laissant les indications scéniques en français).
Vus retrouverez toutes les infortmations sur l’auteur et la genèse de ce texte dans Ch’Lanchron Lº 120.

El soudure


Lafleur, Prisonnier de Guerre libéré (28 ans)
Sandrine, sa femme (25 ans)


La scène se passe dans un intérieur picard d’un baraquement du quartier Saint-Leu à Amiens. Le repas vient de finir. Lafleur rêve en silence devant une tasse de café et un journal déplié sur la table près de lui. Sandrine nerveuse débarrasse la vaisselle vers l’évier. Dans un coin au mur, un vide-poches avec divers papiers et lettres.

Sandrine (qui ne peut plus supporter le silence de Lafleur): À quoé qu’tu pinses ?
Lafleur : ......... (il rêve)
Sandrine :T’es lo dpuis un quart d’heure à bayer à j’én sais quoé !
Lafleur : .........
Sandrine (de plus en plus nerveuse) : Si tu n’os rien à foère, tu n’os qu’à essuyer m’vaisselle. (Ce disant, elle laisse échapper une assiette qui se brise sur le pavé).
Lafleur (sursautant) : Tra la la la la (sol, do, ré, do mi)
Sandrine (suffoquée) : Quoé ? Cho t’foét canter qu’éj casse inne assiette ? Os nn’avons pourtant point tant ! (Se plantant devant lui) : Mais, enfin, à quoé qu’tu pinses ? Oùèche éq t’es coèr ?
Lafleur (souriant) : À Hoyerswerds (air connu : ré, ré, ré, mi, do)
Sandrine :Cmint à Hoyerswerds ? Tu nn’os point ieu assez après troès ains ?...
Lafleur (conciliant) : Acoute mé Sandrine, ne t’fache point : là-bos, quand un copain i cassoét s’jate, os cantoéme tous in tchœur " Tra la la la la " ! (il rit).
Sandrine :Oui... J’voés qu’os étoète malhureux là-bos !... Hein !... Tu n’réponds point !
Lafleur : Bien seur qu’os étoème malhureux !
Sandrine :Oh, j’el sais ! Tu m’l’os assez écrit : os avoète faim à maquer des cailleux ; os tornoète, pi os décatornoète drière des barbelés avuc des cadoreux tout l’tour, én sachant quoi foère éd vou pieu... À chaque lette ch’étoét : " Quand qu’ch’est qu’j’érvaro Anmiens ? Pi ti, m’ptchote Sandrine ? Si tu savoés comme j’ém languis d’ti, j’n’in sus desséqué comme un soéret ! ".
Lafleur : Oué, oué...
Sandrine :Pi coèr... " Achteure, éj sais tout l’mau qu’t’os à foère éch ménage, el lessive, éch raccomodage éd mes cœuchettes ! Vos, in rintrant, tu varos comme éj t’aidros, commes os srons amiteux nous deux... " Pi cho finissoét toudi par : " Si tu pouvoés m’invoyer un ptchot colis, cho m’froét grainmint du bien... " Et dire qu’éj te croyoés !
Lafleur : Ch’n’étoét mie vrai, peut-éte ?
Sandrine :Ah, j’n’in sais rien ! Tout ch’qu’éj sais, ch’est qu’éj m’ésquintoés à travailler, pi à foère el quaine edvant chés magasins pour garnir tes colis !
Lafleur : Ah ! J’el sais qu’t’os ieu du mau !
Sandrine :J’ém disoés : quand i rvaro, i m’érveudro tout cho !... Ah, ben j’te croés !...
Lafleur : Non, mais quoé qu’t’os enhui, Sandrine ? Tchèche qu’o rmonté t’pindule ?
Sandrine :Ch’est ti !
Lafleur : Cmint, ch’est mi ? Chelle-lo, al est roède !
Sandrine :Dpuis troés smangnes éq t’es rintré, t’es lo comme inne anme in pangne. Si seulmint t’avoés du travail, cho t’caingeroét peut-éte les idées !... Mais tu n’in treuves guère...
Lafleur : Ch’est ti d’ém feute ? J’n’in quérche assez !
