Ch’Lanchron
paraît
depuis 1980
Accueil
du site picard
lanchron.fr
Écouter ou
lire du picard

Sur scène
Une brève
présentation de
Ch’Lanchron
Les numéros de
Ch’Lanchron
éch jornal picard
Les auteurs
publiés dans
Ch’Lanchron
Langue picarde
Vitalité du picard
Les liens
Nouveautés
et mises à jour

Plan du site
 « Ch’Lanchron » c’est aussi le journal trimestriel écrit tout en picard Un « lanchron » c’est un pissenlit 35 ans de scène, 90 chansons en picard à notre répertoire Logo officiel de « Ch’Lanchron » Gadrouille est la mascotte de « Ch’Lanchron » Toute une collection de livres picards de référence À doù qu’o s’édvise in picard ? Ravisez ichi ! Quoé d’neu din « lanchron.fr » ?
Abonnez-vous !
Ch’Lanchron
1 an pour 22 €

Table des
textes parus dans
Ch’Lanchron

Écouter des chansons
Jouer et écrire
Activités de
l’association
Ch’Lanchron

Le roman picard
La fableLa BD.
Le théâtre picard
Commandez
les éditions de
Ch’Lanchron

Le moyen picard
La littérature
du picard moderne

Quoé d’neu din « lanchron.fr » ?

Alouétte, gintille alouétte   Alouette, gentille alouette
Eugène Chivot
Parler picard de Buigny-lès-Gamaches, Somme (Vimeu)
Texte publié en 1972 dans le recueil « Pur jus » (ouvrage épuisé)
Enregistré en 1997 par l’auteur
Est également paru dans Ch’Lanchron n°57
(Traduction littérale en français de Jean-Luc Vigneux)


Écoutez le texte picard dit par l’auteur tout en le lisant !
À eune pieuté liue d’cho’f frontière chécoslovaque
Oz étouéme, in Eutriche, condamnès à torneu,
Pour chonq énèes d’afile, autour éd nos baraques,
Conme des bétes in pature sans hérbe à rumineu.

Din chés piéches à l’intour, j’érbéyouos leus luzérnes
Et pi leus blès minabes in terrain mérlonneux.
Qué plaisi d’vir él vint déhanseu leus lantérnes,
Eune forte orage fairtchir pi noéyeu leus houvieus !

Un coup, ch’étouot in quarante-deux, à moins d’vingt métes
Éd leu sale mirador aveuc ses tchiens maouais,
J’ai vu, din l’bleu du temps, monteu eune alouétte.
J’én l’attindouos point leu, mais n’l’oblierai janmoais.

Al sifflouot in picard, étouot à s’y méprènne,
Conme évnue d’no poéyi, pour nous, diréctémint ;
A sortouot d’sin gaviot, sans qu’al euche à s’érprènne
Pour érgrimpeu d’pu belle au bout d’un piot momint.

Mi, j’n’intindouos pus qu’ÉLLE : al étouot fin heureuse,
D’un bonheur, pour nous eutes, si loin houlè, grand Diu !
J’obliouos : barbelès, miradors, mitrailleuses.
Pour émiu ll’acouteu, j’ai frémè mes deux zius.

Mais du coup, qué concért au-dsu d’no térritoére
Doù qu’ j’érvoéyouos Boégny anichè dins sin gron !
Tout partout, chl’alouétte a no préchouot victoére
Dpi là beus chés « Quate Abes » jusqu’à chu « Bos d’Bieumont ».

« Tant qu’o porons canteu, qu’al écminchouot pèr dire,
Qu’i no tchittront couveu chés œus qu’oz ons pondus,
Méme si a sanne alleu, pèr momints, d’pire in pire,
Ami, tu peux m’in croére, i n’y éra rien d’pardu. »

Al érouot peu noz éte invoéyèe d’lngletérre
A n’érouot point miu foait, à un momint péré,
Piot reste éd libèrtè obliè pèr la djérre,
Au pieu d’un mirador aveuc ses tchiens maouais.
 
À une petite lieue de la frontière tchécoslovaque,
Nous étions, en Autriche, condamnés à tourner,
Pour cinq années consécutives, autour de nos baraques,
Comme des bêtes au pâturage sans herbe à ruminer.

Dans les champs des environs, je regardais leurs luzernes,
Et leurs pauvres blés sur des terrains crayeux.
Quel plaisir de voir le vent démancher les lanternes,
Et un gros orage mouiller et noyer leurs javelles !

Un jour, c’était en quarante-deux, à moins de vingt mètres
De leur sale mirador avec ses chiens méchants,
J’ai vu, dans le bleu du ciel, monter une alouette.
Je ne l’attendais pas là, mais ne l’oublierai jamais.

Elle sifflait en picard, c’était à s’y tromper,
Comme venue de notre pays, pour nous, directement ;
Elle sortait de sa gorge, sans qu’elle doive se reprendre,
Pour regrimper à nouveau au bout d’un petit instant.

Moi, je n’entendais plus qu’ELLE : elle était bien heureuse,
D’un bonheur, pour nous autres, si loin repoussé, grand Dieu !
J’oubliais alors : barbelés, miradors, mitrailleuses.
Pour mieux l’écouter, j’ai fermés les deux yeux.

Mais alors, quel concert au dessus de notre territoire
Où je revoyais Buigny-lès-Gamaches blottit dans son giron !
Partout, l’alouette nous prêchait victoire,
Depuis les « Quatre Arbres » là haut, jusqu’au « Bois de Beaumont ».

« Tant que nous pourrons chanter, qu’elle commençait par dire,
Qu’ils nous laisseront couver les œufs que nous avons pondus,
Même si cela semble aller, parfois, de pire en pire,
Ami, tu peux me croire, i n’y aura rien de perdu. »

Elle aurait pu nous être envoyée d’Angleterre,
Ça n’aurait pas fait plus d’effet, à un tel moment.
Petit morceau de liberté oublié par la guerre,
Au pied d’un mirador avec ses chiens méchants.



Les livres en picard d’Eugène Chivot

Dernière mise à jour :
27-03-2013
Pour tout renseignement
écrivez à Gadrouille
Retour en haut
de cette page
Rapasse à no moaison !
(vers le plan du site)
© Ch’Lanchron 1999
CH’LANCHRON
  « Espace Saint-Gilles » (CM-17) Bâtiment 9 - 82 rue Saint-Gilles
80100 ABBEVILLE   Picardie   (FRANCE)
Téléphone / Fax
(33) 03.22.31.01.55.