Ch’Lanchron
paraît
depuis 1980
Accueil
du site picard
lanchron.fr
Écouter ou
lire du picard

Sur scène
Une brève
présentation de
Ch’Lanchron
Les numéros de
Ch’Lanchron
éch jornal picard
Les auteurs
publiés dans
Ch’Lanchron
Langue picarde
Vitalité du picard
Les liens
Nouveautés
et mises à jour

Plan du site
 « Ch’Lanchron » c’est aussi le journal trimestriel écrit tout en picard Un « lanchron » c’est un pissenlit 35 ans de scène, 90 chansons en picard à notre répertoire Logo officiel de « Ch’Lanchron » Gadrouille est la mascotte de « Ch’Lanchron » Toute une collection de livres picards de référence À doù qu’o s’édvise in picard ? Ravisez ichi ! Quoé d’neu din « lanchron.fr » ?
Abonnez-vous !
Ch’Lanchron
1 an pour 22 €

Table des
textes parus dans
Ch’Lanchron

Écouter des chansons
Jouer et écrire
Activités de
l’association
Ch’Lanchron

Le roman picard
La fableLa BD.
Le théâtre picard
Commandez
les éditions de
Ch’Lanchron

Le moyen picard
La littérature
du picard moderne

Quoé d’neu din « lanchron.fr » ?



Satyre

d’un curé picard

sur les vérités du temps

(1754)



  • 1- Présentation du livre

  • 2- Épître [pages VII à XIII] et Avertissement [page XV]

  • 3- Lexique [pages XVII à XX]

  • 4- Sermon [pages 1 et 2] (avant propos)

  • 5- Histoire de David [pages 2 à 27] puis [pages 28 à 35]

  • 6- Second point [pages 36 à 59] puis [pages 60 à 87] puis [pages 88 à 98](satire)


  • Commencement de l’Histoire de David.


    p. 2

    El Vierge los etoit el fille del ptiote fille den Roy,
    Quos apeloit Davis denl temps dch l’ancienne Loy,
    Davis etoit ech ptiot quos tuée d’en coup d cailleux,

    p. 3

    En grand diable de geant quos apeloit Goilleux,
    Ly ech Goilleux etoit en Chef de Garnimens
    Qui bruloir ches vilalges & qu’assomoit ches gens,
    Din ele los lechée foire comme chos en bous de temps,
    Et chos pour punir tous cheux qui etens mechans,
    Pis quant il os voulu pardonner leus pechers,
    Ils os tée vir Davis qu’etoit en ptiot Berquer,
    Y ly os dit comme chos davis quite ten troupieux,
    Pren tes gambes à ten cos cour tous comme en oysieux,
    Apres, en grand brigand qui tue & pille ech monde,
    N’oublie poen de bouter en gros quailleux dent fronde,
    Epis quand tul voyros vnir à ty d’en aire fier,
    Claque ly ten quau bien for toute enheux de s maquoir,
    Ossitot tul voyros quere à tere comme en vieux
    Qui eroit yeux sur s tete en queu de martieux,
    (1) Ele bon Diu ly dit quoir edvant qued scheucher,
    Si tu m’obeis bien tu ne sros jamois Berquer,


    (1) Promesses que Dieu fait à David.

    p. 4

    Car j’ay envie de metre men St. Esprit dent tete,
    Et chos pour faire de ty en Roy & en Profhete,
    Apres chos Diu s’enfuit droit den sen Paradis,
    (1) En lechant los Davis tous comme en ebaubis ;
    Car ine savoit morbiu poen quoy chos vouloit dire,
    A paine pouvoit-y même croire chouq y vnoit d’aouire,
    Y disoit den ly Diu dit quim veut foire Profhete ;
    Jen fay ny a ni b, ny jen sus poen fiud Prête,
    Aveu chos y mos quor dit & etout promis
    Quime froit Roy & dou oeche jous del poyis chy,
    Non car Saule y est Chef, ly qui los bouté
    Y nele cachroit poen pour mis or de s Royautée,
    Je naimroy poen nenpus à estre el cause ds perte,
    Ny à menger sen pain qu’il os sur s nassiete,
    Jen sus poen de ches gens los & Diu fay comme mis
    Quj n’ay jamois aimé d’avoir personnes enmis,
    Grace à ly j’ay toujours vecus ale boene franquete,