Sandrine :Oui, din chés bistrots ! À mn’idée, là-bos, t’os perdu tout à foait l’gout d’travailler... Tu n’l’avoés déjà point grainmint !
Lafleur : J’tasseure, Sandrine qu’éj foés ch’que j’pux. Seulmint, malgré ch’qu’i disoét Monsieur Scapini din l’teimps, éj n’ai point l’impression qu’oz attindoét après mi ichi... Pi n’dis point qu’j’én foés rien ; tiens chés liquettes éq j’ai lavées pi raccœumeudées l’eute jour !
Sandrine :J’té croés ! D’abord ch’n’est mie tn’ouvrage... Et pi ch’n’étoét ni foét ni à foère... Si ch’est comme cho éq tu lavoés tin linge là-bos !... Et ch’que tu n’dis point, ch’est qu’el soér, tout fier éd cho, tu m’os plaintée lo... et por quoé ? Por aller intinde inne conférince, inne conférince sur " Virgile "... Tchèche coèr éq chelle-lo ?
Lafleur (important) : Ch’est un poéte éd la Nature !
Sandrine :Si seulmint i t’avoét donné l’idée d’aller bècher un molé nou gardan !... Mais non, Mon-sieu Lafleur i foét l’bel esprit, i fréquinte les conférinces... et les poétes ! Ch’est ti qu’tu voudroés t’présinter à l’Académie d’Anmiens ? (Lafleur fait un geste de protestation). Én dis point qu’éj rabache : au soér tu vux coèr ém laisser pour... attinds qu’j’érbaye ech Progrès... (Elle prend le journal sur la table et lit lentement) : ... pour " La métaphysique mécanique intégrale " ! Peux-tu m’dire quoé qu’tu comprinds à tout cho ?... Ch’est ti avuc el physique-lo qu’tu fros marcher ch’ménage ?
Lafleur (d’un ton pénétré) : Ah ! Sandrine ! Si t’avoés intindu tous chés belles causeries qu’o nous o foét là-bos, édsur toute !... Sur éch bon Diu, sur chés Pharaons d’Égypte, sur un budget municipal, sur el zozotechnie... Infin, chacun i parloét d’cho qu’i connaissoét l’miu !...
Sandrine :Ti, t’airoés pu in foère inne sur éch beffroi !... (Elle hausse les épaules, puis avec un soupir) : Infin ! Si n’y avoét qu’cho ! Mais pour el bouque eussi tu foés ch’délicat. I n’feut pu à Mon-sieu d’pot-au-fu ni d’peumes éd terre tous les jours ; l’soupe aux choux al li donne édz aigreurs ; il o l’graiche pi l’salade éd bettraves in horreur. Mais tchèche éq tu vux qu’éj té donne ?
Lafleur : Du poulet, du biftèque, inne tchote éscalope, du gigot à sz’haricouts !
Sandrine :Et pi ch’est tout ? Acoute, Lafleur, tu varos avuc mi samedi à ch’marché vir el prix d’chés poulets... pi os in rparlerons ! Quant à chel boucherie, tu cminchros par aller dmainder à l’Mairie des cartes éd viande in supplémint. Ah ! tu croés qu’on put acater ch’qu’on vut !
Lafleur : J’croés... Éj croés qu’éj n’ai foét qu’cainger d’baraque... In tout cas, tais tt’ ! Éd t’intinde bérdler sains arret, cho m’foét du mau à m’tète !
Sandrine (ironiquement compatissante) : Min pauvré Lafleur qu’o du mau à s’tète... Vos-t’in à l’visite, vir éch " toubib ", comme tu dis.
Lafleur : Én te fous point d’mi !
Sandrine :Ch’est mi, peut-éte qu’o parlé d’éch docteur, l’eute jour, pasque t’avoés éternué pi toussé troés cœups d’suite ?
Lafleur (se levant) : Sandrine, tu cminches à m’écauffer les oreilles !
Sandrine :Tu n’m’impéchros point d’parler. D’abord, i n’y o point qu’mi por avoér érmarqué comme t’étoés devnu imblayeux. Tchot Blaise, li-méme, i m’disoét hier...
