Ch’Lanchron
paraît
depuis 1980
Accueil
du site picard
lanchron.fr
Écouter ou
lire du picard

Sur scène
Une brève
présentation de
Ch’Lanchron
Les numéros de
Ch’Lanchron
éch jornal picard
Les auteurs
publiés dans
Ch’Lanchron
Langue picarde
Vitalité du picard
Les liens
Nouveautés
et mises à jour

Plan du site
 « Ch’Lanchron » c’est aussi le journal trimestriel écrit tout en picard Un « lanchron » c’est un pissenlit 35 ans de scène, 90 chansons en picard à notre répertoire Logo officiel de « Ch’Lanchron » Gadrouille est la mascotte de « Ch’Lanchron » Toute une collection de livres picards de référence À doù qu’o s’édvise in picard ? Ravisez ichi ! Quoé d’neu din « lanchron.fr » ?
Abonnez-vous !
Ch’Lanchron
1 an pour 22 €

Table des
textes parus dans
Ch’Lanchron

Écouter des chansons
Jouer et écrire
Activités de
l’association
Ch’Lanchron

Le roman picard
La fableLa BD.
Le théâtre picard
Commandez
les éditions de
Ch’Lanchron

Le moyen picard
La littérature
du picard moderne

Quoé d’neu din « lanchron.fr » ?

Chl’étracheux à Gadrouille il o tè adjinsè pèr freefind
Bérlin (djai) :
histoére d'éne canchon in picard




CD « Ch'bal »
Parution : novembre 1994 (disque épuisé)
Écoutez les autres titres :
ils sont tous mis en ligne !



Le texte ci-contre est extrait du livre
« Djitares ! »
de Jean-Luc Vigneux
(publié en novembre 2020)

Anecdotes, souvenirs de scène, nouvelles en picard
Retrouvez aussi toutes les paroles des chansons avec leurs partitions (mélodies, accords et tablatures)


Ouvrage illustré de nombreuses photographie (144 pages)



La publication initiale
du texte de « Bérlin »
dans Ch'Lanchron numéro 43

Jean-Luc Vigneux (1990)



       « J’ai vu »
        Os étoéme tout l’monne édvant sin poste éd télé. Tchèche qu’i n’y éroait point tè ? Déhor, chés leumiéres éd ville is donnoai’t des tchotes luèes acouftèes din chés bueurs éd l’apréseut. Din ch’poste, chés caméras is trachoai’t à invoéyer dz’images dérouflèes din ch’noér d’éne frontiére. Chol barriére al étoait lvèe, chés tchotes autos is s’ingageoai’t à l’tcheue leu leu. Un carrieu i s’a bachè dvant ch’micro qu’il étoait tindu à chol portiére. Éne granne leumiére blanque al o rappreuchè, étnue à bout d’bros pèr un rportér. L’brongne d’éch conducteur d’éne Traban al s’a détatchè din ch’fond noér. Ébleui, écht honme qu’i tnoait ch’volant il avoait un grand sourire à s’bouque. O n’voéyoait qu’ses dints blancs. Il étoait heureux. Chés gins is leus ont sarrè leus mains. À Bérlin, éd nuit, i fsoait jour Porte éd Brandebourg.

       « J’ai intindu »
        Pu tèrd, à chés informations, is ont passè dz’images in couleurs. Un viu à gveux blancs i s’avoait radossè au pieud d’chol paroè bitaclèe. I s’avoait assis dsu éne cayelle dérouflèe din chol djérite au cotè. Ch’étoait un honme célébe, éch viu lo. Conme un moénieu qu’i cante au couplet d’un abe pi qu’il impèque chés soldats d’continuer à leu foaire la djerre, à dix métes d’éch passage éd Check Point Charly, Mislav Rostropovitch i juait lo un morcieu d’Jean-Sébastien Bach aveuc sin violonchelle. Musique casvelle qu’al réstro pour tojours ahotchèe à ch’mur in route à éte bérlindjè.

       « Y avoait »
        Au tchot matin, j’ai ralleumè no poste. Des dizainnes, des chintainnes éd gins. Des gins à l’gronnèe. Des jonnes, des viux. Édz honmes, des fémes. Des heuts jutchès dsu chol palissade éd béton aveuc des martieux. In bos, des bros armès d’masses, éd barres in fér, éd toute. Tértous is butchoai’t, is démangloai’t, is bérzilloai’t. Tout l’monne in tchœur. Éd l’eute cotè, chés soldats infreumès din leus capotes kaki is rbéyoai’t, conme édz étombis. O lisoait dsu leu bobène : « Quoé qu’éj foais lo ? » Ch’mur il avoait tcheut. Ch’mur i tchaiyoait in morcieux. Éne féme al o brai. Des lèrmes éd soulagemint. O lisoait dsu ses lipes : « Janmoais j’én’ pinsoais vir éch jour lo d’min vivant ».