    (1) Réflexions que David fait sur les promesses de Dieu.


    p. 5

    Je continuray tant ecq mes yus frons dem tête
    Mais je sens ecq tous chos met men sens sansudsous,
    Et si Diu ny met s main j’ay peur dvnir fou,
    Stapendant je fay ecq Diu ene men jamois,
    Et qui nos baille toujour bienqueu pu quine promet ;
    Mais j’ay del paine à croire quen ptiot marmot comme mis
    Peuche tuer den queud quailleux ech grand Geux qui mos dit,
    Faut portant ecq ji el voiche, car morbiu in ri poen,
    Et je fay ecq sans coure y nos atrape de loen,
    Y mellos ecqmandé chet à mis d’obeir ;
    Car si je ny vos poen im pouros bien purnir,
    Et je sens bien deme panche ecq chos sroit bien assi,
    Pourquoy etout en poen metre em confianche en ly,
    Apres avoir comme los parlée aveus raisons,
    Le vlos qui bay sen qmin du coté ds moisons,
    Et chos pour bien vite dire en adiu à sen pere,
    Epit pour prendre etout chouq il avoit affoire,
    Apre le vlos qui coure tout comme en deraté,
    Sans boire ny sans menger, ny sans meme sareté,
    Tantiot qu’à la parfin il arivit tout droit
    Den deux grandes Ermées où ej Geux los etoit,
    Y vit en tod bendis du cotée main geuche
    Quetent aveu Goilleux comme en cu & ene cauche,

    p. 6

    Chet à dire ecq chetit en diable de ramassi
    De maois Garnimens quin voulens poen minqly,
    Ds neutre main n’avoit deux ou trois ptiotes piguis
    De gens ecq Diu aimoit quos apeloit des Juis,
    Davis les voyans de loen les connus sitos,
    Et chos parchqu’il avens comme ly des lkongs partos,
    Y tourne bien vite les gambes droit pour aler à eux,
    Et y ly fut en bsant ene vintaine de ched seux
    (1) Y senfique den leus Cans disant je sud vos Loix
    Et je vien aveu vous pour ervinger nos Roy ;
    Il est vray qej sus ptiot, mais jen sus poen en pleutre,
    Et j’ay du cœur dem panche toute otout comme en autre,
    Quoyq chos, grace à Diu je n’ay jamais tée mechant,
    Mais quant je sus am battre jem pille tout comme en grand,
    Bayeme tes quome voyez j’ay ene foes tué en Lion
    Qui s’etoit avisée dem volés en Moutont,
    Et si y plait à Diu je vos fray vire à tous
    Quej turay de ches Geux le pus fort de tretous ;


    (1) David arrive dans le camp des Juifs ; ce qu’il leur dit.


    p. 7

    Quant Davis eux parlé vlos en Juis qui ly dit
    Bayez comme nous laheux one fres pus si hardit,
    Ossiot y ly montre Goilleux sur ene hauteur,
    Croyans le faire comme eux quier dans marone de peur ;
    Mais Davis esse souvnoit de chouq Diu avoit dit,
    Et il etoit seur del claquer bos emparly,
    Sans chos y neroit poen tros yeu envie de rire,
    Et il eroit bayée comme les autres à s’enfuire ;
    (1) Car Goilleux avoit en aire si epouventable
    Qu’il eroit epeutée tout le plus hardit Diable,
    Il etoit gro comme le pigeongné dnos Seingneur,
    Et ds tête à ces pieds n’avoit deux foesm longeur,
    Il avoit sur s tête en affutieux d’crin,
    Qu’il avoit ach quos dit volée à en Goblin,
    Aveu chos y s’etoit fois foire en partod fere
    Qu’il muchoit tous partous or en quin ds maquoir,
    Os voyés bien achteur comme je vol defigure,
    Qu’il eroit emparly epeutée la nature,
    (2) Etout je peut bien dire ecq tous ches povres Juis
    Avens si peure qui bsens ochers leus pissatis,
    Davis avoit bieu dire pour les foire rasseurers
    Y naouyoitens goute ecq pour vite leus garers


