Ch’Lanchron
paraît
depuis 1980
Accueil
du site picard
lanchron.fr
Écouter ou
lire du picard

Sur scène
Une brève
présentation de
Ch’Lanchron
Les numéros de
Ch’Lanchron
éch jornal picard
Les auteurs
publiés dans
Ch’Lanchron
Langue picarde
Vitalité du picard
Les liens
Nouveautés
et mises à jour

Plan du site
 « Ch’Lanchron » c’est aussi le journal trimestriel écrit tout en picard Un « lanchron » c’est un pissenlit 35 ans de scène, 90 chansons en picard à notre répertoire Logo officiel de « Ch’Lanchron » Gadrouille est la mascotte de « Ch’Lanchron » Toute une collection de livres picards de référence À doù qu’o s’édvise in picard ? Ravisez ichi ! Quoé d’neu din « lanchron.fr » ?
Abonnez-vous !
Ch’Lanchron
1 an pour 22 €

Table des
textes parus dans
Ch’Lanchron

Écouter des chansons
Jouer et écrire
Activités de
l’association
Ch’Lanchron

Le roman picard
La fableLa BD.
Le théâtre picard
Commandez
les éditions de
Ch’Lanchron

Le moyen picard
La littérature
du picard moderne

Quoé d’neu din « lanchron.fr » ?

Chl’étracheux à Gadrouille il o tè adjinsè pèr freefind

1994, Ch’Lanchron publie son second album :

« Ch’ bal »



La pochetteHistoire de l’enregistrementNotice techniqueLes titres de l’albumInterprétation de l’album


Couverture de l’album
"Ch’bal"
(aquarelle de Jacques Dulphy, 1993)

Novembre 1986 : l’équipe de Ch’Lanchron est en fièvre. Son disque 33 tours « Eute pèrt… » voit le jour après six mois de répétitions, un mois et demi d’enregistrements et de mixage et surtout après trois longs mois d’attente. Mais l’album est là, et bien là.

Six à sept ans plus tard, fin 1992, l’envie de graver une nouvelle galette se fait de plus en plus sentir au sein de l’équipe de chansons. Le répertoire s’est étoffé d’une bonne vingtaine de chansons. De nouvelles sonorités instrumentales se sont posées sur des paroles picardes… il est temps de choisir quelques titres !
Une opportunité de location d’un studio se présente. C’est décidé, dès septembre 1993, nous retournons derrière les micros. La technique a évolué au cours de ces années, ce n’est plus un album 30 cm, qui sera proposé au public, mais un CD. Ce sera d’ailleurs le premier CD de chansons en picard de l’histoire ! Le défi est à relever.

Didier et Jean-Luc ont peaufiné les mélodies et leurs arrangements. Véronique se met en voix. Éric ressort ses petites percussions et ses bongos. Les guitares de Jean-Luc sont prêtes. Comme il l’avait promis à la parution d’« Eute pèrt… », Didier s’est aussi mis au piano. Quelques amis musiciens viendront en studio compléter notre équipe. Nous aurons besoin de violoncelle, de batterie, contrebasse et autre guitare basse. Damien, Bruno, André et Martial sont sollicités. Tous répondent spontanément « oui ». La partie est engagée. Un nouveau studio numérique à Glisy les attend.

Cependant, au sortir de l’hiver 1994, les événements se compliquent. Le studio fait défaillance… L’album annoncé pour la mi avril ne verra pas le jour. Du moins pas dans les délais et les conditions initialement prévues. Qu’à cela ne tienne, les souscripteurs comprendront les difficultés. Et en juin, après avoir pu récupérer les bandes master, Ch’Lanchron part vers Rouen, à la rencontre de François Casaÿs, ingénieur du son du studio Accès Digital. Certaines pistes précédemment enregistrées sont inexploitables, notamment celles de piano. Elles avaient pourtant demandé force moyens. Mais Didier s’assouplit déjà les phalanges, et il est décidé que le nouvel album picard sera bel et bien enregistré, mixé et produit en terre normande !

Joyeusement, chaque titre est complété et toutes les pistes voix sont enregistrées dans une ambiance détendue. Quelques moments resteront en mémoire, comme cette prise très rock n’roll, à laquelle se prête Didier et Jean-Luc sur « Avanche ! » Les interprétations harmoniques en chœur sont l’occasion d’un fou rire salutaire. Au moment d’interpréter « Chl’ériginie d’Rumigny », Jean-Luc prend sa respiration… et c’est parti. D’une seule traite, sans la moindre hésitation, tout est entré dans la boîte noire. Il n’y aura qu’une seule prise. Inutile de chercher à faire mieux : tout est présent ! « One take » dit-on outre manche !

