Ch’Lanchron
paraît
depuis 1980
Accueil
du site picard
lanchron.fr
Écouter ou
lire du picard

Sur scène
Une brève
présentation de
Ch’Lanchron
Les numéros de
Ch’Lanchron
éch jornal picard
Les auteurs
publiés dans
Ch’Lanchron
Langue picarde
Vitalité du picard
Les liens
Nouveautés
et mises à jour

Plan du site
 « Ch’Lanchron » c’est aussi le journal trimestriel écrit tout en picard Un « lanchron » c’est un pissenlit 35 ans de scène, 90 chansons en picard à notre répertoire Logo officiel de « Ch’Lanchron » Gadrouille est la mascotte de « Ch’Lanchron » Toute une collection de livres picards de référence À doù qu’o s’édvise in picard ? Ravisez ichi ! Quoé d’neu din « lanchron.fr » ?
Abonnez-vous !
Ch’Lanchron
1 an pour 22 €

Table des
textes parus dans
Ch’Lanchron

Écouter des chansons
Jouer et écrire
Activités de
l’association
Ch’Lanchron

Le roman picard
La fableLa BD.
Le théâtre picard
Commandez
les éditions de
Ch’Lanchron

Le moyen picard
La littérature
du picard moderne

Quoé d’neu din « lanchron.fr » ?

"Canteraine"

Extrait des dialogues picards de la pièce publiée dans Ch’Lanchron nº 67


  • Résumé (en picard) de la situation :
  • O sonme au moé d’séctème, un mardi d’érmontèe, quante éch ridieu i s’ouve. Au vrépe, madame Van dér Cute, qu’al est mairésse d’éch poéyi d’Saint-Martin-chés-Intailles, al attind tous chés gins d’éch poéyi din cho’s salle éd mairrie. Ch’est innhui ch’grand jour ! O dvroéme savoér éch qu’i nn’est d’éch projet d’pèrc éd plaisi qu’oz a idèe d’atampir din ch’mèrais... Ch’Pèrc Canteraine i s’fro ti ? I s’fro ti point ?
    Mais tout o a sroait fin bieu, s’i n’y éroait point tous chés gins qu’iz ont défunctè din ch’mèrais Canteraine éd Saint-Martin-chés-Intailles, édpi ène cope éd moés. A cminche meume à foaire gramint. Chés cadoreus i trach’t à détouiller chl’affoaire pi à nin démucher ch’fin fond. Tchèche qu’a peut bièn éte ? I n’manque point d’gins qu’i rans’té là bos, din ch’mèrais. Qu’a fuche éch cacheu, ch’pétcheu, ch’maristér, éch promoteu, chés cadoreus, éch jornalisse, cho’p postiére, o bién coér éch Catreu, qu’i réste, li, au bieu mitan d’éch mèrais Canteraine, tout l’monne il o djo tè veuser là bos. Adon, a n’est mie lo aisè à s’y rtrouvoér.
    Pi, conme pour pèrfoaire, éch mérais Canteraine, à Saint Martin-chés-Intailles, il est inftè... édpi tojours ! Din l’ieu, intèr-deux chés rosieux pi chés guérnouilles, ch’est lo qu’cho’b “Béte Canteraine” al o sin treu (à ch’ qu’o nin dit, bié seur). Al est lo pour matcher tout cru chétlos qu’i n’suit’té point leu cmin d’droét… O mnache chés nasus d’éch poéyi dé zz’invoéyer din ch’mèrais quante i n’sont point sages…

