Ch’Lanchron
paraît
depuis 1980
Accueil
du site picard
lanchron.fr
Écouter ou
lire du picard

Sur scène
Une brève
présentation de
Ch’Lanchron
Les numéros de
Ch’Lanchron
éch jornal picard
Les auteurs
publiés dans
Ch’Lanchron
Langue picarde
Vitalité du picard
Les liens
Nouveautés
et mises à jour

Plan du site
 « Ch’Lanchron » c’est aussi le journal trimestriel écrit tout en picard Un « lanchron » c’est un pissenlit 35 ans de scène, 90 chansons en picard à notre répertoire Logo officiel de « Ch’Lanchron » Gadrouille est la mascotte de « Ch’Lanchron » Toute une collection de livres picards de référence À doù qu’o s’édvise in picard ? Ravisez ichi ! Quoé d’neu din « lanchron.fr » ?
Abonnez-vous !
Ch’Lanchron
1 an pour 22 €

Table des
textes parus dans
Ch’Lanchron

Écouter des chansons
Jouer et écrire
Activités de
l’association
Ch’Lanchron

Le roman picard
La fableLa BD.
Le théâtre picard
Commandez
les éditions de
Ch’Lanchron

Le moyen picard
La littérature
du picard moderne

Quoé d’neu din « lanchron.fr » ?

Une moisson de picard dans Ch’Lanchron 61




Au cœur de l’été, le trimestriel picardisant Ch’Lanchron nous propose de faire une grande promenade à travers le parler picard. C’est une véritable moisson dialectale qui est au rendez-vous, et cette récolte 1995 promet de bonnes heures de lecture.

Ils viennent du Vimeu ou d’ailleurs

À savourer "à part soi" ou à partager à haute voix, une vingtaine d’auteurs vous livrent leur production. Ceux du Vimeu côtier sont là : Élisabeth Manier et sa poésie familiale ("Des confitures") ; Armel Depoilly qui a traduit en maître le "dict des trois vifs et des trois morts" depuis les fresques de l’abbastiale de Saint-Riquier ; Jeanne Platel pour un récit songeur et utopique ("i n’y éro point d’raton-laveur") ; Gaston Vasseur, le conteur du "Pécavi" d’une jeune mariée ; Jean Leclercq le reporter de retour du musée rénové de Valenciennes, ou le narrateur du quotidien qui puise son inspiration entre les première et deuxième classes SNCF. Ceux du Vimeu vert qui avec Arthur Lecointe (Allery) racontent les dialogues farceurs de frères ennemis d’un Anglais à un Picard ; ou qui avec Marcel Polleux nous plongent au cœur de la vie rurale de Warlus par le truchement d’anecdotes vécues.
Le Ponthieu est à l’honneur, avec le regard des veillées d’antan de Clément Paillart l’Abbevillois, ou la poésie de Jacques Varlet (de Brucamps), un nouveau venu dans les colonnes du journal. La nouvelle, forme d’expression privilégiée pour notre parler régional s’exprime cette fois par la plume de Jean-Luc Vigneux, dans un texte primé au concours de Tournai (Belgique) : "Solé d’Amont". Un titre qui rime avec cette saison, pour vous porter dans une ballade au frais de notre forêt.

Des histoires de beaux-pères se racontent en Picardie !

L’Amiénois ne saurait manquer de contributions et de talents. En vallée de Selle Pierre Duquet rythme sa pensée en quelques vers libres "chés deux paons su ch’ridieu" ; Pierre Deglicourt chante la modernité et la vitesse "Bzine, avanche !" ; Fernand Pruvot raconte une histoire de beaux-pères (au pluriel !) où le rire n’a rien à envier aux sempiternelles rengaines des belles-mères, bien au contraire. Depuis le quartier Saint-Leu, André Thierry retrace le pèlerinage de son aïeule Man Ia vers la chapelle de Monflières. La tradition veut qu’une vierge protectrice ait été découverte dans ce hameau proche d’Abbeville. Depuis de nombreux siècles l’endroit est devenu lieu de dévotions et de miracles. Man Ia y trouvera après son périple, le prénom de son futur fils. La légende de Monflières nous est par ailleurs détaillée par le menu par Aimé Savary originaire de Beauquesne (Doulennais).

La littérature picarde existe

L’Artois nous fait découvrir Arras grâce à Léon Lemaire, fils du pays. Depuis la région de Saint-Omer, André Accart pose ses yeux dans ceux de la personne aimée pour un poème de tendresse ("Tes zius"). Le Belge Paul Mahieu clôt ce voyage en Picardie linguistique. En quelques phrases brèves et précises il décrit la vie de Rosa-la-rosse, jeune femme vive et pétulante dont l’avenir se noircit au fil des lignes. Il n’est plus possible de douter que la littérature picarde contemporaine existe en tournant cette page venue du Hainaut belge.
L’actualité des publications régionales est passée en revue en fin de volume. Les cassettes vidéo font une entrée remarquée dans le domaine de l’édition (pour le patois de la mine, notamment). Des rubriques émaillent ce nº 61 de Ch’Lanchron : "clognon" ou le clin d’oeil des enseignes en picard ; "à vous d’vir" un jeu photographique ou plusieurs personnes s’essaient à la description (pourquoi pas vous dans 3 mois ?... la porte reste ouverte) ; "chl’arméno à Fifine" ou l’art de maitriser le contrepet picard ; une souscription (une grammaire picarde sera publiée en fin d’année et vous pouvez déjà réserver votre exemplaire) et de nombreuses animations sont également annoncées dans les 44 pages de Ch’Lanchron, qui porte sans une ride ses 15 ans et toute la jeunesse du dialecte picard.


Ch’Lanchron nº 61 :


Dernière mise à jour :
27-03-2013
Pour tout renseignement
écrivez à Gadrouille
Retour en haut
de cette page
Rapasse à no moaison !
(vers le plan du site)
© Ch’Lanchron 2008
CH’LANCHRON
  « Espace Saint-Gilles » (CM-17) Bâtiment 9 - 82 rue Saint-Gilles
80100 ABBEVILLE   Picardie   (FRANCE)
Téléphone / Fax
(33) 03.22.31.01.55.