    (1) Description comique de Goliat.
    (2) Frayeur des Juifs voyans Goliat.


    p. 8

    Y s’etens tous loyés comme os loye des romaines
    Dene chingle qui les feroit otour de leus boutainnes,
    Et chos chetoit pour cour comme des guvos equapés
    En quas quej grand Goilleux vienche pour les atrapés ;
    Comme ils etoites deu tos arnifler dou vnoit ch vent,
    davis leus dis, Msefans, vlos Goilleux qui dechent,
    Ossitot y galopent esse vont vite refugiers
    Alentour de leus Roy tous comme des mouques à mies ;
    Quand Davis leus eux yeux beyés tretous enfuire,
    Y prin sen qmin etout aveu eux pour les suire,
    Ens renfournant den eux il aperchu ces Freres
    Qui netens poen denl seutres, mais queuqes moles arieres,
    (1) Y fut ben vîte à eux, & quant y fut opres
    Y saque s nafulure ds tête pour les saluers,
    Apres chos y leus dis japorte los en paingner
    Ecq men Pere mos baillé où y nos à menger,
    Je vos le bouter los os n’airez qual ferer,
    Epit quant os vourés os pourés vos bourers ;


    (1) David va saluer ces Freres ; ce qu’il leur dit ; mauvaise réception qu’ils lui font


    p. 9

    Y nos morbiu eddens de bieux & boens morsieux,
    Et os poures tretours mengers arbruque musieux,
    Y leus poussis comme chos enquoir queques complimens ;
    Mais ces Freres tous den qeux le tenchires egremens,
    Y ly disirent pourquoy claque-tu ten hod berbis,
    Crois-tu qu’on pourons poens sans ty bastre ches Bendis,
    Test en ptiot Marmouset qui fouroit etriller,
    Putôt qued t’envoyer comme chos vir batailler ;
    Dit nous nos Pere crois-tu ecq tu est en Oraque,
    Et quel bon Diu veut foire sur & pieux en miraque,
    Nan si chet chos gtatens tu peut vîte tenrtourner,
    Car y nos morbiu rien arfoire chy pour ten neds ;
    (1) Comme ils alens quoir ly enfiler deutres ifgures,
    Ils aouirens qui se bsois dens leus Cans queques murmures,
    Y lvires leus yus pour vir qoy ecq chos pouvois estre,
    Et y fure ebais de vir Goilleux paroître,
    Quoyq chos ils avanchirs aveul sentres pour aouir


    (1) Goliat vient défier le plus fort des Juifs ; propositions qu’il leurs faits.


    p. 10

    Chouq cy grand Veurien los avoit envid leus dires ;
    Mais ils euts leus becque mor aouyans s papoire ;
    Car y leus dis aveu ene voisse comme en tonnoire
    Mes gambes mons aportés comme los pres ed vos Cans
    Pour vos dire qu’on voulons poen oire repandre de sans,
    Os n’avés qu’à quoisir dens vous le pus hardit
    Et même le pus hargneux pour s batre contre mis,
    Si y nen nos en dens chouq os etes assez for
    Pour em claquer à tere ou pour em tuer roide mor,
    Chouq y nos dens nos Cans, Bêtes & Gens srons à vous,
    Comme si tuë ech ty qui veros os sres à nous,
    Apres chos y leus tourné sen largue dos & senvos
    En rdisant j’atendray quarante journées labos,
    Pensses à chouq j’ay dit, en fuches poen coyons,
    Car os verons tretous assomers vos nations ;
    (1) Après qui fut envoy, ches Juis toute efrayés,
    Smirens à dviser epit à leus bayers ;


    (1) Raisonnemens comique des Juifs après le départ de Goliat.