  • Acte I - scène 2 ch’mardi au vrépe

  • Péllegrain : Pi voz intchéte al avanche ti, monsieu l’brigadier ?
    Van dér Cute : Tchitteu don chés cadoreus foaire leuz ouvrage, nom d’un tchièn !
    Nadétte : Éd tous sins, i feut qu’éch pèrc i s’foaiche !
    Van dér Cute : Bié seur, Nadette ! Oz aveu raison. I feut aller dl’avant. Rbéyons dvant !
    Nadétte : Éch mèrais i n’veut rièn d’boin. Ch’n’est qu’des raques. Tout l’monde i peut mantcher d’y tchitter s’pieu.
    Trianon : Oz y frons ène boéne dalle éd béton. N’vo foaiseu point d’mousse !
    Péllegrain : Tous chés crimes in dsous ch’béton. Conme o, o srons rinsignès !
    Ch’chéf Cambron : N’y o parsonne qu’il o pérlè d’crime, à pèrt vous, Péllegrain ! Pi d’ichi qu’o nin voèche éch bout, oz érons défini d’éclarchir chés touillaminis lo, si y én o, bié seur…
    Nadétte : Jé y ai janmoais yeu d’fiate à chés intailles lo. Étant piote, à no moaison, o m’émnachoait d’ém tchitter ddin quante éj bréyoais. Cho’i ieu al est hantèe pèr éch diabe…
    (Du fond d’cho’s salle, oz intind ène voé. Ch’est ch’Catreu qu’il est réstè atampi din un ratchuin)
    Ch’Catreu : Point ch’diabe ! Ch’est cho’b Béte Canteraine qu’al réste din ch’mèrais ! Tout l’monde i l’sait…
    Nadétte : Appleu llé conme o voreu : ch’diabe i s’muche din ch’mérais ! I feut l’rinfouir. I feut ll’écatir dsous un mont d’béton. N’y o qu’conme o qu’o nin varons à bout !
    Trianon : J’én sais point coér si o cachrons ch’diabe, mais oz insérons, mademoésélle !
    Ch’Catreu : Inséye un molé, ti ! Éch mèrais i n’moriro point acouftè dsous tin béton. I s’érvingero d’ti ! Il o djo cminchè, meume, si tu veux l’savoér !
    Trianon : A ch’qu’éj sais, monsieu, o n’ons point wardè chés coéchons insanne… O n’aveu point à m’atuire, et pi point d’plus à m’émnacher.
    Van dér Cute : Noz intérprinse al vo d’l’avant pour no poéyi. O n’povons mie pinser à chés légindes pi à cho’b Béte Canteraine ! Mi tou qu’o voloait m’éfouailler aveuc étant pieute. Bié seur. Pi quante ch’étoait point cho’b Béte Canteraine, ch’étoait Marie
    Grauétte. Est viu tout o. Est périmè !
    Ch’Catreu : Oz aveu rinvillè cho’b Béte ! A n’est point lo d’és radover !
    Trianon : O n’li frons mie d’mau à cho’p paure béte, si o l’voéyons ! Rapureu vous !
    Ch’Catreu : Éd tous les sins, qu’o n’viènche point m’inchper din min mèrais. Ch’est min domainne. Chtilo qu’i varo, il éro affoaire à mi, pi à min fusi ! Marchez, o n’l’éreu point bélle !
    Ch’chéf Cambron : Soin à ch’qu’o diseu lo, ch’Catreu !
    Ch’Catreu : Éj sais ch’qu’éj dis… conme éj sais ch’qu’éj veux pi ch’qu’éj veux point.
    Ch’chéf Cambron : Déméfieu vous d’én point aller d’trop loin. Oz éroait él temps dé ll’érgrétter pu tèrd…
    Ch’Catreu : Cho’b Béte Canteraine al sro pu forte éq vous tértous !!!
    (Ch’Catreu i sorte)
    Van dér Cute : Hmmm ! Bè s’i n’y o pu d’tchéstion, o vons povoér no rin aller ?
    (Éch cadoreu Courjus i rinte à tout courant. Il est alitrè)
    Courjus : Chéf ! Chéf !
    Ch’chéf Cambron : Quoè qu’i s’passe, Courjus ?
    Courjus : Chéf ! Ch’est din ch’mèrais… Oz a rtrouvè un corps !
    Ch’chéf Cambron : Coér un ? Tchèche ?

    (à suivre...)
    ©1997

    Le texte intégral est publié dans Ch’Lanchron nº 67 :


    Dernière mise à jour :
    27-03-2013
    Pour tout renseignement
    écrivez à Gadrouille
    Retour en haut
    de cette page
    Rapasse à no moaison !
    (vers le plan du site)
    © Ch’Lanchron 1999
    CH’LANCHRON
      « Espace Saint-Gilles » (CM-17) Bâtiment 9 - 82 rue Saint-Gilles
    80100 ABBEVILLE   Picardie   (FRANCE)
    Téléphone / Fax
    (33) 03.22.31.01.55.