Ch’Lanchron
paraît
depuis 1980
Accueil
du site picard
lanchron.fr
Écouter ou
lire du picard

Sur scène
Une brève
présentation de
Ch’Lanchron
Les numéros de
Ch’Lanchron
éch jornal picard
Les auteurs
publiés dans
Ch’Lanchron
Langue picarde
Vitalité du picard
Les liens
Nouveautés
et mises à jour

Plan du site
 « Ch’Lanchron » c’est aussi le journal trimestriel écrit tout en picard Un « lanchron » c’est un pissenlit 35 ans de scène, 90 chansons en picard à notre répertoire Logo officiel de « Ch’Lanchron » Gadrouille est la mascotte de « Ch’Lanchron » Toute une collection de livres picards de référence À doù qu’o s’édvise in picard ? Ravisez ichi ! Quoé d’neu din « lanchron.fr » ?
Abonnez-vous !
Ch’Lanchron
1 an pour 22 €

Table des
textes parus dans
Ch’Lanchron

Écouter des chansons
Jouer et écrire
Activités de
l’association
Ch’Lanchron

Le roman picard
La fableLa BD.
Le théâtre picard
Commandez
les éditions de
Ch’Lanchron

Le moyen picard
La littérature
du picard moderne

Quoé d’neu din « lanchron.fr » ?

Chl’étracheux à Gadrouille il o tè adjinsè pèr freefind

L’horizon picard de Ch’Lanchron 107



Après un numéro double entièrement consacré aux fables picardes, Ch’Lanchron revient à la formule classique du trimestriel. Venus de tous les horizons de la Picardie linguistique, de nombreux auteurs contemporains émaillent les 48 pages de ce numéro 107 pour notre été 2007.
Le premier regard se porte vers la mer. Celle-ci n’est pas douce ou sereine. Non, "Al est in colére !", nous dit Denise Goumand (Cayeux-sur-mer). Mais elle sera bientôt "rapurée", nous promet l’auteure, avec ce mot picard qui signifie "calmé". Sur la page juste en face, c’est Élisabeth Manier (Escarbotin) qui nous promet forces "canitchules"... Le contraste saisit. Les phrases viennent comme une réponse entre les deux picardisantes amies.

Hommage au marionnettiste

Fin juin, nous apprenions à Amiens la disparition de Claude Portemer. Humble "tireu d’fichelles" , Claude a porté ses Lafleur, Sandrine et autre Tchot Blaise sur de nombreuses scènes picardes au cours de plus de trente années de promenade dans toute la région. Jean-Pierre Calais et Jean-luc Vigneux rendent un hommage appuyé au généreux montreur de cabotans sur table qu’il fut, simplement issu d’une tradition séculaire.

Les Picardisants du Ponthieu et du Vimeu ont eu 40 ans en ce mois de mai 2007. Une grande fête est prévue à l’automne à Chepy au cœur du Vimeu. Rendez-vous est donné pour le dimanche 14 octobre, et ce sera l’occasion de découvrir les Ébroussures , la seconde anthologie réalisée par le groupe (après les Vints d’amont en 1986, ouvrage épuisé). Plus de 50 auteurs picardisants sont rassemblés dans ce volume actuellement en souscription. Ils se sont succédés devant le micro des séances mensuelles qui se tiennent à Abbeville depuis que Gaston Vasseur, le fondateur, a pris cette initiative un jeudi 11 mai 1967.
Depuis, certains furent les animateurs d’émissions de radio dans l’arrondissement d’Abbeville, d’autres ont donné d’innombrables matinées récréatives dans les villages de la région, ou furent encore des conférenciers avertis. Mais tous sont animés de la même passion : celle du picard. Et leurs écrits prouvent la diversité, la quantité et la qualité de cette production, trois propriétés qui ne sont que rarement réunies en la matière. Une large bibliographie sera adjointe au volume Ébroussures pour convaincre celles et ceux qui douteraient encore de la vitalité de ce qu’il est maintenant convenu d’appeler l’école picarde du Vimeu et du Ponthieu.

Un tour d’actualité des publications en picard de cette année 2007 ne peut ignorer le phénomène de la bande dessinée. Que ce soit Astérix ou Tintin, les deux héros font l’objet chacun de la traduction d’un album par leurs éditeurs respectifs. Le succès ne se dément pas auprès des lecteurs, et la langue picarde n’a pas à rougir vis-à-vis de ses langues consœurs d’autres régions de France.

Ch’cahieu d’dictèes

Le cœur de ce Lanchron 107 est réservé à Jean-Luc Vigneux.
La nouvelle ch’cahieu d’dictèes qui est intégralement reprise au fil des huit pages centrales, a remporté le premier prix de littérature picarde à Tournai au mois de mai dernier.

Construite à partir de documents d’époque retrouvés, cette fiction interroge profondément le lecteur. Le récit nous ramène à la fin du XIXème siècle dans le village de Dompierre, sur les bords de l’Authie. Le jeune Abel, orphelin de père, est élevé par son grand-père Milien. C’est lui, l’enfant de la famille, qui, fréquentant l’école, a pris l’habitude de lire les pages de l’almanach le soir à la veillée.
L’école républicaine promet une place aux élèves attentifs. La préparation du Certificat enchaîne les leçons de morale. Abel s’applique dans ses pleins et déliés sur sa feuille de cahier. Chaque dictée est une nouvelle leçon de patriotisme. L’Alsace, Le soldat, Ce que c’est que le drapeau, Constantinople... La revanche de 1870 est au programme des hussards noirs.
Quand Albert, le fils d’Abel, a eu vingt ans au printemps 1914, il a dansé une dernière fois pour la fête de Dompierre, sur la place du village.



Ch’Lanchron nº 107 :


Dernière mise à jour :
10-10-2015
Pour tout renseignement
écrivez à Gadrouille
Retour en haut
de cette page
Rapasse à no moaison !
(vers le plan du site)
© Ch’Lanchron 2008
CH’LANCHRON
  « Espace Saint-Gilles » (CM-17) Bâtiment 9 - 82 rue Saint-Gilles
80100 ABBEVILLE   Picardie   (FRANCE)
Téléphone / Fax
(33) 03.22.31.01.55.