    p. 11

    Mais tous les resonmens comme je menvos vos dire,
    N’etens poen boens ny à boulir ni à rotires,
    Car en dit quant Goilleux frois chy le diable à quatre,
    Je niroy morbiu poen contre ly pour em batre,
    Chos cheq je fay quin froit de mis quen ptiot morsieux,
    Et quim croquoit tous comme en Cos croque en Oysieux,
    En deusieme dit pour mis j’en sus poen fort assés
    Et jen veut poen nenpu maler foire equorcher ;
    En troisieme à sen tour dit jen fus poen si sot,
    Je trouve etout quem pieux est bien sous men partos,
    Après chos queques dousaines, après chos queques chentaines,
    Disirens qui niroites poens omoins qu’on les y traines,
    Pir el reste ensanne s mirent à crier for
    Quin voulens poens personnes bailler amguer al mort ;
    Enfin navoit trente jours ecq Goilleux atendoit,
    Qu’on savoit poen quoire si gueroit quequens quiroit,
    Os nel croyoit poen même, car cheux quetens pus fiers

    p. 12

    S’etens muchés tretous & enfuis en ariers,
    (1) Tous chos boutoit leus Roy den ene si grande colere,
    Quis bailloit des queu de puin & sechtoit à tere,
    Il aloit vir ches jonnes epit après ches vius,
    Epit y leus disois aveu des larmes as yus,
    Parleme en molet nos lessres-vous egorgers
    Et vous etous pendant quos pouvés vos rvingers,
    Goilleux est-ty diable, doit-ty vos efrayers,
    Navés-vous poen comme ly des mains epis des pieds,
    Os alés dires petetre qu’il est pu fort ecq vous,
    Jel say, mais alés-y los foes deutres miraques ecq chos,
    Et je vos en dire quequens par chi par los,
    Par exampe, caquens say qu’Abrahan nos grand pere
    Os defois quate Ermées (2) Quemnoites le fiud sen frere,
    Diu os quoir defiquée & foes enfuire nos Peres
    Dene tere (3) où ils etens tretous comme os Galers,
    Il os noyée etous ene Ermée toute entiere


    (1) Affliction du Roi Saül de voir que personne des Juifs ne se disposoit d’aller contre Goliat ;
    promesses & menaces qu’il leurs faits.
    (2) Lot.
    (3) En Egypte


    p. 13

    Qui courens après nous denl mitant de chel mere (1)
    Caquens say quoir comme mis ecq Sanson os deffois
    Ly seul mille Hommes aveu l maquoir den Beudet ;
    En en mot, Diu os quoir foes pud chonq chens dousaines
    De miraques edpuis quos avons prins nos rachaines
    Chos nedvoit-ty poen vos foires mouquer sus vos manches,
    Et vos bailler du cœur à tretous plin vos panche,
    Quand Diu smele de quequoses n’en foes-ty à deux fois,
    Nes jous poen ly qui boute & qui deboute ches Roys,
    Nos ty poen enparly foes tous chouq os voyons,
    Et nos os ty poen foes aveu des racquillons,
    Ebien tous chos etant ene peut ty poen perires
    Den en moment tous ches Geux qui vintes pour nos nuirs,
    Alés morbiu croyeme courés contre Goilleux,
    Os voyerés qel bon Diu ly cassros sen musieux ;
    (2) Je vos dire quoir queqofes pour vos bailler quoirage
    Bien echty qu’il turos erom fille en mariage,


    (1) Passage de la Mer rouge.
    (2) Saül promet sa Fille en mariage au vainqueur de Goliat.


    p. 14

    Peut jous mius dire achteur & n’etes-vous poen contens,
    Bien je ly baray quoir aveu elle queques presens,
    Alon depechés-vous rapiechtés vos honneur,
    Et foitme vir qui nos den vous queques peu de cœur ;
    Mais qmen nos personnes qu’ouvre sen becque pour dire en mot,
    Bien o controire je voye quaquens quim tourne sen dos,
    Quoy jous donq chos vœut dire porles diable de leux bos,
    Ejouq quom perdes chy pour en Roy de fromage mots,
    Os m’avés dont leché dire chou ecq j’ay voulus
    Sans maouir nenpug si jeu parlée à vos cus ;
    Ebien si chet comme los je menvos vos foire vir
    Ecq Diu vos os baillée à mis pour m’obeir ;
    Après avoir dit chos y fut pour dequamper,
    (1) Mais Davis galopit vîte pour el latraper,
    Epoit y ly dit Chire me Roy en brayez poen,
    Je menvos mes aler defier ech Garniment,
    Ouy alez je menvos y aler emparmis,
    Mais si jervien jeray chouq os avez promis,