Lafleur (la coupant) : ...I varo m’el dire à mi ! Si y o longtemps qu’i n’o point rchu d’tatouille, éj sairo coèr li in foute inne boéne !
Sandrine :Tiens, vlo qu’tu t’réveilles !
Lafleur : D’abord Tchot Blaise, i n’o qu’à s’taire. I n’o point été Prisonnier d’Guerre, li.
Sandrine :Aussi, i n’o point rpins d’mauvaises habitudes comme ti, tchœur-falli !
Lafleur (violent) : Si tu dis coèr un mot, t’os inne poère éd baffes, t’intinds ?
Sandrine :......... (elle tourne le dos sans répondre) .........
Lafleur (après un silence) : Intinds-tu ch’qu’éj te dis, tète éd bos ?
Sandrine :......... (toujours en silence, elle s’est dirigée vers le mur et cherche dans le vide-poches qui y est accroché).
Lafleur : M’répondros-tu, oui ou bien non ?... Quoé qu’tu quérches lo ddin ?
Sandrine (elle a trouvé une lettre de prisonnier, et remonte vers Lafleur en la lisant d’une voix amère et sourde) : " Ah ! M’Sandrine, quand qu’j’éros l’bonheur d’t’érvir, i m’sanne qu’éj sauroés t’rinde hureuse. Tu sros m’tchote prainchesse. J’n’éro qu’el pinsée de t’dorloter, de t’porléquer... "
Lafleur (interdit, faisant un pas vers elle) : Sandrine !...
Sandrine (elle continue, impitoyable, mais d’une voix plus expressive) : " Pi j’te promets d’én pu ète un tchœur-falli, éd travailler d’boin tchœur, por ti, et eussi por nos ptchots moucrons, si ch’bon Diu, à qui j’o rapprins à foère inne priére, i nous in invoée !..."
Lafleur (à ces derniers mots, n’y tenant plus, va prendre Sandrine dans ses bras) : Sandrine, ém ptchote Sandrine, éj té dmande pardon ! (Il la berce un peu, puis reprend d’une voix monocorde et entrecoupée de courts silences, tandis que Sandrine d’abord raidie s’abandonne peu à peu) : T’os raison, dpuis qu’éj sus rintré, j’én sais point chu qu’j’ai. J’ém sins tout dépoéyisé !... D’abord, cho m’o foét un cœup d’vir nou quartier Sant-Leu pu d’à mitan rasé. J’én m’y rconnaissoés pu ! J’ém disoés : cho n’sro jamoés pu min viu Anmiens. Mes camarades, min viu Tchot Blaise li-méme, ém simbloét’t tout cangés !... Méme à ichi, tiens, ch’est tout juste si j’écminche à dormir din nou lit à rsort ! Pi, l’preumier jour, tout l’monde vouloét m’vir, m’foère féte... Seulmint, el lindmain, cacun étoét rtourné à sn’ouvrage, comme ti, à tn’atelier. Alors, éj sus resté lo, m’édmaindaint où qu’j’étoés. I m’simbloét coèr avoèr inne gambe là-bos, au Stalag. Si bien qu’j’én savoés cmint foère pour ém mette in route. (Un peu attendri) : Méme ti, Sandrine, i m’simble qu’j’én sais mie pu t’imbrasser !...
Sandrine (qui, à ces mots, s’est serrée contre lui) : Oh ! Sié, Lafleur, tu sais coèr !
Lafleur : Ch’est vrai ?... Ch’est vrai... m’pouillette ?... Alors, donne mé tin bec... Intré ch’passé pi ch’présint, cho sro coèr el meilleure Soudure.

Le rideau tombe comme il se penche vers elle pour l’embrasser.

P. Lencavé Pierre Cavenel (1897 - 1965)
80, Anmiens.
Écrit en mai 1941 et joué en juin 1941 à l’Oflag IV-D en Silésie

Dernière mise à jour :
27-03-2013
Pour tout renseignement
écrivez à Gadrouille
Retour en haut
de cette page
Rapasse à no moaison !
(vers le plan du site)
© Ch’Lanchron 2001
CH’LANCHRON
  « Espace Saint-Gilles » (CM-17) Bâtiment 9 - 82 rue Saint-Gilles
80100 ABBEVILLE   Picardie   (FRANCE)
Téléphone / Fax
(33) 03.22.31.01.55.