Ch’Lanchron
paraît
depuis 1980
Accueil
du site picard
lanchron.fr
Écouter ou
lire du picard

Sur scène
Une brève
présentation de
Ch’Lanchron
Les numéros de
Ch’Lanchron
éch jornal picard
Les auteurs
publiés dans
Ch’Lanchron
Langue picarde
Vitalité du picard
Les liens
Nouveautés
et mises à jour

Plan du site
 « Ch’Lanchron » c’est aussi le journal trimestriel écrit tout en picard Un « lanchron » c’est un pissenlit 35 ans de scène, 90 chansons en picard à notre répertoire Logo officiel de « Ch’Lanchron » Gadrouille est la mascotte de « Ch’Lanchron » Toute une collection de livres picards de référence À doù qu’o s’édvise in picard ? Ravisez ichi ! Quoé d’neu din « lanchron.fr » ?
Abonnez-vous !
Ch’Lanchron
1 an pour 22 €

Table des
textes parus dans
Ch’Lanchron

Écouter des chansons
Jouer et écrire
Activités de
l’association
Ch’Lanchron

Le roman picard
La fableLa BD.
Le théâtre picard
Commandez
les éditions de
Ch’Lanchron

Le moyen picard
La littérature
du picard moderne

Quoé d’neu din « lanchron.fr » ?

Ch’Lanchron 101 : le picard en voyage



À l’ami Paul Mahieu

Le picard part en voyage dans les pages du premier numéro 2006 de Ch’Lanchron. La première étape se pose chez Paul Mahieu, en Belgique de langue picarde. Une vie de poésie a pris fin l’automne dernier, quand Paul, alias Pépére Hinri, a brutalement abandonné la plume. Pionnier de l’écriture moderne du picard, Paul Mahieu fut un infatigable animateur de la Section dialectale de la Maison de la Culture de Tournai pendant une quinzaine d’année. Avec lui, le Hainaut allait s’enraciner en terre " bien picarde". Il a ouvert des pistes à quelques dizaines de chanteurs et d’écrivains en les aidant à promouvoir leur patois sur la piste littéraire. Ainsi, il est devenu le conseiller de nombreux jeunes qu’il poussait à s’aventurer sur les notes sensibles et intimes de leur langage, en leur en indiquant les nuances tournaisiennes à respecter. Référence du picard du Hainaut belge depuis plus de 30 ans, Paul Mahieu a été tour à tour éditeur, chercheur, pédagogue et novateur pour le picard. Une méthode en 50 épisodes, un dictionnaire, un recueil de locutions, des jeux littéraires, une BD. pour enfant, des enregistrements... autant de facettes brillaient dans l’écrin picard de Paul Mahieu à qui Ch’Lanchron 101 rend l’hommage mérité de six pages pour celui qui fut, au-delà des mots, un ami pour bien des Picardisants.

La BD. picarde de Valenciennes

La deuxième étape de ce printemps picard sera celle de la bande dessinée. Une planche de création "pleine page" est signée de l’Amiénois Jean-Bernard Roussel. Cette histoire de coq ("ch’co") pourrait être sous-titrée : humour dans la basse-cour... Plus loin, tout un dossier est consacré à une œuvre bien plus ancienne. Il s’agit (en l’état actuel des recherches) de la plus ancienne bande dessinée en picard. Elle remonte à 1887 et nous vient de Valenciennes. Ces " prédictions pou les douze mos " sont dues à un certain Colas Bonzig, qui pronostique en quelques brefs dessin, les joies et malheurs des mois à venir. Tout à fait contemporain de précurseurs de la BD. mondiale, ces historiettes sont reprises ici intégralement, avec un graphisme respectant les traits originaux mais débarrassé des scories du temps. Elles nous prouvent l’adaptation de notre picard lequel, hier comme aujourd’hui, n’a jamais été un langage dépassé par l’actualité ou la mode.
Troisième étape : chez le coiffeur ! Une nouvelle de Jehan Vasseur (Nibas, Somme) nous permet d’assister à une séance de coupe à la brosse comico-tragique. En effet, le lecteur se rit aux dépens d’une tête blonde qui repartira crâne rasé après qu’une tondeuse malhabile n’ait pu mener à bien sa sculpture capillaire !
Autre étape : celle des cailloux ! Le long récit " Cache-Cailleu " proposé dans le numéro 100 de Ch’Lanchron à l’automne dernier par Jean-Luc Vigneux suscite des réactions. Une lectrice (Janine Hanocq, de Feuquières) remercie le personnage fictif de l’avoir fait partager ses moments de douleurs : ceux ou le moindre grain de sable ou de blé entré dans une chaussure change toute votre journée en calvaire. André Guerville (Doullens) aborde avec sagesse la question de " chés gros cailleux " : ce sont ceux qui jalonnent les moments importants de notre vie. Autre type de caillou : en Bretagne, un lecteur de Ch’Lanchron a posé son menhir picard à l’entrée de chez lui... Là bas, à Saint-Raoul, on ne dit plus "ker" mais "no katieu" !

" Ch’rétromiloér "

Fidèle à ses habitudes, Ch’Lanchron présente les résultats des jeux qu’il propose. La rubrique VIR aligne six textes inspirés d’une seule image ; et l’on écrit même depuis l’Ardèche pour participer à ces pages de joute ! Ailleurs, autour d’un texte de Philéas Lebesgue (Beauvaisis, Oise) ce sont une dizaine d’auteurs qui ont trempé leur encre picarde, qui depuis le Vimeu ( Delphine Wiernicki, Fernand Tacel), depuis le Santerre ( Alain Leriche), le Hainaut ( Gisèle Raverdy), l’Artois ( Désiré Flour), l’Amiénois ( Patrice Damay) ou encore le Ponthieu.
Une nouvelle chronique débute dans Ch’Lanchron 101 : " ch’rétromiloér ". La gazette picarde remue ses souvenirs ("al érbot ses hotons", comme disent les gens d’ici) et elle offre à nouveau un texte publié il y a 25 ans ou plus. C’est avec le superbe " Calindrieu pour chés piots " d’ Anne Mancaux (Saint-Valery) que commence cette série nostalgique. Le chant des oiseaux du pays se mêle aux couleurs des mois de l’année à merveille.

25 années plus tard...

Oui, déjà ! Ch’Lanchron a fêté dignement ses 25 années de publication l’an dernier. Animé par des bénévoles, sans autre aide que celle de ses lecteurs assidus ; imaginé pour que la langue picarde vive, crée, et valorise ses locuteurs d’hier comme de demain, Ch’Lanchron a été récompensé en janvier 2006 par le Conseil général de la Somme au cours de sa Soirée des talents. L’éditorial de la revue y fait allusion en dédiant cette reconnaissance à tous les Picardisants qui portent haut leur langue et sa littérature. Notons que quelques dessins de presse, clairsemés au fil des pages, portent leur regard humoristique sur la situation : l’esprit picard aime à installer un peu de distance entre la réalité et les honneurs... comme une bien picarde pudeur des sentiments.


Ch’Lanchron nº 101 :


Dernière mise à jour :
27-03-2013
Pour tout renseignement
écrivez à Gadrouille
Retour en haut
de cette page
Rapasse à no moaison !
(vers le plan du site)
© Ch’Lanchron 2008
CH’LANCHRON
  « Espace Saint-Gilles » (CM-17) Bâtiment 9 - 82 rue Saint-Gilles
80100 ABBEVILLE   Picardie   (FRANCE)
Téléphone / Fax
(33) 03.22.31.01.55.