    (1) David offre au Roy d’aller contre Goliat ; conversation qu’ils ont ensemble.


    p. 15

    In faut poen bayer quand je fray le pu ptiot tous ;
    Car Diu mos baillée quoir pud cœur qu’à vous tretous,
    Et si je vos disoit chouq y mos en fois dit,
    Os diroite vous même ech quot los nos poen mentit,
    Quant Davis eux finit ech Roy ly dit men fius,
    Je say quoir min ecq ty chouq say foire le bon Diu ;
    Car chet ly-même qui mos quoysie pour etre vos Roy ;
    Mais edpuis bien longtans j’ay los plantée s Loy,
    Je crois même qui m’envoye tous chos pour mes pechers,
    Mais os n’en sommes poen los, tachons de nos rdrechers,
    Tu dit ecq tu tenvos aler contre ech Bendit,
    Ebien vos-y peutere Diu le turos pour ty,
    Je menvos et bailler toute achteur men partot,
    tu nos qu’à saquél tien & le mete sur ten dos,
    Comme chos teros etout sur ty en partotd fere
    Et tu sros comme Goilleux muché jusqu’at maquoir,
    (1) Sitôt dit sitôt foes, vlos quis sons debillers


    (1) L’on arme David des armes de Saül ; embarras de David avec les mêmes armes ;
    discours comique qu’il tient au Roi pour se faire désarmer.


    p. 16

    Den bout à leutre & même tout jusqu’à leus seuillers,
    Après os mis Davis denl partot de sen Moite,
    Mais sitôt qu’il y fut comme en euchoite,
    Chet à dire quin pouvoit poen pu ermuer ces pieds,
    Sans comparaisons, qu’en vieux quos les gambes loyées,
    Sitôt quis vît chinglé de chel bele maingner los,
    Y dit ach Roy ma foy foite eme saquer ordlos,
    Car jen peut morbiu poen nenpu bouger comme chos
    Ecq si os mavoite foes loyer denl fon den sos,
    Im sonne à vir quj sus tout comme en Emichon,
    E quej traîne tout comme ly sur men dos ene moison,
    Je n’ay poen etée foes à avoir edsur mis
    Ed saffutieux comme chos, j’aime miu men pissaty,
    Alons enquoir ene foes otant comme den chonq chens,
    Qu’om sacque ariere où je menge tout aveu mes dens,
    Quant ech Roy le vit en colere y dit alons
    Quol debille vîte & quos ly baille tous ces aillons,
    Il os raison, je voy quin pouroit poen marcher,
    Et Goilleux comme los enneroit tros boen marquer ;

    p. 17

    Quant ech Roy eut ouver sen becque ol rebillit,
    Epit os ly bailly après sen pissatit,
    Sen sos & sen batout, s’fronde & ces cailleux,
    Et ol rarnachy edpis enbos jusquenheux,
    Epit os ly disit qel bon Diu vos exseuches,
    Marchés vos gambes enheux on perdres poen vos quauches,
    Chés Juis ly disiens chos chetoit pour leus moquers,
    Y croyens ecq goilleux l laloit depiechers ;
    Mais ech quot Davis sans selment l sacouter,
    Couru vîte où Goilleux etoit sans s’areter,
    Arivé los il lorgne comme eroit foes en autre,
    Y vit qel pu grand d’eux n’aloit poen à sen queutre,
    Y claque ces yus à tere & den chel posture los
    Y priiy Diu qui ly meche s forche den sen bros,
    (1) Après chos y ly crie acoutme grand Bendit,
    Si tos du cœur foel vir vien & batre contre mis,
    (2) Goilleux laouyant ly dit, tu n’est poen dem forche
    Et si je vos à ty je te boutray dem poche,
    Tu n’est opres de mis qu’en ptiot mechant Montont