À la même époque, Ch’Lanchron, le journal picard, a lui aussi fait sa révolution numérique, en investissant dans son premier ordinateur Macintosh en décembre 1992. En sus des saisies des textes et de leur mise en page, l’ordinateur est muni d’un micro et d’un logiciel qui permettent l’enregistrement de sons. Il n’en faut pas moins pour que Jean-Luc prépare quelques bruitages numériques qui seront mixés sur la chanson « Tuture ». Une perceuse, un clenche de porte, un sèche-cheveux, un marteau, un robinet, une scie égoïne, un pierre à aiguiser, et au final le craquement d’une allumette (ce ne fut pas le plus facile !), sont mis à contribution. Une disquette est emmenée en studio, et pour la première fois, François Casaÿs intègre les sons "virtuels" aux pistes de studio. Chaque étape est un nouvel apprentissage pour tous. Quelques années plus tard, tout un chacun sera à même de réaliser ce qui nous semble à tous alors une véritable expérience !

Les angoisses du printemps sont toutes levées au cours de cet automne 1994. Ouf ! Jacques peut se mettre sans tarder à la réalisation de la pochette qui ne sera pas "ordinaire". Nous n’arrivons pas à nous satisfaire de ces horribles boîtiers plastiques qui s’alignent désormais dans les bacs des disquaires. Non, Ch’Lanchron a choisi un album Digipak, cartonné, avec la pochette qui s’ouvre pour révéler un livret intérieur. Ça demande encore quelques délais, mais ce ne sont pas trois semaines supplémentaires qui vont nous faire reculer
Après le mixage en septembre 94, il faut contacter l’imprimeur et le graveur, et enfin… le 25 novembre 1994, Ch’bal » nous est livré !

La présentation publique aura lieu au Syndicat d’initiatives d’Abbeville, le lendemain, samedi 26 novembre, le tout premier CD de chansons en picard est remis aux souscripteurs qui n’ont pas perdu patience au cours de cette aventure, laquelle au final aura duré pratiquement deux ans. Un compte-rendu de cette journée inaugurale est à lire dans Ch’Lanchron n°60. De nombreuses radios locales de la Somme et du Pas-de-Calais ont alors diffusé plusieurs titres de l’album « Ch’bal ».

Les tournées de spectacle ont repris. Le disque est épuisé depuis plusieurs années, maintenant. Mais grâce à l’informatique et au réseau Internet, ce premier enregistrement numérique de l’histoire de la chanson picarde est désormais accessible en permanence à tous. Ch’Lanchron a en effet décidé de le mettre en ligne sur son site !

Intérieur de la pochette de l’album « Ch’bal »
« Bal champêtre à Caours » (cliché de Jean-Luc Vigneux)

La pochetteHistoire de l’enregistrementNotice techniqueLes titres de l’albumInterprétation de l’album




Notice technique de l’album
Enregistrement numérique : Studio Accès Digital (Rouen, 76)
Prise de son : François Casaÿs
Mixage : François Casaÿs, assisté de Didier Trotereau, Jean-Luc Vigneux et Jacques Dulphy.
Conception de l’album : Jean-Luc Vigneux et Didier Trotereau
Aquarelle de couverture : Jacques Dulphy
Photographie intérieure de l’album « Bal champêtre à Caours » (cliché de Jean-Luc Vigneux)
Production : Ch’Lanchron (Abbeville) 1994
Référence : CHL-OO2
Tous les titres sont inscrits au répertoire de la SACEM : Jean-Luc Vigneux, compositeur.

Les titres de l’album « Ch’bal »

TitreAuteur des parolesCompositeur GrangricardonComptine traditionnelle-
Bout d’chu cmin Jean-Luc Vigneux
(1988)
texte publié dans Ch’Lanchron nº35
Jean-Luc Vigneux
(1988)
  L’canchon d’cho’f feuque Armel Depoilly
(1985)
texte publié dans Ch’Lanchron nº33 et dans Ch’Lanchron n°56
Jean-Jacques Descamps
Jean-Luc Vigneux
(1985)
Ch’bal à Tchot Bért Jacques Dulphy
(1987)
texte publié dans Ch’Lanchron nº57
Jean-Luc Vigneux
(1978)
  Tuture Jacques Dulphy
(1985)
texte publié dans Ch’Lanchron nº25
Jean-Luc Vigneux
(1981)
Mitan d’ti Jean-Luc Vigneux
(1989)
texte publié dans Ch’Lanchron nº34
Jean-Luc Vigneux
(1989)
  Au cotè d’ti Jean-Luc Vigneux
(1992)
texte publié dans Ch’Lanchron nº50
Jean-Luc Vigneux
(1992)
Bérlin (djai) Jean-Luc Vigneux
(1990)
texte publié dans Ch’Lanchron nº43
Jean-Luc Vigneux
(1990)
  Bout d’chu cmin(musical) - Jean-Luc Vigneux
(1988)
Avanche ! Jean-Luc Vigneux
(1989)
texte publié dans Ch’Lanchron nº13
Jean-Luc Vigneux
(1989)
  Chl’érignie d’Rumigny (d’après)
Emmanuel Bourgeois
version originale
et version chantée ici
publiées dans Ch’Lanchron nº122
Jean-Luc Vigneux
(1986)
Canchon reuvoére Jacques Dulphy
(1982)
texte publié dans Ch’Lanchron nº10
Jean-Luc Vigneux
(1982)
  Ch’pitchet Jacques Dulphy
(1983)
texte publié dans Ch’Lanchron nº42
Lluis Llach
L’estaca
avec l’aimable autorisation des éditions J. Garzon


