Ch’Lanchron
paraît
depuis 1980
Accueil
du site picard
lanchron.fr
Écouter ou
lire du picard

Sur scène
Une brève
présentation de
Ch’Lanchron
Les numéros de
Ch’Lanchron
éch jornal picard
Les auteurs
publiés dans
Ch’Lanchron
Langue picarde
Vitalité du picard
Les liens
Nouveautés
et mises à jour

Plan du site
 « Ch’Lanchron » c’est aussi le journal trimestriel écrit tout en picard Un « lanchron » c’est un pissenlit 35 ans de scène, 90 chansons en picard à notre répertoire Logo officiel de « Ch’Lanchron » Gadrouille est la mascotte de « Ch’Lanchron » Toute une collection de livres picards de référence À doù qu’o s’édvise in picard ? Ravisez ichi ! Quoé d’neu din « lanchron.fr » ?
Abonnez-vous !
Ch’Lanchron
1 an pour 22 €

Table des
textes parus dans
Ch’Lanchron

Écouter des chansons
Jouer et écrire
Activités de
l’association
Ch’Lanchron

Le roman picard
La fableLa BD.
Le théâtre picard
Commandez
les éditions de
Ch’Lanchron

Le moyen picard
La littérature
du picard moderne

Quoé d’neu din « lanchron.fr » ?

Ch’Lanchron 57, avec la chaleur d’un "cadot" picard




Après nous avoir gâtés avec son numéro de printemps consacré au Lillois Simons, le trimestriel picard Ch’Lanchron propose de nous installer dans un fauteuil de paille (un cadot) et de savourer ses pages de notre dialecte. Une livraison estivale qui nous tend les bras derrière la couverture de feure éd soél (paille de seigle) aux couleurs ensoleillées de la saison.
L’éditorial est un éloge de la paresse pour ceux et celles qui passent leurs vacances à "Gardincourt", ce qui ici en Picardie, signifie simplement rester chez soi. Mais la région offre aussi ses attraits et ses risques. Dès les premières pages, il faut se méfier de chl’harnu (l’orage) avec Léon Goudallier d’Hangest-sur-Somme, et aussi de la mer dans un autre poème de Bertrand Crognier inspiré par la Baie de Somme.
À l’occasion de son cinquantenaire, la libération de la prison d’Abbeville par la Résistance est racontée par Aimé Savary (de Beauquesne), qui en fut l’un des évadés. Ce témoignage ajoute vérité et émotion à l’histoire de notre région.
On sait aussi que la tradition de la marionnette à tringle et à fils est un des fleurons de la Picardie. Lafleur et ses compagnons sont actuellement bien représentés dans le musée départemental de Saint-Antoine, en Isère, où les touristes ont actuellement une présentation de grande qualité de nos cabotins. Ch’Lanchron y est allé en reportage et vous en livre les secrets.

Vermandois et Amiénois

Les auteurs picards contemporains du Vermandois ne sont pas légion. Pourtant la signature de Pascal Dufour (Saint-Quentin, 02) vient s’ajouter au nombre des collaborateurs du journal, dans le conte de "Tchot Jean pi sin beudet". Un panorama d’auteurs de l’Amiénois nous est également proposé. Mireille Petit se rappelle "éch cou d’sin grand-père". L’occasion de quiproquos en jouant sur les mots "coq" et "cou" qui se prononcent ici de la même façon ! René de Soutler, auteur de Saint-Leu dans les années trente, chante la promenade de "chés nazus d’Amians", et un article contigu rappelle le blason de ce quartier : "les reclus de Saint-Leu" qui avaient, paraît-il, des prétentions de poètes jalousées par leurs voisins. Jean Masse, originaire de Corbie, s’était fait en 1903 le rapporteur d’une histoire qui devait égayer les veillées : celle de l’Séparation d’échl église d’avu chl’état. Retrouvés dans un ancien recueil des Rosatis Picards, ces dialogues entre le pape et les assesseurs de Dieu ne manquent pas de sel et d’esprit. Le parler picard est tout à son aise dans les démêlés du Saint-père.

Théâtre et nouvelle

L’expression picarde sait s’accommoder de tous les genres littéraires. Jacques Dulphy (Bourseville, Vimeu) donne au public un sketche pour trois acteurs "éch souglou" (le hoquet). Les personnages ne sont autres que les célébrissimes Jacques Croédur, Madlon et Trinquefort qui sont en conversation sur les projets d’autoroute qui doivent trécoper (traverser) leur village de Vauchelles. Jean-Luc Vigneux (Abbeville) nous livre pour sa part une nouvelle "cho’t taque éd vin" qui est la traduction en picard du Ponthieu d’un chapitre (l’angiome) du recueil "Premières Nouvelles" de Thierry Bonté, récemment édité à Amiens. Les amours adolescentes des jeunes qui se retrouvent à la carrière de sable des bords de l’Aisne s’adaptent facilement aux descriptions imagées du picard.
D’autres auteurs se joignent à ce florilège. Ceux du nord : Robert Mille (Artois) manie une poésie classique ; Jean de Sin le Noble (région de Douai) s’exerce à une lecture malicieuse de l’alphabet. Ceux du Vimeu : Roger Holleville (Fressenneville) se libère dans un sonnet des agressions portées sur son paysage quotidien ; Élisabeth Manier (Escarbotin) répond à la rubrique VIR pour laquelle elle commente la photographie sélectionnée ; Eugène Chivot (Buigny-lès-Gamaches) se reporte aux années de captivité en Autriche pour ré-entendre le chant de l’alouette, symbole d’une liberté sans frontières. Dans Ch’Lanchron 57 vous retrouverez enfin les rubriques littéraires habituelles, qui signalent cette fois pas moins de 15 nouvelles publications à caractère régionaliste. L’accent est mis sur l’édition de luxe qui consacre Jules Mousseron et son œuvre complète en quatre volumes. Le créateur de Zeph Cafougnette, mineur et hâbleur de renom est à l’honneur également le héros d’une BD où les bulles parlent patois avec le plus grand naturel. Préparez-vos soirées de lecture aux couleurs locales en suivant le guide : toutes les bonnes adresses sont dans les pages de Ch’Lanchron nº57 !


Ch’Lanchron nº 57 :


Dernière mise à jour :
27-03-2013
Pour tout renseignement
écrivez à Gadrouille
Retour en haut
de cette page
Rapasse à no moaison !
(vers le plan du site)
© Ch’Lanchron 2008
CH’LANCHRON
  « Espace Saint-Gilles » (CM-17) Bâtiment 9 - 82 rue Saint-Gilles
80100 ABBEVILLE   Picardie   (FRANCE)
Téléphone / Fax
(33) 03.22.31.01.55.