    (1) David défie Goliat.
    (2) Réponse de Goliat à David


    p. 18

    Qui vien quer den les griffes den grand & sot Lion,
    Sij te perdoy dene pate je te turoy enheux
    Ny pu ny moin ecq si tetoit en ptiot Moygneux,
    Y faut ecq chelos qui ton envoyez ichy
    Taichte & eute envis de leus defoire de ty ;
    Mais vos jen te fray rien votent vîte comme tes vnus,
    Et galope comme si le fu etoit à ten cu,
    (1) Quand Davis eux aouy parler comme los Goilleux
    Y ly dit, mais grand Geux est-tu fou ou bien seux
    Tinmagine-tu ecq tous tes contes em front enfuire,
    Tunneros mentit, & je sus bien aise det dire,
    Quej say si bien ecq ty ecq jen voye poen at manche,
    Mais je sus assez grand pour tiret name dt panche
    Y net faut poen bayer quand jen fray qu’en efant,
    Car on voye bien souvent en ptiot nen batre en grand,
    Tu pense qui nos nenpar personne si fort ecq ty ;
    Mais si tu connoissoit le Diu dch Paradis,


    (1) David répond comiquement à Goliat


    p. 19

    Tu quantroit autrement & tu diroit comme mis
    Ecq tu n’est qu’en ptiot vere de chel tere opre dly,
    Say-tu quin tien qu’à ly qen bayer ten muser
    Det claquer los à tere epit det foire crever ;
    Mais je perd men Latin ded conter ches quoses los,
    Car tos ten cœur enquoir pu dure qu’en fere à gvos,
    Test acoutumé de foire le diable sur el tere
    Et tu en cessros ecq quant tu sros den linfere ;
    Mais par boenheur pour nous test o bout de ten qmin,
    Je crois ecq tes gambes ene srons pus sous ty edmain,
    Je te dit chos, car ches men Diu qui mellos dit
    Et qui mos envoyé pour eme batre contre ty,
    Alons, alons voyons sans tant nos areteres,
    Echtylos qued nous deux y vouros foire rester ;
    Quand Davis eux yeu dit tout chouq os vnés daouir,
    (1) Goilleux ly fit des mains epit isse mit à rire,
    Y ly disit aveu quoy dont & batros-tu,
    Tu njos poen darme sur ty ny ed fere à ten cu,
    Ejoug ten Diu tos dit ptiot diable de Bhoimien


    (1) Goliat demande à David de quelle façon il veut se battre, vû qu’il ne lui voit point d’armes.


    p. 20

    Qui foudroit ecq tum traite comme si j’etoy en Quien,
    Ou bien pensse-tu den ty quej sus en gros Crapeux,
    Quos tus à queud bâtons comme os cache en Porcheux,
    Say tuq sij croyois chos nquej te coproy & bray,
    Epit quej tenvoyroy par quartier à ten Roy ;
    Mais je pensse putôt ecq tu nos pu de chervieux,
    Et quet nesprit senvos or det tête par lambieux ;
    Car y nest poen possible ecq tu fuche autrement,
    Et tu nodroim bayer si tavoit ten boen sens,
    Alons vatent edvant ecq jerfringne men musieux,
    Pisq je veut est lesser aler aveu & pieux
    (1) Davis lassé de saouir comme echlos degrigner,
    Quantis game à Goilleux & chos pour lagucher,
    Y laplit grand voleux, diable nde tison dinfere,
    Leuaroux, grand chorcher faingne nfin de Lusifere,
    Satant, quien aragé, maoise geulle de vipere,
    Baselique, grand serpent demaqué par linfere,
    Songe à defendre & pieux, car je sus en colere,
    Où je vos & casser & geulle aveu ene piere,


    (1) David se met en colere ; il dit des injures picantes à Goliat.