L’interprétation de l’album « Ch’bal »

L’album « Ch’bal » étant épuisé, Ch’Lanchron a choisi d’en rendre disponibles gratuitement les 13 titres
sur ce site, en accord avec les ayant-droits.
Les textes restent la propriété inaliénable de leurs auteurs respectifs.
Les mélodies et arrangements sont protégés et enregistrés à la SACEM (France), au nom de Jean-Luc Vigneux.

Le téléchargement, l’écoute, la diffusion, la reproduction par tout moyen existant ou à venir ne sauraient se soustraire aux lois en vigueur,
et doivent notamment faire l’objet des déclarations d’usage auprès de la SACEM et/ou de la SDRM.
L’exécution publique ou la radiodiffusion en sont interdites sans autorisation préalable de la SACEM.

TitreMusiciens et chanteurs Grangricardon

Jean-Luc Vigneux
Didier Trotereau
Bout d’chu cmin


Jean-Luc Vigneux (chant)
Didier Trotereau (piano, flûte traversière, kabaka)
Éric Vigneux (bongos)
  L’canchon d’cho’f feuque


Jean-Luc Vigneux (chant, guitare 12 cordes, harmonica, 2ème guitare)
Didier Trotereau (accordéon chromatique, flûte à bec, flûte ténor)
Ch’bal à Tchot Bért


Jean-Luc Vigneux (guitare)
Véronique Trotereau (chant)
Didier Trotereau (saxo alto, tambourin, chant)
Martial Dancourt (accordéon chromatique)
André Villers (contrebasse)
Éric Vigneux (bongos)
  Tuture


Jean-Luc Vigneux (banjo, guitare, chant, bruitages)
Véronique Trotereau (voix féminine)
Didier Trotereau (flûte traversière, flageolet)
Éric Vigneux (cuillères, guimbarde)
André Villers (contrebasse)
Mitan d’ti


Jean-Luc Vigneux (chant, guitare, 2ème guitare)
Didier Trotereau (flûtes traversières, flageolet)
  Au cotè d’ti


Jean-Luc Vigneux (chant, guitare, 2ème guitare)
Didier Trotereau (flûte traversière, saxophone alto)
Bérlin (djai)


Jean-Luc Vigneux (chants, guitare)
Véronique Trotereau (chant)
Didier Trotereau (piano, accordéon diatonique)
Damien Launay (violoncelle)
  Bout d’chu cmin
(musical)


Jean-Luc Vigneux (banjo, bruitages bucaux)
Didier Trotereau (piano)
André Villers (contrebasse)
Éric Vigneux (cuillères)
Avanche !


Jean-Luc Vigneux (chant, guitare, seconde guitare, chœurs)
Didier Trotereau (saxophone alto, chant, chœurs)
Véronique Trotereau (chœurs)
André Villers (guitare basse fret less)
Bruno Sauty (batterie)
  Chl’érignie d’Rumigny


Jean-Luc Vigneux (chant, guitare)
Véronique Trotereau (contrechant)
Didier Trotereau (accordéon diatonique, flûte à piston, chœurs)
Éric Vigneux (cuillères, bongos, guimbarde)
André Villers (contrebasse)
Canchon reuvoére


Jean-Luc Vigneux (chant, guitare)
Véronique Trotereau (chant)
Didier Trotereau (chant, flûtes alto, soprane et ténor, piano)
Éric Vigneux (métallophone)
  Ch’pitchet

avec l’aimable autorisation des éditions J. Garzon
Jean-Luc Vigneux (chant, guitare)
Véronique Trotereau (chant)
Didier Trotereau (accordéon diatonique, flûte, chœurs)
Damien Launay (violoncelle)
André Villers (contrebasse)

La pochetteHistoire de l’enregistrementNotice techniqueLes titres de l’albumInterprétation de l’album


Dernière mise à jour :
10-10-2015
Pour tout renseignement
écrivez à Gadrouille
Retour en haut
de cette page
Rapasse à no moaison !
(vers le plan du site)
© Ch’Lanchron 2008
CH’LANCHRON
  « Espace Saint-Gilles » (CM-17) Bâtiment 9 - 82 rue Saint-Gilles
80100 ABBEVILLE   Picardie   (FRANCE)
Téléphone / Fax
(33) 03.22.31.01.55.