Poursuivez la lecture en écoutant la version musicale
« Bérlin, suite et fugue »
composée par Didier Trotereau sur la base mélodique de « Bérlin »




        J’ai volu rinfreumer tous mes images din éne canchon. I folloait qu’j’él foaiche. Conme i folloait qu’j’y voèche. Rien i n’s’a foait tout d’suite. J’ai écrit m’canchon in octobe 1990. Bérlin. Aveuc sin mur blindjè à terre, bérlindjè. Bérlin-djai. Sans arriére-pinsèe. Aveuc éd l’éspoér. Éj y ai tè – ch’étoait in 1995, i y avoait un monne du diabe in-dsous d’chés tilleus. Ch’étoait féte, éj n’él savoais mie : chl’artisse Christo i vnoait d’imballer ch’parlémint d’Bérlin din éne catlongne blanque !
        Din m’canchon, j’ai juè aveuc chés rimes. Aveuc chés sons din chés mots. Aveuc échl air éd musique. Chés boins mots is sont lo qu’i feut qu’is fuch’t. J’ai yeu l’forche éd mette chés points su chés i. A n’o point tè sans mau. Quante j’él cante, Bérlin, j’émzure coér él misére éd chés générations qu’is ont yeu à foaire aveuc Hitlér. S’ramintuvoér chés bros tindus in l’air au bout d’chés cmises breunes o bien noéres. Mais n’point rvir édmain conme hiér !

        Un soér éd séctéme 2012, j’étoais à Dortmund, à mon chés écriveus allemands qu’is m’avoai’t invitè, aveuc édz eutes, à passer éne cope éd jours din leu poéyi. Él lin-nmain, atablès insanne, os ons pèrlè d’chés vies mardochèes, éd chés déstins bérzillès. D’chés fius révoltès contré chés armèes. Éd chés éfants allemands qu’is rpouss’t échl idèe d’avoér éne panoplie d’soldat su leus épeules. Conme mi, qu’j’ai rfusè d’étnir én’ fuche qu’un fusi din mes bros. Aveuc Heinrich Peuckmann, os ons évotchè touté deux un grand écriveu, prix Nobél méritè, Günter Grass. Li qu’i s’avoait foait inguérner, margré li, din chés Jonnesses aragèes, il o écrit éch « Tambour ». J’ai cantè Bérlin.

        Pour no cédé, Didier il o aplachè chés arpéges éd piano. J’ai prins m’Takamine ragreillèe d’six cordés neuves. Véronique al o vnu écorer chu rfrain. Damien il o posè éne avolèe d’violonchelle baroque pèr driére chol mélodie. Un coin d’ziu. « Bérlin éspoér »



Tous les numéros de Ch’Lanchron
(depuis le n° 51)


Les numéros thématiques
de Ch’Lanchron

Bérlin (djai)
Écouter la chanson
(version studio, 1993)




Bérlin djai

J’ai vu, édvant mes deux zius.
J’ai vu, au vrépe, din chés rues.
J’ai vu, j’ai intindu…

Y avoait des gins à l’gronnèe.
Y avoait éne féme qu’al o bré ;
Y avoait, él monne intier.

Ch’étoait in plein moés d’novéme ;
Ch’étoait au mitan d’chés lèrmes.
Ch’étoait… pi, os rbéyoéme…

Éch mur, is ll’ont trécopè.
Éch mur, i s’a éfrouè.
Éch mur… l’est démanglè.

Bérlin, histoére éd chés gins,
Bérlin, is suit’té leu cmin,
Bérlin, éne poégnie d’mains.

Bérlin, tin mur éne bérlure !
Bérlin, érluque chés bérluques !
Bérlin… Bér, bérlindjè !

S’ramintuvoér Hitlér,
Chés soldats in cmises noéres,
Én’ pu accroére
Innhui chés idèes noéres,
És tchitter foaire
Conme des lazéres !
Feut canger chl’air,
Mais point nmain conme hiér…

Tin mur : éne bérlure !
Érluque chés bérluques !
Bérlin…
Tin mur : éne bérlure !
Érluque chés bérluques !
Bérlin, éspoér ! 


Abonnez-vous
à Ch’Lanchron !




1 an - 5 parutions
(4 numéros + 1 livre)
22,00 €

Dernière mise à jour :
1-05-2021
Pour tout renseignement
écrivez à Gadrouille
Retour en haut
de cette page
Rapasse à no moaison !
(vers le plan du site)
© Ch’Lanchron 2012
CH’LANCHRON
  « Espace Saint-Gilles » (CM-17) Bâtiment 9 - 82 rue Saint-Gilles
80100 ABBEVILLE   Picardie   (FRANCE)
Téléphone / Fax
(33) 03.22.31.01.55.