    p. 21

    Chos dit, Goilleux s mit comme en Toirieux furieux,
    Y saquit vîte sen sabre ariere de sen fourieux,
    Pi y vint sur Davis tout comme en grand demon ;
    (1) Mais Davis ly tapit sen cailleux den sen fron ;
    Quans tête fut enfondrée y voulut avancher,
    En ly montrant ces grifes comme pour le depiecher,
    Mais Davis ly disot vos tune nos pour & vie,
    Je sus seure ecq tes gambes vont bientôt quer sous ty,
    Chouq y ly dit fut vray, y fit quoir en long pos,
    Epit levlos qui ques de sen long sur sen dos,
    Sitôt qui fut à terre Davis couru sur ly,
    Y ly print s tête & sen sabre epit s’enfuit,
    Os alés petetre croire qu’il aloit cour bien loens,
    Nan, car Diu envoyit aveu ly en hots gens
    Qui etens bien emés, & chos pou lervinger
    Si les gens de Goilleux vnens pour el lataquer,
    Mais y naviens morbiu personnes envie de nuirs,
    Y aloites même bayer leus qmins pour leus enfuirs
    (2) Quant davis dit à sen Hots alons em samis,


    (1) David tue Goliat & lui coupe la tête.
    (2) David & ses Alliés défont l’Armée de Goliat.


    p. 22

    Vlos Goilleux qui est tué courons sur ches Bendis,
    Tuons chouq os trouverons & nepargnons personnes,
    Bsons les quer à tere comme si os ochoimes des pronnes,
    Diu veros aveu nous, on barons poens de queux
    Qu’on les voyonches quer à nos pieds leus gambes enheux,
    Sitôt y galopires tous den tros après eux,
    Y nen tuires à queu de fleches, deutres à queud cailleux,
    Tanq les gens de Goilleux ont fait ene si grande perte,
    Qui neunos poen eux en quos sortis ces bray nete,
    (1) Après y sous revnus sautans comme des Cabris
    En bsant mille maingners drole otour dch ptiot Davis
    Y couroites edvant ly commpe des ptiots Quiens ed caches,
    Epit y vnoites bien vîte tretous erprendre leus plaches,
    Isse rassannoites den tos toute alentour de ly,
    Len letnoit par s main, leute par sen pissatit,


    (1) Joye extraordinaire des Juifs revenans de la Bataille ;
    discours comique qu’ils tiennent à David.


    p. 23

    Nennavoit qui quantiens les louanges del bon Diu,
    Ed seutres disiens Davis est petetre sen ptiot fiu ;
    Enfin ils etiens si aise quej peut bien vos dires
    Qui bsoites des quoses à faire crever ches gens de rires,
    En gambonnas comme chos y sont vnus dvant leus Roy
    Croyans ly foire plaisir & le trouver en joye ;
    (1) Davis aloil premier pour ly foire compliment
    Epit pour ly bailler el tête dch Garniment ;
    Mais y n’etoit morbieu ny aysié ni content,
    Et il eroit voulu les virs tretous bien loen,
    Prinsipalmient Davis, car ches Gens de ches Villes
    Disiens qu’en tuant Goilleux innavoit tué dix mille,
    Pendant ecq parlan de ly y disiens seulment
    Quinnavoit foes enfuire trois quatre & tués queuqes ens,
    Chol boutoit en colere & chol rendoit jaloux,
    Et il eroit voulue vir Davis leuaroux,
    (2) Car dench tans los ches Roys etoitens des maoes


    (1) David présnete au Roy la tête de Golait ; jalousie de Saül contre David
    (2) Différence des Roys d’aprésent aux Roys des autres temps.


    p. 24

    Qeroites voulus avoir l’honneur de leus Suges,
    Et ils auriens aimé quos leus bailly toul gloire,
    Quant leus Seudars gangniens par leus sang en victoire ;
    Mais achteur ech n’est pu comme chos, car osons vus
    (1) El notre courire en Flandre tout comme en eperdus
    S bouter le premier al tête de ces Seudars,
    Foire canonner ches Villes, claquer bos ches ramparts,
    Pit courir comme en basque après tous ces enmis,
    Les batre & les poursuites jusquofond leus poyis,
    Pis après les forcher margrés eux & leus dens
    A ly dmander el paix & ly bailléd lergent ;
    Mais lessons chos los & boutons-nous den nos qmin,
    Et erparlons dch Roy & ds nesprit malin,
    Odvés tous vos souvnirs qu’il avoit bien promis
    (2) Qui baroit s Fille al vainqueur dch grand Bendit ;
    Mais os alés bien vir ecq chouq il avoit dit


    (1) Conquêtes du Roy dans les dernieres Guerres.
    (2) Mauvaise foi de Saül touchant ce qu’il avoit promis sa Fille à David.


    p. 25

    Etoit tous comme sortit del bouque de Lanthecrit ;
    Car ils os cherchée game à Davis après chos
    Et il los renfourné dend nouvieux enbaros,
    Illos quoir raquaché & renvoyé courir
    En ly dmandant chens quoses ecq jen peut poen vos dire,
    (1) Pour avoir ches quoses los y fouloit qu’il assommes
    Aveu trois quatre amis toute omoins en chent d’Hommes ,
    Ech Roy croyoit den ly sen defoire comme echlos ;
    (2) Mais Diu aimoit Davis y conduisoit ces pos,
    In fut même poen longtans à courire par chés Cans
    Qu’il eut chouq y cherchoit, & quoir en foes otant,
    (3) Après qu’il eut tout chos y vint trouver sen Roy,
    Epit y ly dit, Chire si os été de bonne foy
    Os nem renvoyerez pus & om barés vos Fille,
    Car Diu mos rendu daingne d’entrer dens vos famille,
    Os voyez ecq j’ay tué Goilileux toute emparmy,


    (1) Leurs prépuces.
    (2) Dieu favorise David.
    (3) David revient trouver Saül ; il le somme une seconde fois de sa parole.


    p. 26

    Et qu’aveu l’aide de Diu j’ay foich quos avez dit,
    On pouvez poen en boene consienche m raquacher,
    Et si om merfusés os frés en gro pecher ;
    Ossitot qel laringue de Davis fut finie,
    (1) Caquens s boutis à parler ach Roy pour ly,
    Y ly disirs Davis nos os sovée nos vis
    El votre etous, epis enquoir tout vos poyis,
    Sans ly os sroimes achteur chiqtés par ptiots morsieux
    Vous & tous vos Sujes froites etous par lambieux,
    Os penssés petetre den vous quo nos sroimes enfuis,
    Quos vos eroimes leché, & quo nos eroite suis ;
    Mais os eroite été bien quanpé d’être erens,
    Os vos eroit bayée tout comme en Roy de bren,
    Y veut bien miu vos vire moître den vos Etos
    Ecq dete à courire chy ennuis, pis edmain los,
    Alons, alons leché vous aller & dites ouy,
    Et foite nous vir quo tnés chouq os avez promis,


    (1) Toutes les personnes de la suite de Saül lui parlent pour lui,
    ils lui exposent le grand service qu’il a rendu à ses Etats.


    p. 27

    Comme chos os frons chouq os direz aveuglement,
    Et os obeirons en tout à vos qmandmens,
    Oillu ecq si os foite des maingner comme chelos
    Os vos bayerond queutée & os vos clacqrons los ;
    (1) Ech Roy s voyant comme chos l’epée den les rains,
    S mit à foire des mainnes & à mrodre ces mains,
    Pis y dij ly baray pisquol voulés tretous,
    Mais je vœut qui senvoyche lu, s femme dariere nous,
    Os n’avés qu’à ly dire & qui galope bien vîte,
    Car jelleis otant qul diable heis lieu bnite,
    J’ay enquoir à vos dire ecq jen veut poen lacher
    Chellos ecq j’ay promis quand odvroit mequorcher,
    Os nos qu’à ly bailler chel quos apele Micole ;
    Car je say qal l’aime tant quan net à mitant fole,


    (1) Saül consent de donner une de ses Filles à David, mais non celle qu’il avoit promis ;
    à quelle condition il la donne.








    Suite du Commencement de l’Histoire de David [pages
    28 à 35]




    Dernière mise à jour :
    27-03-2013
    Pour tout renseignement
    écrivez à Gadrouille
    Retour en haut
    de cette page
    Rapasse à no moaison !
    (vers le plan du site)
    © Ch’Lanchron 2004
    CH’LANCHRON
      « Espace Saint-Gilles » (CM-17) Bâtiment 9 - 82 rue Saint-Gilles
    80100 ABBEVILLE   Picardie   (FRANCE)
    Téléphone / Fax
    (33) 03.22.31.01.55.